Accueil ACTU Politique Valls craint de voir la gauche de gouvernement «pulvérisée» en 2017

Valls craint de voir la gauche de gouvernement «pulvérisée» en 2017

Devant les députés socialistes, réunis mardi matin à l’Assemblée, le premier ministre a exhorté les parlementaires à être «solides» face aux difficultés actuellement traversées par François Hollande.

Son ton se fait de plus en plus grave. À mesure que l’élection présidentielle approche, et alors que François Hollande reste englué dans une crise d’impopularité dont rien ne semble pouvoir le sortir, Manuel Valls place peu à peu ses pions en vue de 2017. Car s’il répète à l’envi sa loyauté et sa fidélité vis-à-vis du chef de l’État, le premier ministre prépare activement son éventuelle entrée en campagne, dans le cas où le président sortant serait contraint de renoncer à se présenter faute de contexte favorable.

Ainsi, s’exprimant devant les députés socialistes lors de leur traditionnelle réunion de groupe du mardi, le chef du gouvernement a tenu à adresser un message de remobilisation à l’heure où l’explosif livre-confessions Un président ne devrait pas dire ça… a semé le trouble à gauche. «Ce que je ressens dans ce moment-là, c’est que la gauche de gouvernement peut sortir pulvérisée. Et ma responsabilité, la vôtre en tant que parlementaires, c’est d’être solides», aurait-il exhorté, selon un participant cité par l’AFP.

Les inquiétudes de Valls partagées par ses proches

L’hôte de Matignon, qui a annulé une visite en Seine-Saint-Denis pour s’exprimer devant ses troupes, a ensuite repris la stratégie récemment adoptée par les proches de Hollande pour leur précampagne: la valorisation du bilan via la critique de l’opposition. «Au moment de la primaire à droite, avec ce programme économique commun qui ne vise qu’à s’attaquer à notre modèle social, il faut tenir les institutions collectivement. Faire attention à cela: à la France et à la gauche», a conclu Manuel Valls.

Il y a plusieurs semaines, déjà, le premier ministre avait confié sa crainte de voir son camp être éliminé «dès le premier tour» de la prochaine présidentielle. Des inquiétudes visiblement partagées par ses proches qui, déboussolés par les difficultés de François Hollande, le poussent sérieusement se lancer. Tous se sont d’ailleurs lancés dans une offensive concertée en ce sens lundi, insistant sur le fait que Manuel Valls «tenait la maison France» dans le même temps qu’il «incarnait un espoir à gauche».

Le Figaro

Attachments

Consulter aussi

Macron-Président ! Premiers pas, Controverses & Craintes du… sur place [1]

Le Roi est mort ! Vive le Roi a-t-on envie de dire. C’est peu de le …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close