Accueil FOCUS Analyses Logique de la théorie de la conspiration

Logique de la théorie de la conspiration

C’est que l’idée de régler

administrativement la vie est plus répandue

qu’on ne le pense…

Bergson

A moi, comte, deux mots… Parlons de la conspiration sur un ton plus historique et moins polémique. Ayant relu Aristote, on dira d’ailleurs logique et non critique. Mais commençons par célébrer le brio de ces temps.

Récemment un beau cerveau du parti socialiste, oeuvrant pour la Fondation Jaurès, chasseur et surtout dénonciateur de conspirationnistes en herbe, a nûment décrit, dans un rapport écrit dans un style à coucher dehors, les membres de la nébuleuse conspiratrice qui « menace la démocratie » à travers le monde, ses empires et son hexagone.

Et cela donne ceci :

« C’est un milieu interlope que composent anciens militants de gauche ou d’extrême gauche, ex-« Indignés », souverainistes, nationaux-révolutionnaires, ultra-nationalistes, nostalgiques du IIIème Reich, militants anti-vaccination, partisans du tirage au sort, révisionnistes du 11-Septembre, antisionistes, afrocentristes, survivalistes, adeptes des « médecines alternatives », agents d’influence du régime iranien, bacharistes, intégristes catholiques ou islamistes. »

Cela fait du monde !

Le bonhomme de neige passe naturellement pour un expert. Sans doute dénoncera-t-il aussi les 86% de Français qui ne voteront pas François Hollande au premier tour l’année prochaine. Faudra-t-il les interner avec les autres ? Car « il faut faire du monde un lieu sûr pour la démocratie », disait le président créateur de la FED et de la première version du nouvel ordre mondial…

Mais venons-en au point sérieux.

C’est la CIA  qui a lancé l’expression « théorie de la conspiration » au moment où, lors de l’assassinat Kennedy, tous les « roseaux pensants » ont refusé de s’incliner vers la thèse officielle. Tout le monde officiel s’est tu par lâcheté alors, mais c’est un autre problème, dont La Boétie, inspirateur des libertariens américains, avait déjà rendu compte.

Le film d’Oliver Stone JFK a bien montré au monde entier que le coupable Oswald ne peut pas avoir été coupable ; il fait donc partie, ce gros produit hollywoodien, de la nébuleuse de la conspiration que veut faire interner le socialiste désigné plus haut. Et comme le film a été produit par Arnon Milchan, homme d’affaires israélien et père respectable de la bombe atomique dans son propre pays, on se demande comment le serpent cessera de se mordre la queue.

Cessons la plaisanterie. Comme on sait, l’histoire officielle n’est jamais très satisfaisante sur des points importants (on veut dire par là qu’elle nous prend pour des imbéciles). Et comme on sait aussi, il y a plein d’assassinats fort mal expliqués qui entraînent des événements catastrophiques : tel assassinat à Sarajevo entraîne la première guerre mondiale, tel autre à Paris la nuit de cristal et la deuxième guerre mondiale, tel attentat enfin la guerre du Vietnam ou la course au chaos planétaire américain. Comme le remarque Debord dans ses fastueux Commentaires :

« Il est difficile d’appliquer le principe Cui prodest ? dans un monde où tant d’intérêts agissants sont si bien cachés. De sorte que, sous le spectaculaire intégré, on vit et on meurt au point de confluence d’un très grand nombre de mystères. (1)»

Paradoxe : les théoriciens de la conspiration se veulent les dénonciateurs de la conspiration étatique ou oligarchique (terme actuel à la mode). Et cela finit comme dans le jeu d’enfants, « c’est celui qui dit qui l’est » : celui qui dénonce le criminel conspirateur devient le conspirateur criminel à cerner et enfermer… Or il y a là un front naturellement – et non conspirativement – hétérogène qui donne enfin raison au socialiste de tout à l’heure. La théorie de la conspiration, c’est le tiroir des choses inclassables de Boris Vian. On rêve du parti politique qui, largant l’Europe aux anciens parapets ou cet Etat-nation fatigué, refléterait ces aspirations, ou plutôt ces… expirations.

Il y a deux niveaux dans la théorie de la conspiration : un qui va s’en prendre à un événement scandaleusemt truqué par un pouvoir et ses médias (Kennedy, 11 septembre, mai 68, alunissage Apollo) ; et celui qui va considérer que c’est notre vision de l’histoire qui est tout simplement corrompue, et ce depuis deux siècles que l’histoire a prétendu – à l’époque romantique – devenir une science.

