Accueil ACTU Monde Syrie : la Russie refuse de céder aux menaces des Etats-Unis

Syrie : la Russie refuse de céder aux menaces des Etats-Unis

Syrie. La Russie, soutien des forces de Bachar Al-Assad, a annoncé hier jeudi 29 septembre le maintien de sa campagne de bombardements aériens. Une déclaration destinée au secrétaire d’Etat américain John Kerry qui avait, quelques heures plus tôt, menacé Moscou d’arrêter toute coopération si les bombardements ne prenaient pas fin à Alep.

Depuis une semaine et l’échec de la dernière trêve, les quartiers rebelles de la partie est d’Alep subissent les bombardements incessants du régime et de son allié russe. Ignorant les menaces des États-Unis, Moscou a affirmé le jeudi 29 septembre vouloir poursuivre cette campagne de bombardements aériens afin de « lutter contre le terrorisme en Syrie ».

En réponse au secrétaire d’Etat américain John Kerry qui avait menacé Moscou d’arrêter toute coopération en Syrie tout en qualifiant ses agissement de « crimes de guerre », Dmitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, a tenu à souligner que « les obligations que Washington [avait] accepté d’assumer n’avaient elles, pas été respectées ». La Russie exige donc que les Etats-Unis fassent pression sur les rebelles syriens afin qu’ils puissent enfin prendre leurs distances des groupes djihadistes tel que le Front Fateh Al-Cham.

« On ne peut pas parvenir à la paix en Syrie en bombardant le chemin » 

« Certains peuvent penser qu’ils peuvent conquérir Alep en bombardant l’est de la ville, mais ce n’est pas le cas. On ne peut pas parvenir à la paix en Syrie en bombardant le chemin », a déclaré, jeudi 29 septembre,  Staffan de Mistura envoyé spécial de l’Organisation des Nations unies en Syrie. « Nous prenons malheureusement note du caractère non constructif de la rhétorique de Washington ces derniers jours » a quant à lui répondu Dmitri Peskov. Un an après son entrée en guerre en Syrie, la Russie plus que jamais sous le feu des critiques occidentales reste déterminée face à des « partenaires [américains] qui se sont révélés incapables d’influencer la situation ».

Valeurs Actuelles

Attachments

Consulter aussi

Pourquoi les USA n’auraient jamais dû exister

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker a mis en rage les énergumènes de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close