Accueil FOCUS Zoom Julius Evola: Idée d’Empire et Universalisme

Julius Evola: Idée d’Empire et Universalisme

Quiconque s’interroge sérieusement sur le nouvel ordre européen perçoit de plus en plus nettement l’importance et la force révolutionnaire des idées de “grand-espace” (Grossraum) et d'”espace vital” (Lebensraum). Cependant, au lieu de “grand-espace”, nous préférons ici parler d'”espace impérial”, d’espace “reichisch”, c’est-à-dire déterminé par l’idée de Reich, ou encore d'”espace de Reich”. Il s’agit en effet de dissiper l’idée selon laquelle l’ordre nouveau serait essentiellement dicté par des facteurs matériels plutôt que par une idée ou par un droit supérieur qui fonde l’autorité. Bien entendu, l'”espace déterminé par l’idée de Reich” englobe aussi ce que nous appelons “l’espace vital”; mais il peut en dépasser les limites, soit en fonction de considérations militaro-stratégiques, soit en raison d’influences indirectes, de relations affinitaires ou de ces affinités électives qui poussent les petits peuples à se grouper autour d’un “peuple impérial”.

Nous ne sonderons pas ici la notion générique de “grand-espace” ou d’espace “déterminé par l’idée de Reich” (reichisch). Nous nous pencherons plutôt sur un de ses aspects particuliers, qui dépasse à la fois le mythe nationaliste et le mythe universaliste.

En ce qui concerne le mythe nationaliste, il connaîtra dans l’avenir une double limitation: d’abord, aucun peuple ne peut assumer et exercer une fonction supérieure de direction s’il ne s’élève pas au dessus des intérêts et des allégeances de type particulariste. Ensuite, les petits peuples devront réapprendre qu’il existe une subordination qui, loin d’être un “esclavage”, peut au contraire être source de fierté puisqu’elle permet l’intégration à une communauté culturelle plus vaste et la participation à une autorité plus haute et plus forte. On peut ici songer à des exemples historiques comme le Saint-Empire romain dont les souverains incarnaient une autorité et une fonction dissociées et distinctes de celles qu’ils détenaient en tant que princes d’un peuple particulier. Il pouvait même arriver que des peuples sollicitent d’eux-mêmes l’honneur d’être rattachés à une communauté qui était plus que nationale puisqu’elle se définissait par l’emblème impérial.

En ce qui concerne maintenant le second aspect, par lequel l’espace déterminé par l’idée de Reich apparaît comme le dépassement non seulement du nationalisme étriqué mais du mythe universaliste, il faut préciser que cet espace n’est pas un “espace impérial”: il faudrait plutôt penser à des entités distinctes, caractérisées par des idées et des traditions spécifiques, mais agissant conjointement et solidairement. Seule, à l’évidence, cette idée peut dépasser l’universalisme, que ce soit sous sa forme utopique (“le royaume mondial”) ou sous sa forme juridico-positiviste qui postule des principes rationnels, universellement valables et obligatoires.

Quant à l'”espace déterminé par l’idée de Reich”, il ne faut pas y voir un assemblage plus ou moins lâche, mais un véritable organisme défini par des frontières précises et axé sur une idée centrale imprégnant toutes les forces qu’il rassemble.

Si l’espace déterminé par l’idée de Reich ne constitue pas un tout cohérent puisqu’il se présente sous la forme d’un ordre dynamique, il obéit cependant toujours à une certaine loi d’évolution et s’articule autour de valeurs fondamentales qui constituent son “principium individuationis”:

Par son caractère organique, vivant, et par les conditions géopolitiques nécessaires qui sont les siennes, l’idée d’espace déterminé par l’idée de Reich s’oppose notamment à ce que nous appelerions “l’impérialisme qui se cherche” (vortastender Imperialismus) et dont le prototype est l’Angleterre. Pour des raison identiques, il s’oppose également à toute conception abstraite, “spiritualiste”, du Reich, qui bien souvent n’est qu’un paravent de l’universalisme. or, en Italie, la compréhension de ce dernier point a été obscurcie par nombre d’idées fausses et de lieux communs désuets.

L’exemple de l’idée romaine

Le grand-espace dont l’Italie peut éventuellement se réclamer est essentiellement méditerranéen. A ce titre, sa référence “impériale” et supranationale ne peut être que l’idée romaine. Or, certains milieux développent à propos de Rome une rhétorique telle que l’on éprouve une sensation de lassitude chaque fois qu’il est question de Rome et de la romanité. Et pourtant, l’Italie n’a pas d’autre choix. Mussolini l’a dit: “Rome est notre point de départ et notre référence: c’est notre symbole et notre mythe”.

