Accueil ACTU Politique Burke et nos conspirations révolutionnaires

Burke et nos conspirations révolutionnaires

 

 

 

 

 

 

par Nicolas Bonnal

 

Le monde moderne est l’histoire d’une extermination. Elle peut être ludique ou ennuyée.  Ce qui était noble, beau et bon devait disparaître. Voyez Notre-Dame en flammes et ses ouailles qui tolèrent que leur Eglise millénaire soit « transformée en ONG humanitaire » (dixit justement Zemmour) par ce pape délirant et un clergé de jean-foutres. Voyez l’île de la cité transformée en parc d’attraction commercial.

De Molière à Burke on voit progresser la conspiration révolutionnaire qui mettra fin sur terre à l’Ancien régime et au millénaire règne agraire : à la clé, fin des civilisations traditionnelles, guerres, abrutissement et enlaidissement du monde, tyrannie bourgeoise ou prolétarienne, puis exposition d’un « spectacle qui ne finira pas en despotisme éclairé » (Debord).

 

Acta sera fabula. A la place de Bach on a Beyonce…

Tout est dans Burke que je redécouvre avec mes lecteurs :

« Je n’accorde pas non plus une confiance bien particulière aux gens qui disent beaucoup de mal de ceux qu’ils vont piller. Je suis plutôt porté à croire que l’on invente des vices, ou qu’on exagère ceux qui peuvent exister, lors que le résultat de la punition qu’on inflige tourne au profit de celui qui punit. Un ennemi est toujours un mauvais témoin, et un voleur en est un bien pire encore. »

 

Après, de même qu’on criminalise les blancs aujourd’hui pour n’importe quoi commis hier (ceci dit, ne défendons pas les blancs, ils sont toujours enthousiastes, il faut bien le dire), on criminalise les nobles d’alors pour mieux les liquider. Burke :

 

« Il n’est pas juste de punir les hommes pour les fautes des ancêtres que la nature leur a donnés; mais regarder cette descendance, qui n’est qu’une fiction à l’égard des corporations, comme un fondement suffisant pour faire supporter à quelques individus la punition de fautes avec lesquelles ils n’ont aucun rapport, c’est une sorte de raffinement et d’injustice qui n’appartient qu’à la philosophie de ce siècle éclairé. »

 

Car Burke manie l’humour noir et comprend avant tout le monde que les droits de l’homme bolchévique, nazi, bourgeois, socialo-sociétal, ça sert surtout à tuer.

Puis notre gilet jeune évoque la conspiration capitaliste révolutionnaire :

 

 

« Le peuple a regardé longtemps d’un mauvais œil les capitalistes. La nature de leur propriété lui semblait avoir un rapport plus immédiat avec sa détresse, et l’aggraver encore. Ce genre de propriété n’était pas moins décrié par les très anciens propriétaires de terres, en partie pour la raison ci-dessus; mais bien plus encore parce qu’il éclipsait, par le faste d’un luxe plein d’ostentation, les généalogies toutes sèches, et les titres tout nus d’un grand nombre de nobles. »

 

O people, ô bling bling, ô gauche caviar…

 

La suite par Burke qui déteste Necker et consorts et voit que ces capitalistes vont en vouloir bien plus, car ils se sentaient jusque-là humiliés (puisque seul le pognon fonde la noblesse) :

 

« En même temps, la fierté des hommes à argent, non nobles ou nouvellement anoblis, s’augmentait par la même raison, et s’accroissait avec sa cause.

Cette classe d’hommes ne supportait qu’avec ressentiment une infériorité dont elle ne reconnaissait pas les fondements. Il n’y avait pas de mesures auxquelles elle ne fût disposée pour se venger des outrages qu’elle avait reçus de sa rivale, et pour placer les richesses au degré d’élévation qu’elle lui assignait comme lui appartenant naturellement. »

 

Conclusion terrible :

 

« C’est cette classe d’hommes qui a frappé sur la noblesse en attaquant la couronne et l’église. »

 

Bien entendu les intellectuels et agents subversifs de 89 arrivent à la rescousse de ces banquiers qui veulent que tout bouge :

 

« D’un autre côté, s’était élevée, aussi dans le même temps, une nouvelle classe d’hommes qui ne tarda pas à former avec les capitalistes une coalition intime et remarquable; je veux dire les hommes de lettres politiques. Les écrivains, presque toujours préoccupés du besoin de primer, sont rarement ennemis des innovations. »

 

Comme Molière avant lui dans Don Juan, Burke parle de cabale – car le piège se resserrait depuis des siècles :

 

« La cabale littéraire avait formé, il y a quelques années, un plan régulier pour la destruction de la religion chrétienne ; ils poursuivaient leur but avec un zèle qui jusqu’alors ne s’était montré que dans les propagateurs de quelque système religieux. Ils étaient possédés, jusqu’au degré le plus fanatique, de l’esprit de prosélytisme; et par une progression facile, d’un esprit de persécution conforme à leurs vues. »

 

Tocqueville aussi dans son Ancien régime, ou Jouvenel dans son légendaire Du pouvoir, ont montré cette progression (ou cette régression c’est selon) du pouvoir moderne accapareur et libertin.

