Accueil ACTU Économie Pourquoi les banques centrales refusent tout audit de leurs réserves d’or ?

Pourquoi les banques centrales refusent tout audit de leurs réserves d’or ?

Récemment, nous avons reçu des informations concernant le marché de l’or qui rendent la situation encore plus opaque. Les banques centrales, et la BRI basée à Bâle, ne lésinent pas sur leurs efforts pour affirmer à la planète qu’il n’y a rien à voir concernant leurs réserves d’or. Toute transaction est effectuée dans la plus grande discrétion, aucune banque centrale ne tient d’audit officiel de ses réserves d’or.

L’or qui ne sert officiellement à rien s’arrache en réalité dans l’opacité et la rapacité la plus totale. Pour les grands argentiers de la planète, les réserves d’or deviennent des secrets « défense » à protéger à tout prix, y compris au prix de tous les mensonges, compromissions et évidemment manipulations.

Amassez de l’or tant que vous le pouvez. Ce qui est bon pour les banques centrales le sera aussi pour vous.

Charles Sannat

* * *

Le dernier audit des réserves d’or américaines a eu lieu durant les jours d’Eisenhower, dans les années 50. Ron Paul met la pression pour qu’un audit ait lieu, mais sans succès. Est-ce que Trump sera l’instigateur d’un tel audit ? Il pourrait en avoir l’intention, mais lorsqu’il découvrira que la plus grande partie des 8 100 tonnes d’or des États-Unis n’est plus là, ce sera le silence radio. Il y a des pressions ces dernières années, en France et en Allemagne, pour que des audits aient lieu, mais sans succès. Aucun pays ne veut révéler que l’or n’est plus là.

L’Allemagne a récemment prétendu qu’elle est totalement ouverte concernant ses réserves d’or, mais qu’a-t-elle révélé au monde ? En 2013, l’Allemagne a annoncé un plan visant à rapatrier 674 tonnes d’or situées aux États-Unis et en France. La première année, elle n’a reçu que 37 tonnes. On nous a dit que le reste arriverait d’ici 2020. Maintenant, on nous dit que le programme s’est accéléré. D’ici la fin de 2017, des 3 381 tonnes d’or de l’Allemagne, plus de 50 %, soit 1 713 tonnes, seront en Allemagne, tandis que 1 236 tonnes seront toujours à New York, et 432 tonnes à Londres.

On pourrait se demander pourquoi il faut quatre ans pour rapatrier 674 tonnes d’or. En écoutant les interviews des responsables de la Bundesbank, ils nous disent quel exercice logistique cela fut. D’après eux, ils ont connu des problèmes majeurs de transport, d’assurance, de sécurité, etc. Si on prend la Suisse, par exemple, nous importons et exportons plus de 2 000 tonnes d’or chaque année. Et cela exclut les transferts qui ont lieu entre les banques et les coffres privés. La même chose a lieu dans des pays comme le Royaume-Uni, la Chine, l’Inde et les États-Unis. Donc, chaque année, des milliers de tonnes d’or sont expédiées sans aucun problème logistique. On peut se demander pourquoi les Allemands, habituellement redoutables d’efficacité, rencontrent des problèmes pour organiser l’expédition de 674 tonnes d’or en cinq ans…

L’or qui appartient à l’Allemagne n’est plus à la FED

La raison est que l’or n’est pas disponible car il a été prêté, voire même vendu. C’est confirmé par le fait que les lingots reçus ne sont pas les mêmes que ceux qui avaient été déposés.

Mais la grande question est désormais de savoir si les 1 668 tonnes d’or qui sont censées être aux États-Unis et en France sont toujours là. Si c’est le cas, pourquoi ne pas les renvoyer tout de suite en Allemagne ? À l’origine, l’or était stocké à l’étranger à cause de la guerre froide. Il n’y a plus de guerre froide donc il ne s’agit plus d’une raison valide. Et l’autre raison pour laquelle l’or se trouvait là, c’est parce que c’était à Londres et à New York que le commerce de l’or se trouvait. (…)

Pourquoi il ne faut jamais garder son or à la banque

L’or servait principalement à faire des prêts, et au trading. Auparavant, lorsque l’or était prêté, il restait dans le même pool bancaire londonien et new-yorkais, il changeait simplement de propriétaire. Mais aujourd’hui, les choses sont complètement différentes car les acheteurs sont principalement la Chine, l’Inde et la Russie, et ces pays ne sont pas intéressés par l’or papier. Ils veulent la livraison des lingots physiques. Résultat des courses : lorsqu’une banque centrale prête du métal à une banque de lingots, celle-ci vend l’or à la Chine, qui prend bien sûr livraison de l’or physique. Donc tout ce que possède la banque c’est une reconnaissance de dette émise par la banque de lingots. Lorsque la banque centrale voudra récupérer son métal, il ne sera pas disponible. La banque devra donc trouver l’or ailleurs, par exemple en l’empruntant à un client. Les banques de lingots vont donc hypothéquer plusieurs fois le même métal. C’est pourquoi les investisseurs ne doivent jamais conserver leur or dans une banque.

Mais les banques centrales ne font pas que prêter leur or au marché. Elles en vendent également en catimini. Officiellement, les réserves des banques centrales mondiales sont de 33 000 tonnes. Sur ce tonnage, les banques centrales occidentales en détiennent 23 000 tonnes, ce qui inclut les réserves du FMI. Mais personne ne sait la quantité d’or qui se trouve effectivement en Occident. (…)

La razzia d’or de l’Asie

Si nous nous penchons sur les achats d’or des pays de la « route de la soie » (Inde, Turquie, Russie et Chine), nous constatons que depuis 2009 ces pays ont acheté la quantité astronomique de 20 000 tonnes d’or. C’est un peu moins de 3 000 tonnes d’or par an, ce qui est supérieur à la production annuelle enregistrée durant ces années. Quatre pays seulement ont donc absorbé la production minière annuelle durant ces 7 dernières années. De plus, nous avons connu des achats substantiels du côté d’autres pays, ainsi que des investisseurs. Cela signifie qu’une grande partie de l’offre d’or a dû être assurée par les banques centrales occidentales, qui ont dû puiser dans leurs coffres. Nous voyons déjà le cours de l’or grimper en 2017, et cela est probablement dû au fait que les banques centrales ont de plus en plus de mal à fournir de l’or physique au marché.

Source : article d’Egon von Greyerz, publié le 12 février 2017 sur KWN

Consulter aussi

Pour la première fois, le G20 ne compte pas condamner le protectionnisme

Peu de gens le savent mais avant même que les sommets au sommet ne se …