Accueil FOCUS Pólemos Comprendre les visions nocturnes ! – Partie 1

Comprendre les visions nocturnes ! – Partie 1

Que ce soit pour une utilisation militaire ou policière, les visions nocturnes sont devenues essentielles pour les missions de nuit. Elles ont aussi trouvé leur place dans le monde civil pour du loisir comme l’airsoft ou la chasse, ou même professionnel avec les garde-chasses ou forestiers ! L’homme qui est à l’origine du concept de vision nocturne s’appelle Kàlman Tihanyi, physicien hongrois qui créa la première caméra sensible à l’infrarouge pour la défense anti-aérienne de l’armée britannique. On doit à ce monsieur de nombreuses autres inventions comme le drone, la caméra thermique, le concept d’écran plasma et… le premier écran plat !

D’accord… Mais la vision nocturne c’est quoi ?

Il existe deux types de vision nocturne : celle avec intensification de lumière et celle à imagerie thermique. Nous parlerons ici surtout des jumelles de vision nocturne (JVN) avec intensification de lumière, majoritairement utilisées sur les théâtres d’opération ! Celles-ci utilisent en fait la lumière ambiante et l’amplifient (jusqu’à 50000 fois pour les JVN dernière génération) pour que l’utilisateur puisse avoir une image de son environnement. L’utilisateur peut même utiliser une lampe infrarouge, que l’on trouvera sous différentes formes, afin de fournir un éclairage supplémentaire, indétectable sans lunettes IR. Certaines JVN fournissent même directement ce dispositif sur leur appareil !

Quel est la principale différence entre une JVN et une caméra thermique ?

Pour qu’un amplificateur de lumière fonctionne, il lui faut que son environnement soit composé de lumière. Cela peut être la lumière projetée par la lune ou une lampe infrarouge, bref, il lui faut une base lumineuse ! Par exemple, vous évoluez dans une grotte, sans lampe IR et avec un amplificateur de lumière : vous ne verrez absolument rien. La caméra thermique, elle, recrée une image avec des couleurs chaudes ou un effet gris/blanc. Cette image va, certes, dénaturer l’environnement observé par la caméra, mais permettra plus facilement de déceler les êtres vivants grâce à la chaleur du corps.

Comment marche une JVN ?

La technologie utilisée par les JVN est plus ou moins complexe en fonction des modèles, mais elles utilisent toutes une science commune : l’amplification de lumière. Le fonctionnement de l’amplification de lumière avec une JVN :

  1. Une lentille, que l’on appellera objectif, capte la lumière ambiante et la lumière infrarouge.
  2. La lumière ainsi collectée est envoyée dans le tube intensificateur.
  3. Le tube intensificateur comporte une photocathode, qui est utilisée pour convertir les photons de la lumière collectée en électrons.
  4. Les électrons se multiplient par milliers par rapport à ceux de bases en traversant le tube.
  5. Les électrons finissent par frapper un écran luminophore et libèrent des photons. Ceux-ci restent dans le même alignement que les photons d’origine pour obtenir une image parfaite.
  6. L’image verte de phosphore traverse une autre lentille que l’on appellera oculaire.

Il s’agit de la technologie de base, vulgarisée au possible. La technologie qu’utilisent désormais les visions nocturnes est infiniment plus complexe même si chaque génération fonctionne sur la même base d’amplification de lumière. En parlant de génération, dans la deuxième partie à paraître mercredi, nous verrons ensemble les quatre générations de JVN connues du public.

En attendant, n’hésitez pas à enrichir cet article de vos connaissances en matière de jumelles de vision nocturne en commentaire !

Source

Consulter aussi

Maintien de l’ordre & Affrontements de basse intensité : Bienvenue dans l’Absurdie hexagonale !

Les récentes manifestations, ou, plutôt, les dramatiques incidents qui se nouent en leur sein ou …