Burke insiste :

 

« Ce qu’ils ne pouvaient pas faire directement et tout d’un coup pour arriver à leurs fins, ils le tramaient par des procédés plus lents et en travaillant sourdement l’opinion. »

 

Les écrivains étaient contrôlés sous Louis XIV, rappelle Burke (imaginez Molière ou La Bruyère vers 1770) :

 

« Depuis le déclin de la vie et de la grandeur de Louis XIV, ils avaient cessé d’être aussi recherchés, soit par lui-même, soit par le régent, soit par leurs successeurs à la couronne ; ils n’étaient plus attirés à la cour par les mêmes faveurs et les mêmes largesses que pendant la brillante période de ce règne politique et plein de dignité. »

 

Puis ils sont passés en roue libre au dix-huitième siècle, au cours duquel la France devient cette « nation abstraite et littéraire » (Tocqueville) qui veut refaire le monde, la France, la Lybie…

Les armes seront l’ironie, la férocité intellectuelle, l’intrigue, la cabale… Aucune d’elle n’a varié. Burke sur ces laïcards :

 

« Ces athées ont une bigoterie qui leur est particulière, et ils ont appris à déclamer contre les moines avec toute l’ardeur des moines ; mais en plusieurs choses ils sont encore hommes du monde. Les ressources de l’intrigue sont mises en jeu pour suppléer au défaut du raisonnement et de l’esprit. A ce système de monopole littéraire était jointe une industrie cruelle pour noircir et pour décréditer de toutes les manières, et par toutes sortes de moyens, tous ceux qui ne tenaient pas à leur parti. »

 

Gare à eux quand ils arrivent au pouvoir :

 

« Il était évident depuis longtemps aux yeux de ceux qui avaient observé l’ardeur de leur conduite, que le pouvoir seul leur manquait pour transformer l’intolérance de leur langage et de leurs écrits en des persécutions qui frapperaient les propriétés, la liberté et la vie. »

 

La cabale est internationale, on a recours aux princes internationaux, notamment allemands (pensez au Grand Frédéric, aux illuminés de Bavière ; Dumas en parle très bien dans son Joseph Balsamo) :

 

« Un esprit de cabale, d’intrigue et de prosélytisme dominait dans toutes leurs pensées, dans leurs moindres paroles, dans leurs moindres actions; et comme le zèle de la controverse tourne bientôt les idées vers la force, ils commencèrent à s’introduire près des princes étrangers, en établissant des correspondances avec eux ; ils espéraient que, par le moyen de l’autorité des souverains, qu’ils flattèrent d’abord, ils pourraient venir à bout de produire les changements qu’ils avaient en vue. »

 

Et puisqu’on parlait de la Prusse (qui semble avoir été plus nuisible que l’Angleterre dans cette histoire – voyez Brunswick et son manifeste, Brunswick et la farce de Valmy) :

 

« La correspondance que cette cabale a entretenue avec le feu roi de Prusse, ne répandra pas une faible lumière sur la violence de leurs procédés… »

 

 

On ne va pas poursuivre sur ce terrain futile. Comme dirait justement la défunte et regrettée Hillary Clinton (!), la théorie de la conspiration ne mène souvent à rien. Sur ce point du complot de l’étranger on relira le classique d’Albert Mathiez (archive.org) et, plus proche de nous, et très dérangeant, les Hommes de Londres d’Olivier Blanc, publié par un de mes éditeurs au moment des célébrations abjectes du bicentenaire de la Révolution à la sauce socialo-Mitterrand.

 

 

 

 

 

Sources

 

Edmond Burke – réflexions sur la révolution en (googlebooks.com)

Olivier Blanc – Les hommes de Londres (Albin Michel)

Nicolas Bonnal – Littérature et conspiration (Dualpha/Amazon.fr)

 

 

Consulter aussi

L’Émeute – Un Roman sur le 6 Février 1934

L’Histoire repasse-t-elle ou non les plats ? Depuis le début de la crise dite désormais historiquement des « gilets jaunes », on n’a pas manqué…

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de