Accueil FOCUS Zoom Jared Kushner : un gangster présumé au sein de la Maison Blanche

Jared Kushner : un gangster présumé au sein de la Maison Blanche

Le gendre de Donald Trump, Jared Kushner, semble de plus en plus influent dans l’appareil décisionnel de la Maison Blanche. Après un imbroglio public avec le conseiller en stratégie de Trump, Stephen Bannon, lors de l’attaque de missiles sur la base aérienne de Chayrat en Syrie, Kushner est «in», comme on dit souvent à Washington, et Bannon est «out». En tous cas, la faction antimondialiste, dirigée par Bannon, a reçu des « pouces vers le bas », sur plusieurs sujets, de la part de Trump.

L’adoption, par Trump, de la politique du parti Démocrate de Clinton qui est faite d’opposition au gouvernement syrien, de confrontation à la Russie, de soutien à l’OTAN, de soutien à la Banque américaine d’export-import (EXIM) et de confrontation militaire à la Corée du Nord et la Chine, a déclenché les applaudissements des néoconservateurs et des mondialistes mais, par contre, la base politique de Trump, des nationalistes d’« America First » aux libertariens, pleure.

Les signes avant-coureurs montrant que Kushner travaillait pour les néoconservateurs ont toujours été présents. Sa société de médias, Observer Media, qui publie l’hebdomadaire en ligne New York Observer, a mis en vedette plusieurs auteurs néoconservateurs. Kushner, qui a également dirigé la société immobilière Kushner Companies, a confié le contrôle du journal à son beau-frère après avoir été nommé conseiller principal du président Trump. Kushner a hérité de l’empire immobilier de son père, Charles Kushner. En 2007, Jared Kushner a fait le plus gros achat d’un bâtiment unique dans l’histoire des États-Unis : il a payé 1,8 milliard de dollars, pour un immeuble de 41 étages au 666 de la Cinquième avenue à Manhattan. En 2015, Jared Kushner a acquis une participation de 50,1% dans le Times Square Building, à Manhattan, achetée à la société Africa Israel Investments, Ltd. (AFI), une société d’investissement et de holding appartenant au magnat israélien du diamant, l’israélo-ouzbek Lev Leviev. Ce qui pourrait affecter les relations entre les États-Unis et la Palestine et l’Afrique, c’est qu’AFI a participé à la construction de colonies illégales en Cisjordanie et à l’acquisition de diamants provenant des zones de conflits les plus sanglantes d’Afrique.

AFI et sa filiale, Danya Cebus, ont été soumises à des désinvestissements de la part d’un certain nombre de gouvernements et de sociétés, à cause de leurs activités en Cisjordanie. En août 2010, le fonds de pension norvégien a cédé les parts qu’il possédait dans les deux entreprises. Leviev est également impliqué dans des opérations de casino douteuses, ce qui le place dans les mêmes milieux d’affaires que l’opérateur de casino qu’est Trump. En 2009, Playtech Cyprus, Ltd., une des entreprises de l’AFI, a commencé à fournir des équipements pour un nouveau casino à Bucarest, en Roumanie. Playtech a été lancé en 1999 par quatre Israéliens, Teddy Sagi, Elad Cohen, Rami Beinish et Amnon Ben-Zion. Le logiciel de jeu en ligne Playtech est principalement géré par des programmeurs estoniens. Sagi est un fraudeur déjà condamné, ayant été reconnu coupable de fraude dans l’affaire de la « Banque Discount » de 1996, une arnaque aux actions et aux obligations qui a secoué la communauté des affaires de Tel-Aviv. Les opérations minières dans le diamant africain de Leviev impliquent plusieurs « anciens » agents du Mossad, notamment en Sierra Leone, en République démocratique du Congo, en Ouganda, en Namibie et en Angola.

L’étroite frontière entre Jared Kushner et certains des principaux gangsters israéliens fait sonner l’alarme. Cette situation est particulièrement aggravée, lorsque l’on sait que Kushner n’a pas fourni toutes les informations demandées dans les questionnaires sur la sécurité nationale, concernant ses contacts avec des personnes et des intérêts étrangers, affaire qui a entraîné des demandes du Congrès que son habilitation de sécurité soit suspendue.

La querelle entre Jared Kushner et Bannon n’est pas le premier conflit de personnalité que Kushner a eu avec un membre de l’équipe Trump. La première démonstration de l’influence puissante de Kushner sur Trump a été mise en évidence lorsque ce dernier a viré le président de son équipe de transition, le gouverneur du New Jersey, Chris Christie et ses loyalistes, qui comprenait l’ancien représentant américain Mike Rogers et Matthew Freedman. Pour Kushner, les licenciements ont été une vengeance ultime contre Christie. En tant que procureur des États-Unis pour le nord du New Jersey, Christie a poursuivi avec succès le père de Kushner pour évasion fiscale, faux témoignage et contributions illégales aux campagnes politiques. Christie voulait une peine de prison de trois ans pour le vieux Kushner, mais il n’a passé qu’un an dans un pénitencier fédéral d’Alabama.

