Accueil FOCUS Analyses Le dilemme de la lutte contre le néo-libéralisme

Le dilemme de la lutte contre le néo-libéralisme

L’évolution des forces politiques en Grande-Bretagne depuis le Brexit est symptomatique des problèmes rencontrés dans les pays de l’Union européenne. Le Brexit a induit un changement important dans l’orientation du parti conservateur. Le tournant opéré par Theresa May, mettant fin à près de trente ans de thatchérisme, est significatif de la prise en compte des désastres engendrés par l’idéologie néo-libérale. Le parti travailliste, qui vient de réélire à sa tête, et avec une forte majorité, Jeremy Corbyn, est aujourd’hui confronté à un problème équivalent. Abandonnant l’idéologie dite du « néo-Labour » qui s’était incarnée dans Tony Blair, il doit repenser complètement son discours et ses orientations. L’opposition de fractions importantes de la direction de ces deux partis au Brexit, la défaite de ces fractions lors du référendum du 23 juin dernier, signale l’éclatement du consensus européiste et néo-libéral qui régnait au Royaume-Uni. Or, on constate aujourd’hui les prémices d’un pareil mouvement dans nombre de pays de l’Union européenne, qu’il s’agisse de la France et de l’Italie, qu’il s’agisse des Pays-Bas ou de l’Autriche. Il faut en tirer les leçons tant stratégiquement, en définissant ce que pourrait être une stratégie politique rompant avec l’idéologie néo-libérale, que tactiquement en regardant sur quel arc de forces politiques pourra se gagner la rupture initiale qui est nécessaire au déploiement ultérieur de stratégies alternatives.

Le cancer du néo-libéralisme

Le néo-libéralisme s’est imposé sur les décombres du consensus « néo-keynésien » des années 1960 et 1970. Il se présente en réalité comme une véritable guerre de classes menées par le sommet de la pyramide sociale contre la totalité de ce qui n’est pas, pour reprendre une expression à la mode, le « 1% le plus riche » de la population[1]. Divers travaux scientifiques montrent que la concentration des richesses s’est fortement aggravée depuis une trentaine d’années[2].

Cette guerre de classe devait prendre la forme d’un démantèlement de ce que Christophe Ramaux avait justement appelé « l’Etat social »[3]. Le néo-libéralisme s’est avancé sous couvert d’un discours de démantèlement des services publics, d’une marchandisation accélérée des activités humaines, voire des personnes elles-mêmes, du mythe du « travailleur universel », coupé de son environnement social et politique, sans identité si ce n’est dans des communautés archaïques, et par là même interchangeable à volonté et exploitable à merci. Le mythe du libre-échange bénéfique pour tous et de la « multitude » indifférenciée ont eu une place importante dans le triomphe du néo-libéralisme. Ce discours s’est enraciné dans une présentation de la réalité sociale opposant « assistés » à « travailleurs », mais où la notion d’assistés était sans cesse élargie. Pour les idéologues du néo-libéralisme, ce fut un coup de maître car il leur permis de jouer sur la peur du « déclassement » pour briser l’alliance historique entre les classes populaires et les classes moyennes[4], alliance qui s’était constituée dans les années de l’après-guerre. Cette guerre de classe a aussi abouti à diviser la grande bourgeoisie, en opposant de manière violente la grande bourgeoisie industrielle à la grande bourgeoisie financière. Cette dernière l’a emporté en organisant d’abord, dans les années 1980 et 1990, une pénurie des capitaux qui mettait le capital industriel dans la dépendance du capital financier puis, une fois qu’elle eut construite les mécanismes bancaires qui assurent sa prééminence en organisant à son profit une abondance la plus extrême en capitaux, ce que l’on a appelé les politiques de « quantitative easing » menées depuis la crise financières de 2007-2009.

Cette guerre de classe a abouti à la construction d’institutions particulières qui, construites à dessein, visent à enraciner le système néo-libéral. Cela va de l’institution de Banques centrales dites « indépendantes » (indépendance vis-à-vis du pouvoir politique mais en réalité sous la dépendance du pouvoir financier) aux institutions gérant l’application du libre-échange (l’OMC)[5], d’institutions régionales (comme l’Union européenne) à des institutions monétaires (comme l’Euro ou plus précisément l’Union Economique et Monétaire).

Les incarnations de la lutte contre le néo-libéralisme

Le combat contre un système de domination couplé à une idéologie passe aujourd’hui en priorité par la lutte contre les institutions dans lesquelles il s’incarne. Bien entendu, on peut – et l’on doit – lutter aussi dans la sphère idéologique, que ce soit en confrontant les divers idéologues néo-libéraux à leurs contradictions et à leurs réalités, ou que ce soit en déconstruisant les bases de cette idéologie, ses faux-semblants et ses mensonges. Mais, le combat dans la sphère des idées ne suffit pas. Il faut démanteler les institutions et les organisations mises en place par le néo-libéralisme pour casser son emprise sur les sociétés. Car cette emprise produit des effets idéologiques indéniables comme on le constate avec le ralliement d’une certaine « gauche » à l’idéologie néo-libérale. C’est en cela que les luttes politiques seront toujours plus importantes que les nécessaires luttes idéologiques. Il faut à un moment passer des armes de la critiques à la critique par les armes.

