Accueil DÉBATS Invités Europe à deux vitesses ? Ou, carrément, deux en Une ? [1]

Europe à deux vitesses ? Ou, carrément, deux en Une ? [1]

L’Union européenne n’est pas au mieux de sa forme ! À l’évidence, certains – &, là, pensons très fort au président américain, Donald J. Teflon Trump (lui, plutôt en pleine forme) – s’en réjouiront certainement. Quant aux Européens eux-mêmes, la belle usine à gaz bruxelloises pourrait avoir de plus en plus de mal à fonctionner en l’état. Question : l’édifice squatté, de si longtemps, par nos Vieillesses  junckeriennes aboutira-t-il à une Europe à deux vitesses ? Ou, carrément, à deux en Une ? Quant au pire… Épisode 1

« Soros veut remplir l’Europe de migrants parce qu’il aime les esclaves ».
Matteo Salvini, vice-président du Conseil & ministre italien de l’Intérieur.

| Q. Quelques chose sur la France en finale de la Coupe du monde ?

Jacques Borde. (Soupir) Oui, mais très vite et, par politesse !

Primo. Ces quelques mots d’un ami : « Comme le précise la correspondante de Sputnik sur place, les policiers ont dû intervenir après que des fans se sont mis à jeter des bouteilles et à lancer pétards. Des pierres ont également volé. C’est marrant, j’ai rien vu de tel sur BFM. Ils sont terribles les Russes avec leurs Fake News… ».

Secundo. Chris Froome au Tour de France (si, si) et les ‘Bleus’ en finale. Voilà, voilà. Heureusement, les Croates sont là pour nous amener un peu de vraie sportivité et d’authenticité ! Restons-en là…

| Q. Alors, revenons à l’Europe : pourquoi un tel flou après l’accord de dernière minute entre les 28 ?

Jacques Borde. Parce que c’est, et cela restera pendant longtemps encore, un invraisemblable foutoir, pardi !

Même si comparaison, n’est pas raison : c’est du même registre que les Accord d’Oslo, où pour satisfaire l’ego de Clinton1, son administration fera signer un traité géopolitiquement vide, laissant aux parties (Israël et l’OLP) la responsabilité de s’entendre après coup. Gageure évidemment impossible à atteindre, les agendas respectifs des deux étant opposés en quasiment tout.

Là, c’est à peu près la même cuisine, les 28 se sont mis d’accord sur un canevas vide, que chacun est libre de remplir à sa guise et d’agir comme il l’entend en matière migratoire. Accueillir ou pas, cotiser au pot commun ou pas, patin-couffin et tutti quanti !

Sommet de cette joute picrocholine, Emmanuel Macron, qui, après avoir menacé de son jovien courroux, ceux des méchants Européens refusant d’ouvrir affectueusement leurs bras aux migrants (sic) a affirmé qu’il était hors de question que – de par sa position géographique, la belle défausse que voilà – que la France ouvre sur son sol un des nouveaux hotspot.2 évoqués dans le communiqué final.

| Q. Les Européens en dessous de tout ?

Jacques Borde. Plus ou moins. Mais dans cette affaire, ils sont loin d’être les seuls.

| Q. Et, là, vous pensez à qui ?

Jacques Borde. Je note que ni l’Algérie, ni le Maroc, ni la Tunisie, pourtant aussi méditerranéens que la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, etc., n’ont l’intention d’accueillir qui que ce soit de ce flot migratoire interrompu. À commencer, par leurs propres ressortissants. Ce qui est tout de même un comble. Idem pour nos amis des pétromonarchies suintant le pétrodollar. Par ailleurs responsables de l’essor de groupes nazislamistes comme Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH)2, Jabhat an-Nusrah li-Ahl ach-Chām3, Jamā’at Anṣār al-Furqān in Bilād as-Chām (JAFBS)4, etc. !

Encore une fois, la solidarité c’est pour les niaiseux d’Européens que nous sommes. Et, bien sûr, toujours dans le même sens.

| Q. Et, bien sûr cela ne vous convient pas ?

Jacques Borde. Non, absolument pas. Pourquoi serait-ce à l’Europe d’éponger le trop-plein démographique d’un Sud incapable de se gouverner ?

| Q. Y pouvons-nous seulement quelque-chose ?

Jacques Borde. Oui et non. C’est une question de volonté politique. N’en ayant guère, les pays vautrés dans la doxa immigrationniste, eux, se coucheront.

Oui. Face à nos amis maghrébins, puisque nous parlons d’eux, nous ne sommes pas complètement désarmés.

Primo, l’Algérie. Si tous les pays rétifs à la coucherie migratoire de Bruxelles mettaient leurs achats de gaz dans la balance, Alger y perdrait de sa superbe, croyez-moi…

Secundo, le Maroc. Cessons d’y délocaliser, comme nous le faisons, une partie de nos activités. C’est donc assez simple : remettons en cause quelques accords et appliquons une saine réciprocité dans nos rapports avec ces pays, cela devrait les pousser à revoir leur feuille de route à notre endroit.

| Q. Mais ces pays ne sont-ils pas aussi nos amis ?

Jacques Borde. Oui. Mais :

1- de quelle amitié parle-t-on ici ?
2- l’amitié est une chose. Mais la réciprocité entre États souverains reste la base des relations bilatérales, que je sache.

