Accueil DÉBATS Invités France: coup d’envoi de la primaire à droite

France: coup d’envoi de la primaire à droite

La primaire commence mercredi, avec Juppé et Sarkozy en favoris

La primaire de la droite française, étape cruciale de la course à l’Elysée, débute officiellement mercredi avec deux grands favoris, l’ancien président Nicolas Sarkozy et l’ex-Premier ministre Alain Juppé, des hommes aux antipodes mais aux destins liés depuis 40 ans.

L’instance chargée d’organiser cette première primaire prévue les 20 et 27 novembre, rendra publique dans la journée la liste des candidats autorisés à concourir au nom de l’opposition, donnant le coup d’envoi officiel d’une campagne déjà largement entamée.

Parmi les noms attendus, Alain Juppé, un cérébral parfois taxé de raideur, fait la course en tête et mise sur les voix du centre pour l’emporter. Juste derrière, l’énergique Nicolas Sarkozy mène une campagne très à droite pour rattraper son retard.

Second tour

Les autres prétendants – dont une seule femme et un autre ancien Premier ministre, François Fillon – ne devraient pas s’immiscer dans ce duel annoncé.

L’enjeu du scrutin est de taille: compte-tenu de l’impopularité record de la gauche au pouvoir depuis cinq ans et de ses querelles internes, le gagnant de la primaire du parti Les Républicains a toutes les chances, selon les sondages, de se retrouver au second tour de la présidentielle face à la candidate de l’extrême droite Marine Le Pen.

Le Front national (FN), progresse à chaque élection, mais suscite toujours le rejet d’une majorité des Français. Le vainqueur de la primaire de la droite a donc aussi toutes les chances devenir le prochain président français. «Le match de la présidentielle va se jouer en novembre», comme l’a résumé récemment l’ex-Premier ministre de droite, Jean-Pierre Raffarin.

«Terrible guerre»

Aussi, Nicolas Sarkozy, 61 ans, et Alain Juppé, 71 ans, s’apprêtent à se livrer une «terrible guerre», selon Anita Hausser et Olivier Biscaye, auteurs d’«Ennemis de trente ans», un ouvrage consacré à ces «deux ambitions revendiquées».

Depuis leurs débuts en politique, au milieu des années 70, les deux hommes occupent des créneaux distincts. Alors Premier ministre, Jacques Chirac, avait «identifié avec ces deux-là un binôme complémentaire (…): A Sarkozy, le terrain et les réunions militantes. A Juppé, le bureau et les réunions stratégiques», rappellent les auteurs.

Après plusieurs batailles communes, leurs chemins se séparent à l’approche de la présidentielle de 1995. Alain Juppé reste fidèle à Jacques Chirac, tandis que Nicolas Sarkozy se range derrière l’autre candidat de droite, Edouard Balladur, qui sortira perdant.

Différences de style

Après cette première confrontation – par mentor interposé -, les deux hommes traversent tous deux des moments difficiles. Mis à l’écart par le désormais président Chirac, Nicolas Sarkozy devra attendre les années 2000 pour revenir au premier plan.

Alain Juppé, nommé Premier ministre, bat vite des records d’impopularité avec des manifestations monstres contre ses réformes sociales à l’hiver 95. En 2004, son destin semble définitivement scellé quand il écope d’une peine d’un an d’inéligibilité pour une affaire d’emplois fictifs.

Paradoxalement, c’est l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence en 2007, qui le remet en selle, au ministère de la Défense puis des Affaires étrangères. Aujourd’hui, l’heure n’est plus à la collaboration. Loin de là.

Leur affrontement se fonde d’abord sur leurs différences de style. «Juppé candidat, ça ne me gêne pas du tout, il me rajeunit», aurait lancé Nicolas Sarkozy selon l’hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné. Alain Juppé, lui, accuse à demi-mots son concurrent de manquer de sang-froid, parlant même de «frénésie» ou d’«hystérie déraisonnable».

L’«identité heureuse» de Juppé

C’est sur le fond qu’ils divergent le plus. Dans un pays traumatisé par les attentats djihadistes , Nicolas Sarkozy fait campagne musclée sur la sécurité et l’identité, la «peste noire» de l’islamisme, les ancêtres «gaulois» des Français…

A l’inverse, Alain Juppé table sur l’«identité heureuse», refuse de «céder à la peur» et appelle à ne pas stigmatiser les musulmans dans une volonté de rassembler.

Selon les sondages, l’ex-chef d’Etat a les faveurs des militants de son parti Les Républicains, tandis que Alain Juppé séduit davantage à l’extérieur du parti.

L’issue des primaires – ouvertes à tous ceux qui «se reconnaissant dans les valeurs de la droite et du centre» – dépendra donc largement de la participation au delà du noyau dur des militants.

Tdg.ch

Consulter aussi

Les Insoumis tacticiens voteront Le Pen

Disons tout de suite que dans l’état actuel des choses, il est absolument impossible que …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close