Sur le premier point je citerai encore Guy Debord, pieusement insulté en son temps par Michel Polac ou FOG sur la chaîne M6 :

« Tous les experts sont médiatiques-étatiques, et ne sont reconnus experts que par là. Tout expert sert son maître, car chacune des anciennes possibilités d’indépendance a été à peu près réduite à rien par les conditions d’organisation de la société présente. L’expert qui sert le mieux, c’est, bien sûr, l’expert qui ment. Ceux qui ont besoin de l’expert, ce sont, pour des motifs différents, le falsificateur et l’ignorant. »

Debord se moque des experts en vin, et c’est vrai qu’il y a hélas de quoi faire… On connaît aussi les experts en armes de destruction massive, les experts en traités de commerce, les experts en terrorisme et en état d’urgence, les experts en viande avariée et en changement climatique, les experts en assassinat au gaz syrien, les experts en viols ou en déplacement de population au Kosovo, – que le courageux journaliste Jacques Merlino avait remis à leur place.

Et puis il y a un autre problème : celui de la vision de l’histoire par les historiens modernes en général, surtout depuis l’époque romantique et scientifique. D’un coup l’histoire a été dépeuplée de ses Turenne et de ses Bayard, remplie de forces magiques, aveugles, de machinations. L’être humain n’a plus été considéré comme un facteur historique important, mais comme un champ de forces. On citera Nerval et son Aurélia pour comprendre le Zeitgeist de cette gothique et scientifique époque romantique :

« Il me semblait voir une chaîne non interrompue d’hommes et de femmes en qui j’étais et qui étaient moi-même… Cette pensée me conduisit à celle qu’il y avait une vaste conspiration de tous les êtres animés pour rétablir le monde dans son harmonie première, et que les communications avaient lieu par le magnétisme des astres, qu’une chaîne non interrompue liait autour de la terre les intelligences dévouées à cette communication générale, et les chants, les danses, les regards, aimantés de proche en proche, traduisaient la même aspiration.»

J’avais cité ce bel extrait dans mon livre sur Internet la nouvelle voie initiatique. Cette vision pythagoricienne ou novalisienne liée à un ineffable enchaînement va donner le fatalisme historique, le socialisme, le racisme, le bellicisme aussi, dont les démocraties occidentales ne sont pas sorties. Elle met fin, comme l’a vu Philippe Muray, au rationalisme et accompagne le darwinisme et le culte béat de la science. On se consolera en rappelant que Thucydide aussi décrit très bien (dans les discours de Périclès notamment) les mécanismes sophistiques qui font de la démocratie athénienne un empire thalassocratique toujours en guerre. Cet empire thalassocratique recréé au vingtième siècle a aussi prétendu conquérir l’espace en son temps et poser quelques pieds sur la lune. Nous ne ferons ici pas de commentaires sur cette question épineuse. Quoique…

La crise de la science historique n’échappa bien sûr pas au bon Alexis de Tocqueville :

« Les historiens qui vivent dans les temps démocratiques ne refusent donc pas seulement à quelques citoyens la puissance d’agir sur la destinée du peuple, ils ôtent encore aux peuples eux-mêmes la faculté de modifier leur propre sort, et ils les soumettent soit à une providence inflexible, soit à une sorte de fatalité aveugle. (2)»

On se mettra d’accord pour dire que cette vision magique de l’histoire favorise bien sûr la théorie de la conspiration. Cette théorie de la conspiration est liée à un monde mal expliqué, digne de l’histoire « racontée par un idiot et pleine de bruit et de fureur »… Comme dit Sartre dans sa bien belle et bizarre étude sur Mallarmé, tout le monde dénonce au XIXème siècle un complot (le complot juif, le complot maçon, le complot carbonaro, le complot jésuite…) parce qu’il y a un « complot permanent de la bourgeoisie ! ». Lui-même tombe dans la théorie de la conspiration en prétendant la dénoncer, comme l’idiot du village médiatique socialiste cité plus haut, qui veut enfermer tout le monde pour sauver la vérité démocratique estampillée par PPDA et l’actualité en bandeau.

Et Tocqueville ajoute, inquiété par cette vision tronquée de l’histoire qui dénie à l’homme son rôle sur sa vie, homme conditionné par Darwin puis par les sciences sociales :

« On dirait, en parcourant les histoires écrites de notre temps, que l’homme ne peut rien, ni sur lui, ni autour de lui. Les historiens de l’Antiquité enseignaient à commander, ceux de nos jours n’apprennent guère qu’à obéir. Dans leurs écrits, l’auteur paraît souvent grand, mais l’humanité est toujours petite. »

Notre écrivain ajoute dans le même chapitre, de sa plume incomparable, ces lignes qui rempliront de fierté Barack O. ou Erdogan :

« Si cette doctrine de la fatalité, qui a tant d’attraits pour ceux qui écrivent l’histoire dans les temps démocratiques, passant des écrivains à leurs lecteurs, pénétrait ainsi la masse en-tière des citoyens et s’emparait de l’esprit public, on peut prévoir qu’elle paralyserait bientôt le mouvement des sociétés nouvelles et réduirait les chrétiens en Turcs. »

Et bien c’est fait !

