Accueil FOCUS Analyses Populisme : le nouveau bipartisme

Populisme : le nouveau bipartisme

Si la notion de populisme est assez récente, elle est utilisée souvent par trop, ce à des fins de sensationnalisme. Valls n’a t-il pas ces derniers jours Macron de populisme ?

On remarquera aussi, ce qui montre bien que les journalistes, dans leur majorité, sont bien peu honnêtes, qu’ils continuent à utiliser l’expression d’extrême droite, alors même que celle- ci est décédée depuis quelques dizaines d’années, réduite qu’elle en est, à quelques groupuscules.

Et bien souvent, on utilise l’expression de populisme comme synonyme d’extrême droite, alors même que cela est faux : toujours le sensationnalisme mais aussi le fait de vouloir dénigrer le populisme.

En fait, il s’agit au nom de l’isme qui clôt le terme populisme d’en faire une idéologie. Le fait est d’autant plus ridicule que les différents populisme en Europe, s’ils présentent des point communs, n’en sont pas moins très différents les uns des autres.

Certains en ont conscience, même si au final ils se trompent. A titre d’exemple, la distinction entre « populisme de droite » et « populisme de gauche » alors même qu’entre eux, ils se serrent les coudes, malgré leurs différences. On peut d’ailleurs se remémorer les réactions de Marine le Pen aux percées de Podemos ou de Syriza, pourtant de gauche, pour s’en convaincre.

Le populisme tel qu’il est utilisé par les tenants du Système, y compris à la base vise justement à nier, pas tant la démocratie que la République, forme constitutionnelle dans laquelle les hommes sont avant tout citoyens-acteurs de la Cité.

C’est très exactement ce que refusent les anti-populistes qui veulent impérativement que le vote populaire ne soit qu’un simple satisfecit accordé aux élites en place : « Préoccupez vous donc de ce qui vous regarde, la politique nous appartient. Nous n’attendons donc de vous que votre approbation»

Et puisqu’il y a coalition entre droite et gauche – normal puisqu’ils défendent la même structure politico-économique – contre le populisme, c’est un nouveau référentiel bipartite qui s’annonce. Populistes contre anti-populiste.

On a vu d’ailleurs ce bipartisme dans l’action lors des dernières élections régionales françaises où la gauche dans trois régions à appeler à voter à droite contre les populistes. Ces derniers ont le vent en poupe mais aussi l’avenir devant eux au motif du ras le bol qui va crescendo un peu partout en Europe.

Les années à venir vont donc être des plus intéressantes à vivre et à suivre …

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …