Accueil FOCUS Analyses Le Système, économiquement à bout de souffle

Le Système, économiquement à bout de souffle

Bien évidemment, chacun est libre de ses choix politiques et économiques. Cela ne signifie pas pour autant que tous ont raison. Plus exactement, chaque système porte en lui même avantages et inconvénients. Il n’en reste pas moins que ce que l’on appelle « avantages » pour les uns n’est autre que défauts pour les autres. Il est dès lors bien difficile de porter un jugement objectif, de type scientifique, sur telle ou telle structure politico-économique.

Le système dans lequel nous vivons en France est à l’image de ce que connaissent tous les Occidentaux. Avec une tradition française d’interventionnisme de l’Etat qui n’est nullement récente puisque Colbert n’est certes pas l’un de nos contemporains. En 1981 eut lieu, pour reprendre le terme de l’époque le « changement » se traduisant par une mise au pas de l’Economie, principalement pour des raisons idéologiques. C’est ainsi que passèrent rapidement au rouge de nombreux voyants majeurs suite à la politique menée par les socialistes qui, à l’époque, méritaient encore leur nom.

On sait l’histoire. Fut décrétée une pause que l’on appela parenthèse, qui depuis 1983 ne s’est jamais refermée. Guère surprenant dès lors si c’est sous Lionel Jospin alors premier ministre (1997/2002) que la dette fut stabilisée et même baissa. On évoqua progressivement au vu des politiques menées par les divers gouvernements de gauche depuis 1983, un « Bad Godesberg » à la française, c’est à dire la fin du socialisme au profit de la social-démocratie.

On est bien obligé avec le temps qui s’écoule, de constater que même l’idée de social-démocratie paraît de plus en plus inadaptée pour qualifier les politiques économiques menées par la gauche. Cette dernière est tout simplement devenue libérale. La terminologie faisant la seule différence, on est désormais confrontés au choix entre libéraux-sociaux (la droite) et sociaux-libéraux (la gauche). Dans les faits, rien n’indique d’ailleurs que les sociaux-libéraux soient davantage sociaux que les libéraux-sociaux. A titre d’exemple, c’est sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy que furent augmentées les ressources attribuées aux invalides de 25%, bloquées depuis sous Hollande.

De façon similaire en Allemagne, c’est sous le magistère de Schröder ( « gauche ») qu’eut lieu la grande libéralisation incarnée par les lois Hartz.

Ces réformes, menées par les gauches européennes, reçoivent bien évidemment l’assentiment de la droite, même si celle ci s’en défend, pour des raisons de politiques politiciennes.

On pourrait croire, au motif du consensus majeur présent en Europe en matière d’économie, que nous allons dans la bonne direction. Or, et ce même dans les pays majeurs constituant l’Europe (Espagne, Italie, France, Allemagne), la situation économique n’est pas bonne, même pour un œil capitaliste.

L’Allemagne, dont on avait tant vanté le succès, est aujourd’hui à la peine. On peut donc en déduire que, quand bien même un pays capitaliste est bon élève en la matière, que cela ne l’empêche nullement d’échouer. Plus grave, lorsqu’on quitte la fascination pour les indicateurs économiques, le désastre social appert. C’est ainsi que :

“L’Allemagne n’a jamais été aussi profondément divisée qu’aujourd’hui”, a déclaré Ulrich Schneider, président de la très respectée Paritätische Gesamtverband, une fédération qui regroupe environ 10 000 associations actives dans le domaine de l’aide sociale et de la santé, lors d’une conférence de presse à Berlin. “Le taux de pauvreté, à 15,2 %, a atteint un nouveau et triste record en 2012”, souligne l’édition 2013 du rapport annuel de cette organisation, qui s’appuie sur des données de l’institut allemand des statistiques (Destatis). “Une personne sur sept est pauvre ou menacée de pauvreté”, avec un revenu inférieur à 60 % du revenu médian, a noté M. Schneider en relevant la hausse quasi constante du taux de pauvreté depuis 2006, selon le texte de son intervention diffusé dans un communiqué.

Mais aussi,

Ainsi, le taux de pauvreté dépasse à peine 11 % dans les riches États régionaux du sud (Bavière, Bade-Wurtemberg) mais dépasse 20 % dans plusieurs États du nord (Berlin, Brême, Saxe-Anhalt et Mecklembourg-Poméranie-Occidentale). “Des centres pour jeunes ou personnes âgées, des bibliothèques, des piscines ferment dans beaucoup d’endroits”, s’alarme le rapport. “Des régions entières sont plongées dans une spirale du déclin”, selon M. Schneider, qui désigne la région de la Ruhr, ancien bastion industriel de l’ouest de l’Allemagne, comme la plus problématique.

La situation n’est pas plus réjouissante en Italie que ce soit dans le domaine économique ou social. Citons :

« La pauvreté “absolue” concerne 9,9% des Italiens, soit 6,20 millions d’entre eux, alors qu’ils n’étaient “que” 4,81 millions (8%) en 2012. »

“En 2013, 1,434 million de mineurs sont en état de pauvreté absolue”, un chiffre en légère amélioration par rapport à 2012 (1,58 million), souligne le rapport.

« Dans le Sud, tous les indices sont en augmentation: on y compte en effet 725.000 personnes pauvres “absolues” en plus, soit 3,72 millions, la pauvreté relative étant quant à elle passée de 21,4% à 23,5%. »

L’Espagne n’est pas en reste :

« Dans l’Espagne qui, selon Zapatero [président du gouvernement espagnol entre 2004 et 2011], arriverait à dépasser en 2013 la France en termes de revenu par tête, il y a aujourd’hui trois millions de personnes qui vivent avec moins de 307 euros par mois. »

« Cette enquête révèle que le taux de pauvreté a doublé au cours des derniers six ans et cela en dépit du fait que le seuil de pauvreté est passé de 15’900 euros de revenu annuel par ménage (soit deux adultes et deux enfants) en 2009 à 14’700 en 2012. »

« Pourtant, le fait d’avoir un travail n’est pas pour autant une garantie d’échapper à la pauvreté. Caritas prétend qu’il y a 13% de travailleurs pauvres en Espagne. Selon la Croix Rouge, 8,9% des personnes avec un emploi en Union européenne (UE) se trouvent au seuil de la pauvreté. Les inégalités, cependant, ne cessent de croître: selon Caritas, le 20% de la population la plus riche concentre 7,5 fois plus de richesses que le 20% de la population la plus pauvre. »

Quant à notre Vieille France, nous constatons jour après jour ce qu’il en devient. Le vieux slogan de la gauche, « les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres », naguère erroné, est aujourd’hui validé dans les faits. Ce qui est tout aussi certain, c’est que lorsque l’on prend la peine de lire la presse capitaliste (les echos, la tribune, …), on s’aperçoit que l’avenir est noir avec un risque majeur de spirale déflationniste. Fatalement, il faut s’attendre à ce que le chômage continue d’augmenter, phénomène non seulement français mais aussi européen de façon plus générale. Il est donc temps de rappeler le crime qui fut celui d’accepter une concurrence mondiale débridée. Par voie de conséquence, le segment politique qui s’étend de la droite de l’ump à la gauche du ps constitue une impasse.

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close