Dès lors on comprend le besoin d’une partie de l’opinion d’avoir des explications, même mauvaises. Et il y aura donc plusieurs niveaux dans la théorie de la conspiration : celle qui va délirer sur les juifs ou les jésuites, les patrons ou les communistes, et celle qui va chercher de comprendre par exemple les origines d’une guerre et la notion d’Etat profond. Les historiens libertariens américains, tous universitaires, sans un repris de justice (!), ont dénoncé le rôle obscur des Lincoln, Wilson, Roosevelt dans l’édification d’un Etat américain tentaculaire, surendetté, dangereux, boutefeu et surpuissant. On peut donner ici une petite liste de ces universitaires qui se réclament de la théorie de la conspiration sans avoir rien à voir avec le lumpen-prolétariat des antisémites et autres paranos remboursés par la sécurité sociale ; il y a de nombreux juifs parmi eux d’ailleurs (et je le précise, alors que le fait de le préciser peut passer pour antisémite par les temps orwelliens qui courent). Murray Rothbard, George Morgenstern (excellent sur Pearl Harbor), Ralph Raico, John Denson, Butler Shaffer, tous sont autant de grands noms qui voient que l’histoire officielle en Amérique manque vraiment d’éthique ou d’élémentaire logique.

Debord, qui reste un des rares héritiers de Tocqueville en France, remarque à ce propos – toujours dans les Commentaires :

« L’imbécillité croit que tout est clair, quand la télévision a montré une belle image, et l’a commentée d’un hardi mensonge. La demi-élite se contente de savoir que presque tout est obscur, ambivalent, « monté » en fonction de codes inconnus. Une élite plus fermée voudrait savoir le vrai, très malaisé à distinguer clairement dans chaque cas singulier, malgré toutes les données réservées et les confidences dont elle peut disposer. C’est pourquoi elle aimerait connaître la méthode de la vérité, quoique chez elle cet amour reste généralement malheureux. »

On se demande d’ailleurs comment « l’imbécillité qui croit que tout est clair »  va se faire expliquer tout à l’heure le 11 septembre, puisqu’on accuse tour à tour l’Etat US (thèse non plus de Chritopher Bollyn, mais des alliés saoudites !), l’Arabie saoudite, puis l’Iran – en ayant tout bonnement abandonné le pauvre Ben Laden dont personne ne veut plus parler !

Mais le secret de l’imbécillité, notamment en France et en Amérique, pays frères et rivaux du messianisme démocratique, est de creuser encore plus bas, même quand elle a touché le fond.

Sur cette nécessité donc de l’explication réaliste d’un événement ou d’une guerre, le grand historien et économiste Murray Rothbard a écrit les lignes suivantes – que nous ne traduisons pas :

« For a search for “conspiracies,” as misguided as the results often are, means a search for motives, and an attribution of individual responsibility for the historical misdeeds of ruling elites. If, however, any tyranny or venality or aggressive war imposed by the State was brought about not by particular State rulers but by mysterious and arcane “social forces,” or by the imperfect state of the world—or if, in some way, everyone was guilty (“We are all murderers,” proclaims a common slogan), then there is no point in anyone’s becoming indignant or rising up against such misdeeds. Furthermore, a discrediting of “conspiracy theories”—or indeed, of anything smacking of “economic determinism”—will make the subjects more likely to believe the “general welfare” reasons that are invariably put forth by the modern State for engaging in any aggressive actions. (3)»

Car ce ne sont pas les forces sociales qui mènent aux guerres, mais les élites politiques dégénérées…Suivez la situation en Pologne ou en Syrie.

Malicieux, Rothbard souligne donc que l’histoire conspirative recherche des motivations et des responsabilités ! On croirait lire Tocqueville… ce grand penseur a aussi préfacé la Servitude volontaire de La Boétie.

Il rappelle aussi la menace juridique-étatique derrière tout cela, et il a raison.

On constate que Rothbard est aussi un peu agacé par les « forces sociales », forces cousines de ces « sciences sociales » auxquelles Zygmund Dobbs, dans un livre célèbre des années soixante, a rendu un hommage très rebelle (Céline aussi s’est défoncé contre le « sozial »). Mais ce que souligne Rothbard c’est que notre Etat moderne si fort impose son histoire, son archi-texture, ses moyens, ses credos pour conditionner ses citoyens-sujets. L’Etat d’ailleurs impose sa vision du monde comme ses impôts. Et ses historiens deviennent ses percepteurs ou ses sergents recruteurs, nous en savons quelque chose un peu partout. Les Etats endettés (debitum, le péché en latin) n’ont jamais été aussi prégnants ou accablants en Amérique ou dans le monde dit libre. Les mêmes administrations qui chassent le conspirateur font la chasse au passé. Comme en 1793 d’ailleurs (c’est pour cela que l’Etat-nation…).

