Accueil FOCUS Analyses Chevènement et la stérilisation du FN

Chevènement et la stérilisation du FN

La gauche est transgénique mais le nationalisme aussi ; je le sais, je l’ai été jeune. Le FN a commencé une longue et interminable agonie, une métastase qui va miner encore plus la paranoïaque et simplette vie politique française et assurer la réélection de Macron en 2022. Le départ de Marion, dernière idéaliste du groupe (que nous avions interviewée pour Pravdareport.com) démontre la grosse fatigue de ce parti jadis sauvage, brutal, marrant devenu une caverne de souverainistes tendance, de branchés désaxés et de petits experts en politique. On n’en parlerait pas ici si le FN n’avait été présent au second tour, symbolisant contre les vœux de tout le monde  « la résistance au système », celle du « peuple à l’oligarchie », oligarchie qui rassemble quand même encore deux tiers des Français votants, il ne faudrait pas l’oublier. Le faible report des voix du camp Mélenchon montre l’impossibilité du projet rouge-brun vieux de trente ans déjà, garantit sa pérennité au système (or au premier tour, le système n’a pas fait mieux avec Fillon et Macron que les antisystèmes).

Selon nous aussi le faible score du FN vient de l’épuisement de ses thématiques, de la déception de son électorat primordial (populiste-extrême droite), et de l’échec total de sa dédiabolisation, comme le soulignait l’hebdo d’extrême-droite (caricatural, mais excellent pour cela, bon gardien de la flamme) Rivarol. Il ne reste au FN qu’à se débaptiser, perdre la dynastie fascisée et ensuite le reste de son électorat. L’encroûtement du gauchisme sociétal  espagnol ou du phénomène Grillo en Italie, garants eux aussi par leur néant et leurs excès de la solidité du système, consolera les plus mécontents. Et on ne parlera de l’islamophobie fatiguée en Europe du Nord ou en Hollande !

L’extrême-droite a toujours été un sacré fourre-tout, quoiqu’en disent les médias, et c’est le légendaire et sulfureux François Brigneau, qui pleurait les cinquante mille musulmans morts pour la France,  qui l’expliqua très bien. Mais elle s’est fait noyauter ; ses idées ont été reprisées, et tout ce recyclage dans le goût du jour lui a fait bien du mal.

Prenons l’interview de l’anonyme sur le livre Gouverner par le chaos, édité par Max Milo.

« Cela dit, l’extrême droite n’est pas en reste, question noyautage et infiltration, comme le prouve l’obsession « identitaire », inventée dans les think-tanks du Pouvoir pour remplacer le « communautarisme » devenu péjoratif avec le temps. Aujourd’hui, l’ingénierie sociale s’appuie beaucoup sur la question « identitaire », de gauche comme de droite, notamment par la production de rivalités identitaires dans les classes populaires afin de les morceler, d’empêcher leur organisation et de « diviser pour régner ». Il y a une théorie identitaire de gauche, avec les questions de genre et de sexe, et une théorie identitaire de droite, avec les questions de race et de culture. Pendant qu’on perd du temps avec ces questions-là dans des débats « pour ou contre » surmédiatisés et complètement oiseux, les questions socioéconomiques sérieuses ne sont pas abordées et le Pouvoir continue d’avancer ses pions. Les bonnes vieilles ficelles sont usées jusqu’à la corde mais fonctionnent toujours, cela ne cesse de m’étonner. »

Oui, les bonnes ficelles marchaient dans la Rome ou la Grèce antique, sans oublier la Chine. Lisez notre livre sur le livre noir de la décadence romaine. Mais l’idée que les divisions raciales ou culturelles de la classe pauvre servent le système, idée digne de Soral et autres, nous paraissent fausses. Les musulmans ont peur des Français de droite, et réciproquement, et ce n’est pas pour des questions là encore de manipulation. Les minorités sont devenues  un « mercenariat électoral » (Emmanuel Todd), et elles votent pour le système en France (PS ou ex-PS) comme en Amérique (démocrates). A tort ou à raison, c’est un autre problème. Non, à raison.

Venons-en à ce curieux mixte de Chevènement et de FN. En 2002, les sondages donnaient Chevènement à 14%, il finit à 7%, affaiblissant le pauvre Jospin (dernier premier ministre honnête, compétent et tolérant d’ailleurs – cela lui apprendra) et permettant la ridicule présence de Le Pen au second tour. C’était déjà donc un vote de nuisance, comme celui du FN.

Sur le présent, voici ce que dit notre amie Badia Benjelloun sur le site Dedefensa.org.

« En s’adjoignant comme membre de son comité central Philippot, un ancien de l’écurie chevènementiste, rompue à la dialectique marxiste, cet ancien élève de HEC (tiens encore un commercial investi dans le champ politique), le parti fondé par un ancien tortionnaire nostalgique des anciennes possessions françaises a intégré à son discours des éléments de langage de la lutte des classes. »

Philippot est donc un expert en marketing idéologique. On voit où cela mène en ce moment, à chasser les autres.

La transformation du parti rebelle, du parti de la pensée sauvage (Baudrillard) en parti d’alternance, souverainiste et socialo et officiellement islamophobe (son électorat pas très éclairé a approuvé à 62% le bombardement de la Syrie !), n’est simplement pas bonne. La rage du peuple, sa colère mérite autre chose que les nouveaux états-majors. On a châtré le FN un peu comme notre société d’ailleurs dominée par les femmes (Merkel, May, Lagarde, etc.) et les gays lurons qui les encadrent en leur servant le café, et on récolte un bâillement électoral. Le nationaliste se sent comme Nicholson dans le vol au-dessus d’un nid de coucous… Déchaîné, le journal Rivarol rappelle que le FN est monté à 25% aux Européennes, à 28 aux régionales (vive Marion, partie depuis !), et qu’ensuite il s’est effondré à 21% au premier tour des présidentielles. Et le placide Jacques Sapir de s’en prendre à la reculade stratégique du FN sur l’euro, la monnaie et le reste.

Tout cela ne fait plus rêver. Le petit air d’innocence, comme disait Guy Debord, est perdu. Il disait ça de notre société ; mais l’air d’innocence des antisystèmes de droite est bien passé aussi.

Sources

  • Nicolas Bonnal – Chroniques ; la culture…(Amazon_KINDLE)
  • Anonyme – Gouverner par le chaos
  • Guy Debord – Commentaires

Les livres de N. Bonnal sont disponibles chez:

Consulter aussi

Toutankhamon Vs ISIS ! & le Vainqueur des Présidentielles est…

En attendant que les élections italiennes & allemandes ne viennent clore le cycle de renouvellement …