Accueil DÉBATS Invités Un nouveau président russophile à la tête de la Bulgarie

Un nouveau président russophile à la tête de la Bulgarie

La Bulgarie entre en territoire inconnu lundi après la démission de son premier ministre, l’europhile Boïko Borissov, et l’élection dimanche d’un président novice, au discours conciliant vis-à-vis de la Russie.

Le premier ministre conservateur bulgare Boïko Borissov, admirateur déclaré de la chancelière allemande Angela Merkel, a remis sa démission ce lundi au Parlement, deux ans avant la fin de son mandat et au lendemain de l’élection présidentielle. Le vainqueur du scrutin de dimanche, Roumen Radev, 53 ans, n’entrera lui en fonction que le 22 janvier. Mais son programme s’annonce déjà chargé, et des élections législatives semblent inévitables.

La confortable victoire de Radev – ancien chef de l’armée de l’air soutenu par les socialistes (PSB, ex-communiste) – par près de 60% des suffrages, a sonné comme un désaveu cinglant pour le premier ministre au pouvoir depuis fin 2014, qui soutenait pour sa part la candidature de la présidente du Parlement, Tsetska Tsatcheva. Roumen Radev a notamment bénéficié du mécontentement suscité par le gouvernement de centre-droit dont les efforts en matière de lutte anti-corruption et de réorganisation du secteur public auront été jugés trop lents. Cette victoire traduit également un «contexte international qui encourage la volonté de changement», selon Parvan Simeonov, directeur de l’institut Gallup, qui cite «l’écroulement des autorités traditionnelles en Europe occidentale» et l’élection de Donald Trump, aux États-Unis.

Vers un tournant prorusse ?

Les premiers pas de Roumen Radev sont attendus sur la scène européenne après la volonté de dialogue avec la Russie manifestée durant sa campagne. Son message anti-immigration et favorable à l’abandon des sanctions européennes contre Moscou a rencontré un écho inattendu parmi les Bulgares à l’heure où l’Union européenne doit composer avec le Brexit et la montée des partis nationalistes. Dès dimanche soir, Roumen Radev a confirmé son engagement à «travailler en vue d’une levée des sanctions» contre la Russie. «L’appartenance de la Bulgarie à l’UE et à l’Otan n’a pas d’alternative, ça ne signifie pas que nous devons nous déclarer ennemis de la Russie», avait-il affirmé durant la campagne.

Dans le système parlementaire bulgare, c’est bien le gouvernement qui définit la politique générale, sur le plan intérieur comme en matière de relations internationales. Le président est quant à lui chef des armées et représente le pays à l’étranger. Cette répartition des compétences fait douter le politologue Antoniy Todorov d’un quelconque tournant prorusse de la Bulgarie, membre de l’Union européenne et de l’Otan: «Il n’y aura pas de revirement en matière de politique étrangère» car «le président n’a pas de tels pouvoirs». Pour Evgueni Daynov, analyste et directeur du Centre de pratiques sociales, «les déclarations du général Radev ont été surinterprétées», et le nouveau président a «un raisonnement européen et pro-atlantique», affirme-t-il.

Sans être antieuropéen, le parti socialiste bulgare, qui a porté la candidature de Roumen Radev, est une formation russophile. Mais il n’est pas donné favori pour les législatives anticipées. Ces élections devraient être organisées à partir de mars 2017. Le parti Gerb de Boïko Borissov est crédité des meilleures chances de victoire.

Source

Consulter aussi

Les Insoumis tacticiens voteront Le Pen

Disons tout de suite que dans l’état actuel des choses, il est absolument impossible que …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close