Accueil ACTU Monde L’Allemagne ouvre le débat sur la déchéance de nationalité

L’Allemagne ouvre le débat sur la déchéance de nationalité

Selon le ministre de l’Intérieur allemand, Thomas de Maizière, les citoyens binationaux qui participent à des activités terroristes pourraient se voir retirer leur nationalité allemande.
Pour l’instant, ce n’est qu’une idée parmi d’autres. Mais elle va relancer un débat que l’on croyait clos. En présentant jeudi ses propositions pour renforcer la sécurité en Allemagne et lutter contre le terrorisme, le ministre de l’Intérieur (CDU) Thomas de Maizière a évoqué une mesure fortement symbolique. «Les Allemands qui participent aux combats à l’étranger pour une milice terroriste et qui possèdent une autre nationalité doivent à l’avenir perdre leur nationalité allemande», a-t-il expliqué. C’est la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux que François Hollande a échoué à faire adopter en France.

À quelques semaines d’élections régionales en Mecklenbourg Poméranie Occidentale et à Berlin et à treize mois des élections fédérales, le débat qui va s’engager désormais en Allemagne et dans la coalition CDU/CSU SPD au pouvoir s’annonce tendu. «Je sais ce que cette proposition sera difficile pour les sociaux-démocrates mais je crois qu’elle est acceptable», a jugé Thomas de Maizière, comme pour mieux mettre au défi ses partenaires de gauche. Il a aussi rappelé qu’il était déjà possible dans la loi allemande de déchoir de sa nationalité allemande un binational engagé dans une armée étrangère. Le ministre espère obtenir gain de cause avant la fin de la législature.
Abolir la binationalité ?

Comme signe de compromis vis-à-vis du SPD, le ministre conservateur a toutefois pris ses distances avec une autre proposition encore plus radicale venue des rangs de la CDU: abolir purement et simplement la binationalité en Allemagne. Déjà possible pour les ressortissants de l’Union européenne, celle-ci a été étendue en 2014 en abolissant le principe qui obligeait les jeunes adultes nés en Allemagne et de nationalité étrangère à choisir une seule appartenance. «La double nationalité permet à ces jeunes de s’intégrer», a rappelé mercredi Thomas Oppermann, le président du groupe SPD au Bundestag. Pour la gauche, il est «hors de question» de revenir sur cet acquis.

Avec la déchéance de nationalité et les autres mesures mises en débat jeudi, comme la procédure d’expulsion accélérée des étrangers condamnés, le renforcement de la pénalisation de l’apologie du terrorisme ou les nouveaux moyens matériels accordés à la police, Thomas de Maizière espère rassurer une opinion publique ébranlée par la série d’agressions du mois de juillet: le tueur fou de Munich et les deux attaques terroristes de Würzburg et Ansbach. Une politique de sécurité claire permettra aussi «d’accroître le soutien» à la politique en faveur des réfugiés, a-t-il ajouté.

Le ministre entend aussi ouvrir le débat politique alors que la sécurité s’annonce comme l’un des thèmes de la campagne électorale de 2017. Les conservateurs de la CDU/CSU s’inquiètent de la progression du parti populiste antimigrants AfD qui pourrait bouleverser l’équilibre des forces s’il parvient à entrer au Bundestag. Ils comptent aussi placer la gauche devant ses contradictions.

Nicolas Barotte

Le Figaro

Attachments

Consulter aussi

Pourquoi les USA n’auraient jamais dû exister

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker a mis en rage les énergumènes de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close