Alors, cessons, enfin, de prendre en mains les souffrances des autres. Que se soucient-ils des nôtres ? Alors, commençons pas résoudre nos propres problèmes.

| Q. Mais, est-ce raisonnable d’aller au clash avec eux ?

Jacques Borde. Qui vous parle d’aller au clash ? Je vous dis simplement que négocier veut dire, parfois, passer par des périodes plus ou moins tendues. Ce qui compte, c’est le résultat final. Voyez donc le président américain, Donald J. Trump, et son homologue de la Chosŏn Minjujuŭi Inmin Konghwaguk5, Kim Jong-un : leur dialogue est, encore maintenant, fait de hauts et de bas. Mais les choses n’ont jamais autant avancé entre les adversaires de la Guerre de Corée.

| Q. Mais qui, à parler de positions extrêmes entre locuteurs, de Rome ou de Paris a raison dans l’approche à adopter vis-à-vis du phénomène migratoire ?

Jacques Borde. Intéressante question. Mais désolé pour les certitudes (sic) affichés par le président français, Emmanuel Macron, face au Congrès, nous n’en sommes déjà plus là !

| Q. Comment ça ?

Jacques Borde. Oh, c’est assez simple ! Rencontrant le 9 juillet 2018, le chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA), le Premier ministre Fayez al-Sarraj, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a insisté sur la nécessité d’établir une « liste noire » des passeurs de migrants entre l’Afrique et l’Europe. Car, Ces passeurs « sont des terroristes, des trafiquants d’armes et d’être humains. Si nous n’arrivons pas à anéantir ces organisations criminelles, il sera très difficile de lutter contre l’immigration clandestine »6, a déclaré, sans tourner autour du pot, Tajani.

Au mot près ce ne que ne cessent de nous répéter, pour ne parler que de ces deux-là, le vice-président du Conseil & ministre italien du Développement économique, du Travail & des Politiques sociales, Luigi Di Maio, et le vice-président du Conseil & ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini7.

| Q. Puisqu’on parle de lui : quid du débat autour du racisme de Salvini ?

Jacques Borde. C’est une des tartes-à-la-crème de la gôôôôche des deux côtés de l’Atlantique.

Or, typer racialement les migrants (sic) est surtout le fait des intelligentsia de gauche qui, de l’autre, réclament à corps et à cri que l’usage du mot race soit proscrit.

| Q. Pas très logique ?

Jacques Borde. Si au contraire, il y a une logique d’airain dans leur approche. Ce que ces gens veulent, c’est que l’utilisation du mot race leur soit réservé comme arme de destruction médiatique massive contre tous ceux qu’ils prennent à partie.

Leur problème par rapport au ministre italien de l’Intérieur, c’est que Salvini a complètement inversé des codes et bousculé la doxa en vigueur. Matteo Salvini accuse clairement le cloaque immigrationniste – ONG, groupuscules, vice-passeurs et proxies de Al-Dawla al-Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (ISIS/DA’ECH), etc. – d’être un acteur de la traite négrière.2 qui sévit en Méditerranée.

| Q. Bon. Mais accuser Salvini de racisme c’est crédible ?

Jacques Borde. À vous de juger ! Le premier sénateur noir de l’histoire de l’Italie est l’Onorevole Toni Iwobi !!! Né le 26 avril 1955 à Gusau (Nigeria), il milite à la Lega depuis 1993. Je pense l’avoir croisé une fois, mais il y a très longtemps…

Iwobi a, notamment, déclaré qu’« En ce qui me concerne, Matteo Salvini et la Ligue représentent une barrière importante contre le racisme (…). La discrimination naît justement quand prolifère l’immigration clandestine, qui est l’antichambre de l’injustice sociale et de l’insécurité ».

Récemment, les gauches italiennes ont tenté de surfer sur la victoire d’athlètes italiennes lors des Jeux de la Méditerranée en raison de leur origine. Salvini, leur a vite retourné le compliment en tweetant c’est « l’Italie qui gagne, mes applaudissements vont à tous ceux qui ont gagné aux Jeux de la Méditerranée plus de 150 médailles avec le maillot bleu ».

Et d’ajouter qu’« Il ne reste plus qu’un pauvre bougre de gauche qui distingue les êtres humains en fonction de la couleur de la peau, j’espère que les filles du relais peuvent être avec nous l’année prochaine à Pontida8 ».

Drôle de discours pour un odieux raciste, convenons-en…

Notes

1 William J. Clinton, le président.
2 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
3 Ou Front pour la victoire du peuple du Levant, ou de manière abrégée Front al-Nosra.
4 Ou Groupe des Partisans du discernement au pays du Levant, la branche d’Al-Qaïda en Syrie. Très théoriquement placée sous l’autorité de Hamza Bin-Lāden, le fils cadet du fondateur du Al-Jabhah al-Islamiyah al-Alamiyah li-Qital al-Yahud wal-Salibiyyin, feu Oussāma Bin-Mohammed Bin-Awad Bin-Lāden.
5 Ou République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord).
6 Europe-1 (9 juillet 2018).
7 Par ailleurs, vice-président du groupe Europe des nations & des libertés.
8 Le Raduno de Pontida est la rencontre annuelle organisée par la Lega.

 

Consulter aussi

Aquarius & LifeLine, ou l’Éternelle doxa des idiots utiles immigrationnistes [2]

Derrière les vice-passeurs (sic) de l’Aquarius & du LifeLine, dénoncés par Rome & quelques autres, …

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des