Accueil FOCUS Analyses La guerre de Troie aura bien lieu…

La guerre de Troie aura bien lieu…

Le système américain a un centre de gravité qui ne supporte pas la multipolarité. Comme en 1917, La logique occidentale sera d’écraser la Russie avant que la Chine ne devienne trop puissante. Et quand Sarajevo doit arriver, Sarajevo arrive… à Ankara, par exemple.

Ses adversaires espéraient de Poutine qu’il se lance dans un Pearl Harbour nordique : l’invasion des pays baltes par une Russie s’inquiétant du sort de son enclave de Kaliningrad. Ça n’a pas marché. Le judoka a esquivé.

Reste le terrorisme islamiste, toujours pratique : l’assassinat à Ankara de l’ambassadeur russe Andrei Karlov intervient 24 heures avant le voyage à Moscou de Mevlut Kavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, qui prévoyait de discuter de la Syrie post-Alep avec ses homologues Russes et Iraniens. Ça tombe mal…

Ce meurtre survient également après que le président Obama ait lui-même menacé la Russie de représailles, « sous toute forme et au moment de notre choix», pour ses ingérences dans la récente élection présidentielle américaine, au terme de plusieurs semaines d’hystérie néo-Maccarthyste. Une hystérie présentant la reconquête d’Alep comme un génocide Russo-Syrien perpétré par les amis de Trump.

Coïncidence? Ce crime profite-t-il à ceux des mers chaudes ou à ceux des mers froides? Alors que Trump n’est pas encore en poste…

La flotte du mondialisme était, il est vrai bien en ordre. Il y a encore deux ans, son vaisseau amiral, la Fondation Clinton, avait patiemment collecté deux milliards de dollars pour officieusement financer un gouvernement en attente, projetant Hillary Clinton sur la scène internationale, intimidant tout compétiteur démocrate potentiel.

Depuis, la campagne électorale officielle, nourrie également de deux milliards de dollars d’argent frais (financement indirect inclus) a ainsi propulsé sa candidate « inéluctable ». La même qui, avec ses amies Victoria Nuland et Samantha Powers, avait de facto exécuté pendant huit ans une politique internationale américaine conçue par et pour les promoteurs du globalisme, Barak Obama étant réduit a un rôle figuratif.

On connait la suite, le « pétard mouillé » Sanders, les révélations Wikileaks. Avant le piratage des courriels de John Podesta (le président de la campagne Clinton), Hillary atteignait 48% dans les sondages. Ella été élue avec ces mêmes 48%, malgré les polémiques « fomentées par la Russie ». Trump, petit budget mais parlant vrai, a remporté une victoire méritée sur le plan tactique, avec… 46% des voix, le candidat ciblant son effort dans l’Amérique continentale, celle des secteurs primaire et secondaire au chômage, là où il pouvait ramasser un maximum de délégués-électeurs, ignorant délibérément la Californie et l’État de New York, deux fiefs populeux tenus par la très maritime gauche « culturelle » du secteur tertiaire et technétronique, délocalisateurs.

Si le discours antimondialiste de Donald Trump sonne clair dans le cœur de ceux des peuples du monde qui n’ont pas encore été déculturés, ce serait une grave erreur d’espérer en lui une valeur sure. Car il fait face à un adversaire déterminé, le lobby Open Borders, dont les affiliés ont orchestré une puissante campagne de déstabilisation, semblable à celles des changements de régimes réussis en Europe depuis vingt ans : en un mot, il s’agit de bâtir sur Trump un dossier d’impeachment (révocation par le Congrès), sur la base d’une collusion avec la Russie, présentée comme un ennemi de la nation. Cette campagne « Trump-parce-que-Poutine » a été lancée le 13 novembre dernier à l’hôtel Mandarin de Washington par Soros, Nancy Pelosi et Elizabeth Warren, avec un objectif : «reprendre le pouvoir » (Politico, 14 novembre). Point final… Obama a fini tardivement par s’y rallier.

Électoralement, le trumpisme est minoritaire dans son propre pays. Trump a certes l’objectif, avec ses communicatrices de l’ombre, Laura Ingraham, Monica Crowley et Kellyanne Conway, de ramener, grâce à de futurs succès économiques et diplomatiques, vingt millions d’américains supplémentaires, de toutes origines, au sein de son mouvement. Possible, mais cela prend du temps…

Oligarchiquement, Trump est hyper-minoritaire : les parlementaires républicains vont mettre un frein à sa stratégie de rapatriement du capital parqué à l’étranger, préalable à sa politique de grands travaux d’infrastructure, comme à ses politiques douanières ou de « réindustrialisation ». Par ailleurs, en mécontentant les industriels de l’armement par ses saillies budgétaires, il s’aliène les russophobes McCain, Graham et Rubio qui, tel Moloch, se nourrissent de sanctions.

La situation de Trump ressemble ainsi beaucoup à celle de Napoléon, entouré de dangers économiques (l’Angleterre), idéologiques (les royalistes), et militaires (les austro-prussiens), qui le ramenaient sans cesse à la « petite » politique, alors qu’il cultivait l’amitié du tsar Alexandre en se rêvant lui-même Alexandre (le Grand). Ça a donné la Berezina..

Aujourd’hui, Trump a dû composer avec Goldman Sachs, Netanyahu, le président du Pakistan, la présidente de Taiwan, Exxon Mobil et bien d’autres, afin de tenter de rouvrir le jeu géopolitique, se pencher sur les vrais risques, et pousser une partie de son plan économique, ou antiterroriste.

Peine perdue : le système ne lâchera pas Trump tant qu’il n’aura pas « signé » sur la Russie. S’il persiste, il finira banni et ruiné. Théorie conspirationniste infondée? Espérons que oui…

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …