Accueil DÉBATS Invités Revenu universel, cannabis, proportionnelle : Benoît Hamon avance ses propositions pour 2017

Revenu universel, cannabis, proportionnelle : Benoît Hamon avance ses propositions pour 2017

Réunir la gauche et corriger les erreurs du quinquennat de François Hollande : c’est la ligne que s’est fixée Benoît Hamon, qui s’est porté candidat à la primaire à gauche pour l’élection présidentielle de 2017. Après avoir annoncé sa candidature sur France 2 mardi, le député socialiste des Yvelines a détaillé ses intentions, mercredi 17 août au micro de France Inter.

Benoît Hamon s’est d’abord réjoui de l’instauration de cette primaire, qui montre qu’« il n’y a pas déjà de candidat naturel pour succéder à [François] Hollande, même pas lui-même ». Le député « frondeur » n’est pas tendre avec le président, dont il considère que le quinquennat a été « raté » sur les questions sociales. Désormais candidat à sa succession, l’ancien ministre a détaillé quelques-unes de ses propositions.

Créer un revenu universel d’existence

La campagne de Benoît Hamon sera centrée sur les « questions importantes comme le chômage ou la pauvreté ». Le député exprime avec force sa conviction que « notre modèle de développement est dépassé, on court derrière un demi-point de croissance et on lui sacrifie le code du travail et nos modèles sociaux ». Il propose donc de poursuivre la réduction du temps de travail et d’instaurer un « revenu universel d’existence ».

« Je pense que le travail, c’est important, et j’ai lutté pour faire reconnaître le burn-out mais il faut reprendre la marche vers la réduction du temps de travail à la fois pour le bien-être au travail et pour la réduction du chômage. En raison de la révolution numérique, 43 % des emplois en France seraient menacés. »

Changer de modèle démocratique

« Notre modèle démocratique est contesté, voire essoufflé. » Proche des thèses d’Arnaud Montebourg, Benoît Hamon souhaite mettre fin à la « monarchie républicaine » et faire « respirer » davantage la démocratie. Il faut « faire en sorte que le chef de l’exécutif ne soit plus irresponsable devant le Parlement et qu’on ait les moyens de contrôler l’action de l’exécutif ».

Le député est aussi favorable à l’instauration d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, et à la reconnaissance du vote blanc, car, aujourd’hui, « le Parlement ne représente que la moitié de l’électorat ».

Rassembler la gauche

« On a les moyens de rassembler la gauche », estime Benoît Hamon, mais ce ne sera sans doute pas le président actuel qui le fera. « Cette capacité à parler aux écologistes, à une forme de gauche contestatrice et radicale, Hollande ne l’a plus. »

Le député socialiste appelle en revanche Jean-Luc Mélenchon à participer à une grande primaire ouverte à toute la gauche (ce que refuse actuellement le député européen du Parti de gauche).

Abroger la loi travail

Déplorant que la loi travail ait pu être instaurée « contre l’avis du Parlement, des syndicats et d’une majorité de Français » et qu’elle « aura pour conséquence de fragiliser les salariés », Benoît Hamon dit qu’il « proposera son abrogation » en passant par un débat au Parlement.

Dépasser l’« angoisse identitaire »

Interrogé sur la sécurité et le terrorisme, le candidat à la primaire socialiste a répondu qu’il ne méprisait pas ces questions, mais qu’il regrettait que l’« on ne parle aux classes populaires que d’identité ». Pour M. Hamon, la question du « burkini » à la plage est « complètement à côté de la plaque ».

« Le débat incroyable sur le burkini est le symbole de l’échec de la politique française. […] Qu’est-ce qui empêchera demain que la djellaba et la barbe sur les plages soient considérés comme des formes de provocation ? [Nous construisons des débats] qui n’ont qu’une conséquence, dire que la France a un problème avec l’islam et les musulmans. »

Légaliser le cannabis

Alors qu’un récent rapport suggère de passer de la pénalisation à la contraventionnalisation du cannabis, Benoît Hamon dénonce l’« hypocrisie » des solutions de fermeté. Le député des Yvelines, qui précise qu’il n’encourage pas la prise de drogues douces, propose donc de légaliser le cannabis, avec une distribution contrôlée par l’Etat, pour « tarir l’économie souterraine et les violences ».

Le Monde

Consulter aussi

Les Insoumis tacticiens voteront Le Pen

Disons tout de suite que dans l’état actuel des choses, il est absolument impossible que …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close