Accueil ACTU Politique FN, Sarkozy, primaire de la droite: quelle stratégie pour la Manif pour tous en 2017 ?

FN, Sarkozy, primaire de la droite: quelle stratégie pour la Manif pour tous en 2017 ?

Pas un parti politique, plus vraiment une simple association: la Manif pour tous arrive à l’heure des choix pour 2017. Elle appelle à manifester le 16 octobre en espérant influencer la primaire à droite.

Ils ne s’étaient plus revus depuis le « pot de départ » de Christiane Taubira au mois de janvier. Les militants de la Manif pour tous s’apprêtent à redescendre dans la rue, le 16 octobre prochain, pour manifester contre « la succession d’offensives du gouvernement contre la famille » et la « casse sociétale ». Dans le viseur des opposants à la loi Taubira, la gestation pour autrui, la « PMA sans père » ou encore la politique familiale du gouvernement. Mais pas seulement. Les opposants au mariage homosexuel veulent peser sur la primaire de la droite et du centre, dont le premier tour est prévu un mois plus tard, le 20 novembre. A cet effet, le collectif d’associations anti-mariage gay a choisi de placer sa manifestation en plein milieu des débats organisés dans le cadre du scrutin.

Les dirigeants de la Manif pour tous espèrent ainsi contraindre les candidats à la primaire de la droite à se positionner clairement sur le mariage homosexuel. Un sujet sur lequel les cadres LR n’ont cessé de faire évoluer leur position. Nicolas Sarkozy, après s’être prononcé pour l’abrogation de la loi Taubira en novembre 2014, a expliqué dans son livre La France pour la vie qu’il ne reviendrait pas sur le mariage gay. Bruno Le Maire, qui demandait une réécriture de la partie filiation du texte, a déclaré qu’il ne toucherait plus à la loi. Quant à Alain Juppé, il a fait le chemin inverse, se déclarant dans un premier temps favorable à l’adoption des couples homosexuels, avant de concéder une « question compliquée » lors d’un déplacement récent au Maroc.

 
Nicolas Sarkozy discrédité

« C’est le plus grand flou », résume le vice-président de la Manif pour tous, Albéric Dumont. « Les avis divergent. Ils ne sont pas au clair avec eux-mêmes sur le sujet. » Hormis Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson, candidats naturels de la Manif pour tous car « à la pointe du combat parlementaire contre la loi Taubira », et François Fillon « qui a fait une proposition intéressante de réécriture de la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe », les militants contre le mariage homosexuel auront bien du mal à faire leur choix parmi les impétrants. Seule certitude, « ce sera difficile de trouver des points communs avec Alain Juppé », pourtant grand favori de la compétition.

Quant à son plus sérieux concurrent, Nicolas Sarkozy, les cadres de la Manif pour tous lui accordent à peine plus de crédit. « Son cas est difficilement compréhensible, dit Albéric Dumont. On l’a rencontré à plusieurs reprises. Ils nous avait dit droit dans les yeux qu’il reviendrait sur le texte s’il était élu président de la République. Et un an plus tard il change d’avis. Depuis, on a essayé de le contacter… Il ne nous a jamais donné d’explications de vive voix sur son livre. La confiance est rompue. »

Faute de candidat idéal en mesure de l’emporter, les militants de la Manif pour tous comptent rythmer la campagne de la primaire de la droite. Et occuper l’espace médiatique. Lors des élections municipales de 2014, les militants anti-mariage gay avaient fait signer une charte aux candidats qui le souhaitaient, par le biais de laquelle ils s’engageaient à soutenir « l’abrogation de la loi mariage et adoption pour tous ». Aux élections régionales de 2015, le mouvement avait organisé une série de meetings dans les capitales régionales.

Et en 2016 ? « Nous n’avons pas encore tranché, explique Albéric Dumont. Mais on va essayer de trouver une nouvelle formule pour interpeller les candidats à la primaire des Républicains. » Une recette qui pourrait concilier mobilisation sur internet et interventions dans les meetings des candidats. Les militants seront appelés à trancher les 17 et 18 septembre prochains lors du congrès annuel du mouvement qui doit se tenir près d’Evry, dans l’Essonne.

 
Pas de consigne de vote

Dans l’absolu, la Manif pour tous ne prévoit pas de donner de consigne de vote. Le mouvement se refuse à prendre position pour un candidat parce qu’il représente avant tout des milliers de familles « plus diverses les unes que les autres ». « Il n’y aura pas de candidat estampillé Manif pour tous, concède Albéric Dumont. Mais on mettra en avant leurs différences après avoir recueilli leurs positions claires et définitives sur le sujet. » Le but est d’empêcher les candidats de continuer le grand écart. « On ne peut plus supporter l’ambivalence de personnalités politiques comme Valérie Pécresse qui s’engagent devant nous à couper le financement des associations faisant la promotion de la théorie du genre, et accordent ensuite des milliers d’euros de subvention à la gay pride ».

Le mouvement anti-mariage gay entend toutefois encourager les candidats qui accordent la primauté aux sujets sociétaux. « On le voit souvent dans les discours des candidats, les questions sur la politique familiale ne sont pas considérées comme un sujet prioritaire, regrette Albéric Dumont. On préfère parler de l’économie, de sécurité. Notre but est de replacer au centre du débat ces sujets que nous considérons primordiaux. » Il leur faudra probablement plus d’une manifestation pour y arriver.

Challenges.fr

 

Consulter aussi

Macron-Président ! Premiers pas, Controverses & Craintes du… sur place [1]

Le Roi est mort ! Vive le Roi a-t-on envie de dire. C’est peu de le …