La difficulté que nous venons de signaler provient de ce que, pour beaucoup, romanité et universalisme sont synonymes. L'”universalisme romain” est un slogan qui, visiblement, sert les ambitions douteuses de certains milieux. D’autres s’eforcent bien de faire une distinction entre le principe universel de Rome et l’universalisme de type démocrate, franc-maçon ou humanitariste, ou encore celui de l’Internationale communiste. Mais cela ne dissipe pas le malentendu.

Est universaliste tout principe qui prétend à la validité générale. Le rationalisme franc-maçon, la démocratie, l’internationalisme et le communisme sont, de fait, des idées qui se répandent dans le monde entier et qui pourraient donc effectivement devenir “universelles” –à condition de déraciner d’emblée et de niveler méthodiquement tous les peuples et toutes les cultures. On retrouve à peu près un projet identique dans les très controversés “Protocoles des Sages de Sion”.

Le symbole de Rome –s’il ne s’épuise pas dans une rhétorique creuse– implique tout au contraire quelque chose de concret et de défini: nul ne songe sérieusement à unifier tous les continents et tous les peuples sous l’égide de Rom. Telle est pourtant l’intention des utopies antitraditionnelles, niveleuses et collectivistes. Rome, pour nous, peut effectivement signifier quelque chose et si ce “quelque chose” n’est pas “l’universalisme”, ce sera l’idée fondamentale, la force qui met-en-forme, la loi inhérente à un certain “espace déterminé par l’idée de Reich”

D’ailleurs, il n’en allait pas autrement dans l’Antiquité, Rome était l’axe sacré d’une communauté soudée de peuples et de cultures, mais en dehors de laquelle il existait d’autres cultures, ce que traduit du reste l’expresion de “barbare” qui, à l’origine, n’avait aucune connotation péjorative et servait simplement à désigner l’étranger.

Dans l’Empire romain finissant, il a pu, certes, exister –dans les limites de cet espace où soufflait l’esprit d’empire– un certain “universalisme”: on laissa s’introduire à Rome des éléments hétérogènes et des races inférieures dont on fit abusivement des “Romains”. La ville du Tibre intégra sans difficulté des cultes et des mœurs allogènes dont le contraste avec la romanité des origines était parfois stupéfiante, comme le notait Tite-Live. C’est dans cet universalisme-là que réside l’une des pricnipales raisons de l’effondrement de Rome. Voir dans un tel universalisme une caractéristique propre au “principe romain” serait le plus grave des contresens. Le principe romain vrai, c’est-à-dire viril et hiérarchisé, celui qui a fondé notre grandeur, n’a absolument rien à voir avec cet universalisme de la Rome tardive et abâtardie.

Nous vivons une époque de rassemblement, d’organisation et de structuration de forces, où le discours universaliste abstrait n’a pas sa place. Une époque où la dimension spirituelle ne doit pas nous conduire à des déviations ni à des transgressions mais sublimer le sens des forces et des contraintes d’une réalité concrète. Que Rome ait fait don au nom de la “lumière de la culture”, que l’esprit romain soit illimité, que tous les peuples doivent à Rome des éléments de culture, voilà qui est bien. Il reste cependant à tester la vitalité actuelle de cet héritage millénaire au regard d’entreprises moins poétiques mais plus précises. Pour celui qui ne se satisfait pas du verbiage, la moindre des choses à exiger de la force de l’idée romaine est qu’elle puisse faire naître, à partir des peuples que rassemblera notre grand-espace, un organisme véritablement déterminé par l’idée d’Empire, un “reichischer Organismus” doté d’une structure solide, d’un visage et d’une culture propre, ce que permettrait, par exemple, un recours à l’idée organique et hiérarchique du Moyen-Age aryen et combattant. Ce n’est que lorsque que cet exemple aura pris consistance que le prestige de l’idée romaine franchira de nouveau les limites de notre espace. Alors, d’autres pays se demanderont si ces idées fondamentales peuvent être adoptées et façonner le réel selon des formes propres au type d’humanité auquel ils appartiennent.

Julius Evola
(traduction: J.L.P.)

Archives de SYNERGIES EUROPÉENNES – VOULOIR (Bruxelles) – Avril 1991

Attachments

Consulter aussi

Macron : la divine surprise

Article disponible dans le numéro 79 de la revue REBELLION, inspiré d’une conférence donnée par …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close