Accueil ACTU Monde Trump, très bien. Mais les Européens doivent se défendre.

Trump, très bien. Mais les Européens doivent se défendre.

Du programme de Trump.

Rappelons que les grandes lignes de ce programme, si elles sont appliquées, consistent en un retour à un Etat protectionniste dans le domaine économique, un Etat investisseur en matière notamment de grands travaux, un Etat refusant l’entrée illégale de travailleurs étrangers clandestins. Le tout devrait bénéficier à une diminution des inégalités sociales, avec promotion des classes populaires face aux 1% de dominants.

Rappelons aussi que face à ce programme, les grands intérêts financiers et politiques qui font le coeur de l’Etat profond américain ont décidé de réagir, non pas dans un premier temps en s’opposant à Trump sur le territoire américain, mais en renforçant les processus d’exploitation et de domination qu’ils ont toujours imposés aux Etats Européens, notamment dans le cadre de l’Union européenne (UE).

Ceci veut dire qu’ils tenteront, plus encore qu’actuellement, de supprimer les velléités de protectionnisme face à la concurrence extérieure que ces Etats pourraient avoir pour réagir à une crise qui ne cessera de s’aggraver. Ils combattront parallèlement les tentations de retour à un Etat investisseur et social tel que celui ayant fait le succès de la France après la Libération. Plus que jamais enfin, ils profiteront de leur emprise sur l’UE et sur la zone euro pour faire en Europe ce qui leur sera plus difficile dans l’Amérique de Trump. Ils le feront en s’appuyant sur les « oligarchies» européennes qui ont toujours par intérêt joué leur jeu.
Redéfinir les programmes politiques européens.

Les forces politiques européennes, trop rares encore, qui refuseront de voir notre continent faire les frais de la réforme sociétale proposée par Trump à l’Amérique, devront transposer en ce qui concerne l’Europe les solutions découlant du programme de Trump. Ceci voudra dire notamment en revenir au protectionnisme dans les secteurs où celui-ci est devenu indispensable. Il en résultera, sans doute une course aux renforcement des barrières douanières comme aux dévaluations des unités monétaires. Mais s’inscrire dans cette course sera préférable que supporter unilatéralement les mesures protectionnistes qu’adoptera de toutes façons l’Amérique.

Concernant les Etats, résister aux effets du programme de Trump voudra dire en revenir à un Etat capable, directement ou par fonds d’investissement interposés, de recréer une industrie et des services dévastés par le refus d’investissement des conseils d’administrations privés. Il faudra aussi renoncer définitivement à honorer les dettes publiques, le poids de la dette empêchant tout effort d’investissement public. Rappelons que cette répudiation des dettes a toujours fait la force de l’Etat américain, s’appuyant sur la banque fédérale et la suprématie du dollar pour en faire payer le prix aux préteurs étrangers.

Les Européens enfin devront, quels qu’en soient les coûts, relancer les diverses politiques sociales ayant fait la force des Etats dits Providence qui avaient jusqu’ici évité la création d’inégalités excessives entre possédants et non-possédants. Or sous la pression des intérêts financiers internationaux, la plupart de ces politiques sont actuellement dégradées, y compris en Scandinavie.

Se posera alors pour les Européens la question de savoir si l’UE sous sa forme actuelle, pourra être suffisamment réformée pour se débarrasser du poids des intérêts américains et adopter les différentes politiques de protection aux frontières, d’investissements et de transferts sociaux résumées ci-dessus. Ce ne pourra évidemment pas être possible dans le cadre des institutions européennes actuelles. Il faudra que les gouvernements européens s’accordent pour faire de l’UE, à tous les niveaux, la grande puissance diplomatique, politique et économique qu’elle pourrait être dans le cadre d’institutions réformées de type fédéral.

Mais si ceci se révèle impossible, du fait de l’opposition d’Etats comme l’Allemagne ou de ceux de l’Europe de l’Est, qui risqueront longtemps d’être soumis à l’impérialisme américain, il faudra que les forces politiques européennes, principalement celles qui se situent actuellement dans l’opposition, et les gouvernements qu’elles se donneront, acceptent de sortir de l’UE et d’appliquer seuls les réformes que nous évoquons dans cet article.

Ceci bien évidemment voudra pas dire refuser les coopérations sur mesure avec d’autres gouvernements, tant européens qu’appartenant à la zone Brics, dans les nombreux secteurs, tels que le transport, l’espace, la santé ou la recherche scientifique dans lesquels la coopération internationale est préférable à l’isolationnisme.

Source

Consulter aussi

Pourquoi les USA n’auraient jamais dû exister

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker a mis en rage les énergumènes de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close