Bossuet ou Michelet ou Malet-Isaac n’ont donc pas à être préférés l’un à l’autre, sinon pour des raisons stylistiques ; pour le reste il servent un agenda conquérant, qui va nous imposer le culte du roi-soleil, les ravages du Palatinat, la dévastation de la Hollande ou, en mode républicain, les massacres de la première Guerre mondiale, réalisée sous les auspices de notre pauvre Jeanne d’Arc au culte souvent si utile aux fournisseurs des cimetières.

Après Tocqueville, Céline avait compris qu’il fallait se méfier de l’histoire – comme d’ailleurs Paul Valéry. Je cite le premier – Céline :

« Comme le système était excellent, on se mit à fabriquer des héros en série, et qui coûtèrent de moins en moins cher, à cause du perfectionnement du système. Tout le monde s’en est bien trouvé. Bismarck, les deux Napoléon, Barrès aussi bien que la cavalière Elsa. La religion drapeautique remplaça promptement la céleste, vieux nuage déjà dégonflé par la Réforme et condensé depuis longtemps en tirelires épiscopales. »

C’est un étonnant professeur d’histoire nommé Princhard qui tient ce discours pacifiste à Bardamu. Et il insiste sur le peu d’avenir des pacifistes en démocratie – qui n’ont pas attendu Churchill ou Saddam Hussein pour être traités de munichois… la démocratie étant dans un monde qui n’est jamais « assez sûr pour elle » (Woodrow Wilson) se doit d’être toujours en guerre. Ceux qui ne sont pas en guerre sont des traîtres à la solde de l’ennemi. Le leader socialiste Eugene Debs fut condamné pour pacifisme à dix ans de prison sous Wilson, avant d’être libéré par le président Harding, lui-même damné pour isolationnisme.

« Les hommes qui ne veulent ni découdre, ni assassiner personne, les Pacifiques puants, qu’on s’en empare et qu’on les écartèle ! Et les trucide aussi de treize façons et bien fadées ! Qu’on leur arrache pour leur apprendre à vivre les tripes du corps d’abord, les yeux des orbites, et les années de leur sale vie baveuse ! (4)»

Car Céline a compris que l’histoire officielle servira surtout à tuer et à justifier des guerres (aujourd’hui : Syrie, Irak, Libye, Ukraine…). Ceux qui ne veulent pas de ces guerres seront des mutinés conspirateurs.

Et Valéry, ce bel esprit isolé en son temps, témoigne à son tour, après un siècle passé à célébrer Valmy, les ancêtres gaulois, Napoléon ou les croisades :

« L’Histoire est le produit le plus dangereux que la chimie de l’intellect ait élaboré. Ses

propriétés sont bien connues. Il fait rêver, il enivre les peuples, leur engendre de faux

souvenirs, exagère leurs réflexes, entretient leurs vieilles plaies, les tourmente dans leur

repos, les conduit au délire des grandeurs ou à celui de la persécution, et rend les nations

amères, superbes, insupportables et vaines. (5)»

Nous ne nous sommes pas éloignés du sujet. La théorie de la conspiration est donc une critique pacifiste de l’Histoire officielle. Les historiens dits conspiratifs sont plutôt des savants et des pacifistes, les historiens et les commentateurs systémiques (qui peuvent être d’extrême-droite : voyez Bainville et les sourcilleux bataillons de l’A.F.) sont plutôt des bellicistes, parce qu’ils expliquent mal (le terrorisme, les forces sociales, l’impérialisme…) ou pas du tout les événements concernés, ou parce qu’ils les recyclent et les manipulent pour aider les politiques et leurs commanditaires à préparer les guerres suivantes (Johnson pour le Vietnam, Bush pour le Moyen-Orient). Toute l’histoire de la deuxième guerre mondiale vient ainsi d’être réécrite pour justifier la prochaine guerre contre la Russie qui sauvera une deuxième fois le « soldat Ryan » mais en terminera avec l’Europe.

Mais quand on aime la démocratie, la paix, et la liberté, on ne compte pas.

Et comme on aime la vie, l’esprit et surtout Shakespeare, on citera les lignes suivantes :

« Conspiration ! Masque-toi sous les sourires de l’affabilité, car si tu marches de ton allure naturelle, l’Erèbe lui-même ne serait pas assez ténébreux pour te dérober au soupçon. (6)»

Notes:

(1) Debord, Commentaires sur le Société du spectacle

(2) Tocqueville, De la Démocratie 2, Première partie, Chapitre XXI

(3) Murray Rothbard, a libertarian manifesto, p. 80-81

(4) Voyage au bout de la nuit, p. 80.

(5) Regards sur le monde actuel, « de l’Histoire ».

(6) Jules César, acte II, sc.I.

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …