Accueil ACTU Europe La fin de l’exception allemande

La fin de l’exception allemande

L’afflux de réfugiés menace aujourd’hui le statut particulier de l’Allemagne en Europe, né de sa prospérité économique. Le redoutable défi ainsi lancé à sa société démocratique risque d’affaiblir en retour tout notre continent

Dans un discours célèbre prononcé à Hambourg en 1953, Thomas Mann considérait qu’une « Allemagne Européenne » était la seule alternative au risque toujours présent d’une « Europe Allemande ».

Au lendemain d’élections régionales dans le Mecklembourg – qui ont vu le parti d’extrême droite l’AFD, devancer dans son Land même, la CDU – peut -on parler de la fin de « l’exceptionnalisme » allemand ? Angela Merkel est confrontée au fait que l’Europe a beau être de plus en plus « Allemande » en termes de poids économique et politique, l’Allemagne devient elle aussi de plus en plus « Européenne », et ce au sens des émotions négatives.

Plus de soixante dix ans après la chute du Troisième Reich, sous l’impact de cet accélérateur formidable qu’a constitué l’afflux massif de réfugiés, l’Allemagne est en train de se « normaliser » sous nos yeux. Il apparaît désormais probable que pour la première fois depuis 1945, les représentants d’un parti d’extrême-droite siègeront bientôt au Bundestag. Un scénario que n’avait pas prévu (pas si vite en tout cas) l’architecte des lieux, Norman Foster, qui avait fait de ce bâtiment une nef d’espoir, de lumière et de transparence démocratique.

Cette fin de l’exception allemande était sans doute inévitable, avec le simple passage du temps, l’érosion naturelle du pouvoir de la Chancelière après dix ans, mais surtout compte tenu de l’impact de l’afflux de réfugiés sur toute société démocratique. Parce qu’elle a « péché » plus que toute autre Nation européenne, de 1933 à 1945, l’Allemagne en quête de « rédemption » se devait de faire preuve d’une « vertu » exceptionnelle. Quelle ironie tragique de voir des petites villes et de petits villages allemands – qui sous le régime nazi ont sacrifié sur l’autel de l’idéologie la plus folle, des populations juives qui ne constituaient aucune menace et qui s’étaient parfaitement intégrées en leur sein – accueillir à bras ouverts, complexe de culpabilité historique oblige, des populations réellement « Autres » et dont certains membres peuvent même se révéler constituer un véritable danger pour les populations locales…

En acceptant, avant tout pour des raisons éthiques, et ce dans un laps de temps très court, plus d’un million de réfugiés, la Chancelière a fait preuve de courage politique. Un courage qui a un prix.

La fragilisation de la « Mère de l’Europe » intervient au pire des moments pour l’Union. Si l’Europe ne peut plus compter sur le pilier de stabilité que constitue l’Allemagne derrière sa Chancelière, d’où peut venir l’espoir ?

L’Europe se trouve comme prise en otage par deux processus de désintégration qui se déroulent parallèlement et simultanément. Le Brexit à l’Ouest, la « Contre Révolution » Centre Européenne à l’Est. Si les Britanniques ont dit « Non » à leur appartenance à l’Union, Polonais et Hongrois disent eux désormais clairement « Non » aux valeurs qui fondent l’Europe. Instruits par l’exemple de la Grèce, ils veulent des touristes et pas des réfugiés, la présence des seconds rendant plus difficile la venue des premiers.

On ne saurait attendre de l’Italie de Renzi – qui vit à l’ombre incertaine du référendum de Novembre sur la réforme institutionnelle – qu’elle puisse se substituer à la Grande-Bretagne, comme semblent l’espérer certains, faisant preuve ainsi d’une absence de réalisme.

Depuis le 23 Juin 2016, il y a moins de Grande-Bretagne en Europe et très probablement aussi moins d’Europe dans le monde. Sans surestimer les résultats des élections régionales au Mecklembourg, on peut légitimement se demander aussi, si depuis le 4 Septembre 2016, il n’y a pas un peu moins d’Allemagne en Europe ?

Aux yeux des Asiatiques et des Chinois en particulier, ce n’est assurément pas le cas. La montée de l’extrême-droite en Allemagne ou plus globalement en Europe ne les émeut guère. Pour eux l’Allemagne reste plus que jamais à leurs yeux – compte tenu de ses performances économiques et commerciales – l’Europe, au moins ce qu’elle devrait être. Lorsque les Chinois reçoivent le Président Français ou le Premier Ministre Britannique, ce sont la France et la Grande-Bretagne qu’ils accueillent. Dans le cas d’Angela Merkel – ce n’est pas seulement l’Allemagne, mais l’Europe qu’ils honorent.

Une Allemagne toujours plus « Européenne » avec la montée du populisme en son sein, une Europe un peu moins « Allemande » en raison de la fragilité politique nouvelle d’Angela Merkel : tout cela renforce l’importance des élections présidentielles à venir en France. Si la « Mère des démocraties », la Grande-Bretagne, a choisi de partir, si l’exceptionnalisme allemand se réduit, si l’Italie se fragilise, si la question Grecque est de retour…., alors le vote des Français devient crucial. Au Printemps 2017, ils ne se choisiront pas seulement un Président, ils auront l’occasion de démontrer que la montée des populismes n’est pas irrésistible. Dans l’entourage d’Angela Merkel, il est clair aujourd’hui que l’on souhaite, discrètement bien sûr – réserve diplomatique oblige – la victoire d’Alain Juppé, un sage réformateur qui apparaît le plus à même d’opposer une résistance victorieuse au Front National. Même s’il existe une forme de curiosité positive à l’égard de la, possible candidature, d’Emmanuel Macron.

Le Mecklembourg a beau être l’endroit où souhaitait se trouver le Chancelier Bismarck si la fin du monde devait advenir : « car il l’apprendrait avec 50 ans de retard »., ce qui s’est produit le 4 septembre dernier, dans ce petit Land provincial, n’en demeure pas moins comme un avertissement sévère pour Angela Merkel, l’Allemagne et l’Europe dans son ensemble. Comme le mal chez Jacques Audiberti, « le Populisme court ».

Dominique Moisi

Chroniqueur – Conseiller spécial à l’Ifri (Institut français des relations internationales)

Les Echos

Attachments

Consulter aussi

Russes et Serbes : Histoire d’une véritable fraternité slave

L’amitié entre Russes et Serbes n’est pas un vain mythe. C’est une réalité spirituelle, culturelle …