Accueil ACTU Économie 1 200 milliards d’euros de créances douteuses en Europe

1 200 milliards d’euros de créances douteuses en Europe

Souvenez-vous : c’était en 2007, aux Etats-Unis. Depuis des années, les banques américaines, toujours à la recherche de nouveaux outils pour placer et faire fructifier l’argent, grisées par le boom du marché de l’immobilier… prêtaient de l’argent à tout le monde… Tout le monde, vraiment tout le monde, même ceux qui n’étaient manifestement pas solvables ! Mais rapidement, la quantité de crédits impayés, s’est mise à enfler à cause de pertes d’emploi, ou encore, de mensualités qui explosent à cause de crédits à taux variable…

Cette masse de créances douteuses a provoqué la faillite de petites banques, puis de plus grosses… On connaît la suite… la plus grave crise économique et financière depuis celle de 1929. Aujourd’hui, c’est un peu la même chose qui est peut-être en train de se passer. mais en Europe. Le cabinet d’audit KPMG a trouvé 1200 milliards d’euros de crédits en défaut de paiement dans les comptes des banques européennes.

Les banquiers ont une manière bien à eux d’appeler ces crédits : ils les qualifient de “crédits non performants”… Un crédit est “non performant”, à partir de trois mensualités impayées, mais au final, c’est bien de l’argent qui ne rentre pas, plus, dans les caisses de la banque, et qui pourrait la mettre en difficulté… Ces 1200 milliards d’euros représentent 5 % du total des crédits accordés par des banques à des particuliers ou à des entreprises en Europe… il n’y avait que 1,5 % de crédits impayés en Europe, il y a 10 ans.
Une crise bancaire couve donc à l’horizon en Europe… Europe qui a opportunément fait voter une directive européenne, en vigueur depuis le début de l’année, directive qui oblige les banques à venir piocher sur les comptes de ses clients pour éviter de faire faillite…

Source

Attachments

Consulter aussi

Pour la première fois, le G20 ne compte pas condamner le protectionnisme

Peu de gens le savent mais avant même que les sommets au sommet ne se …