L’enquête fédérale sur Christie a révélé que Charles Kushner a essayé d’attirer son beau-frère et employé, William Schulder, dans un piège avec une prostituée au motel Red Bull Inn à Bridgewater, dans le New Jersey. Le vieux Kushner a payé 10 000 $ une prostituée haut de gamme, qui aurait travaillé dans une agence d’escorte de Manhattan liée au Mossad, pour attirer Schulder dans un piège, le tout filmé par un système de bandes vidéo et conçu pour l’empêcher de témoigner, à la demande de Christie, contre Kushner. Après que la femme de Schulder a reçu la bande vidéo de la partie de jambes en l’air au motel, Christie a réussi non seulement à s’assurer qu’un Schulder embarrassé mais en colère reste son témoin vedette, mais a également convaincu la prostituée de témoigner contre Kushner. Un autre témoin des procureurs, Robert Yontef, le comptable en chef de Kushner, a également été attiré dans le même genre de piège par son ancien patron, avec une bande vidéo faite avec une autre fille, toujours payée par Kushner.

Charles Kushner a également réussi à ce que le gouverneur démocrate du New Jersey, Jim McGreevey, le nomme à la Commission de l’Administration portuaire de New York-New Jersey, qui possédait le World Trade Center, une position en or pour le 11 septembre, un acte dans lequel le Mossad israélien pourrait être impliqué. Les autorités de l’Hudson County et de Jersey City étaient bien conscientes que des éléments du Mossad étaient impliqués dans de nombreuses activités de renseignement entourant et soutenant l’événement du 11 septembre, dans les mois précédant l’attaque en 2001.

Les membres de la famille Kushner semblent être de fervents amateurs de la politique de la vengeance et du chantage, comme l’a durement découvert McGreevey.

Alors qu’il était maire de Woodbridge, McGreevey a rencontré un agent des renseignements israéliens nommé Golan Cipel, au cours d’un voyage d’étude en Israël, en  2000, organisé par Charles Kushner, qui était un généreux donateur pour les frais politiques de McGreevey. Bien que le voyage ait été parrainé par la Fédération juive de MetroWest, l’objectif était d’assurer la fidélité future d’un politicien du New Jersey en plein essor et qui serait soigné pour devenir le gouverneur de l’État. Cipel était le porte-parole principal de la ville israélienne de Rishon LeZion, mais il a rapidement fini dans l’équipe de campagne de McGreevey pour être gouverneur, grâce à l’influence, le visa de travail aux États-Unis et l’argent fourni par le vieux Kushner. Il est à noter que Rishon LeZion représente l’une des bases de soutien les plus importantes du parti de droite Likoud en Israël. En faiseur de roi politique, Charles Kushner a assuré la nomination de McGreevey pour le parti Démocrate dans la course au poste de gouverneur, après avoir recherché le soutien – en tordant quelques bras – des présidents du parti Démocrate des comtés de Union, Essex, Middlesex et Camden.

Après être devenu gouverneur, McGreevey a embauché Cipel, ressortissant israélien et employé de Kushner, comme conseiller en chef de la stratégie politique, des affaires étrangères et des relations avec la communauté juive. Mais ce fut la nomination, par McGellvey, de Cipel en tant que directeur de la sécurité intérieure, qui a fait lever bien des sourcils dans tout l’État, surtout après le 11 septembre.

Au cours du mandat de McGreevey, Cipel a décidé de déposer une plainte pour harcèlement sexuel contre le gouverneur, au tribunal de Mercer County. Cipel, un ancien « diplomate » – c’est-à-dire un agent du Mossad – au consulat général israélien à New York, par sa seule action en justice, a détruit la carrière politique de McGreevey. Le procès a obligé McGreevey, qui était marié et avait deux enfants, à admettre qu’il menait un mode de vie gay, parallèle et secret. Avec cette bombe, dont se sont emparés les médias, McGreevey a été forcé de démissionner. Plusieurs observateurs politiques du New Jersey pensent que Charles Kushner se tenait derrière la plainte de Cipel, car McGreevey ne s’est pas révélé être le type de marionnette que Kushner attendait. En fait, pendant le procès, les avocats de McGreevey ont contacté le FBI pour les avertir d’une éventuelle opération d’extorsion de fonds de la part du couple Kushner-Cipel et dirigée contre le gouverneur.

Sans aucun doute, Christie, qui avait déjà le regard tourné vers le manoir du gouverneur du New Jersey à Princeton, savait tout au sujet du rôle que Charles Kushner a joué dans le chantage contre l’un de ses prédécesseurs en tant que gouverneur. Avec le genre d’information de base possédée par un procureur fédéral comme Christie, qui avait accès aux transcriptions d’écoutes téléphoniques recueillies auprès du téléphone de la famille Kushner et d’autres communications, il est clair que Jared Kushner a vu Christie comme une menace majeure, pour le futur programme de la famille Kushner au sein de l’administration Trump.

Avec Christie et, peut-être bientôt Bannon, mis à l’écart, Jared Kushner pourra consolider son contrôle total sur Trump. Compte tenu du bilan de la pression exercée par le clan Kushner, et de ses méthodes, contre deux gouverneurs du New Jersey, on est en droit de supposer que les Kushner disposent d’une quantité d’informations suffisamment importantes pour faire chanter Mr. Trump.

Traduit par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

Source

Consulter aussi

Macron : la divine surprise

Article disponible dans le numéro 79 de la revue REBELLION, inspiré d’une conférence donnée par …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close