Les exemples abondent de gouvernements qui se sont enlisés, ou on été défait en dépit d’un soutien populaire évident car ils n’avaient pas osé remettre en cause certaines des institutions clés du néo-libéralisme. On pense bien entendu au cas du gouvernement Tsipras, pourtant conforté par un succès massif au référendum de juillet 2015, et qui fut contraint de capituler en rase campagne faute d’avoir réellement mis en cause les institutions européennes. Il est désormais clair que trois institutions jouent un rôle décisif dans le maintien du carcan néo-libéral : l’Euro, l’Union européenne et l’indépendance de la Banque centrale. Pour ce qui est de l’Euro, la question est entendue : des voix multiples se combinent aujourd’hui pour dire que l’Euro est fondamentalement une institution du néo-libéralisme. Un effet particulier de l’Euro doit ici être analysé. En France, comme dans de nombreux pays, le salaire moyen a, certes, continué d’augmenter. Mais cette moyenne n’a pas grand sens lorsque la répartition est très inégale. Le salaire médian, c’est à dire celui qui correspond à la division entre les 50% des salariés les plus riches et les 50% les plus pauvres, est quant à lui resté stable depuis 2000. Cela signifie qu’en réalité une majorité des salariés ont vu leurs salaires stagner depuis près de 15 années, alors que les salaires d’une minorité, entre 10% et 15% de la population, ont, eux, fortement augmenté[6]. L’Euro n’a pas seulement exercé un effet récessif sur l’économie française ; il l’a aussi déformé. Cette déformation porte un nom : la financiarisation. Elle a une origine : les politiques néo-libérale.

Bien entendu, ces tendances sont antérieures à l’Euro. On l’a dit, l’offensive néo-libérale a commencé dans les années 1980. Mais l’Euro a donné un coup d’accélérateur décisif à cette transformation tout en garantissant que tant qu’il sera en place on ne pourra revenir en arrière. Il joue le rôle d’un loquet qui empêche le système économique de quitter la financiarisation. Il a, de fait, établi la prééminence des banques (et des banquiers) dans la société française ; il a mis les logiques de la production au service de cette finance et de ces financiers. On comprend alors pourquoi tout ce beau monde se retrouve pour communier dans l’adoration de ce nouveau veau d’Or, se battra becs et ongles pour maintenir le système dont il profite, utilisera toutes les figures politiques pour conserver cette situation dont il tire le plus grand profit. On comprend que, si l’on sort de l’Euro, il faudra que le gouvernement retrouve sa liberté en matière de politique monétaire. Cela signifie revenir sur l’indépendance de la Banque centrale (en France, de la Banque de France). Mais, une sortie de l’Euro accompagnée d’un contrôle effectif sur la Banque de France conduira à une crise majeure avec l’Union européenne. Celle-ci menacera par divers biais la France, ou tout autre pays qui voudrait rompre avec le néo-libéralisme. C’est pourquoi il faut être prêt à faire éclater l’UE, et le marché unique, car la sortie d’un pays comme la France signifierait en réalité la fin de l’UE.

Les choix stratégiques

Cela pose le problème des stratégies après la rupture. Non pas de la rupture elle-même qui s’impose à l’évidence. Mais, que fera-t-on après ? Nous sommes en fait devant une question qui a été longuement traité dans l’art militaire depuis un siècle : comment désarticuler le dispositif ennemi une fois la percée réalisée. Car, la lutte pour sortir de l’Euro, pour reconquérir le contrôle sur la Banque de France et pour mettre l’UE au pied du mur s’apparente à l’effort que l’on consent pour briser la ligne de défense de l’adversaire. Mais, une fois ceci fait, il est impératif de désarticuler son dispositif, sinon il reconstituera une nouvelle ligne de défense un peu plus loin. De fait, la stratégie vise toujours un objectif politique et non militaire. C’est l’art opérationnel qui traite du passage du moment de la rupture à celui de la désarticulation de l’adversaire[7]. En politique, l’équivalent de l’art opérationnel n’est autre que les stratégies dont on se dote pour aboutir à des résultats durables.

Trois stratégies (au moins) s’opposeront une fois la rupture effectuée : l’une tenterait de faire « après » comme « avant », en cherchant simplement à utiliser cette rupture pour mener une stratégie de baisse massive des coûts. Elle laisserait le secteur productif sans aucune direction. Disons-le de suite, cette stratégie a peu d’intérêts et surtout peu d’avenir. C’est une stratégie où la rupture ne conduit pas à une remise en cause du cadre néo-libéral.

Une deuxième stratégie chercherait à reconstruire une France (ou un pays) industrielle, mais en utilisant prioritairement la baisse apparente des coûts engendrés par la dépréciation de la monnaie. C’est une stratégie qui « ruserait » avec le néo-libéralisme, qui chercherait à en utiliser les failles, mais qui ne le remettrait nullement en question. Cette stratégie appliquerait les mesures contenues dans la « loi travail » et démantèlerait un peu plus le code du travail ; elle continuerait les politiques de démantèlement des services publics (éducation, santé, territoriaux) qui ont été mises en place par les différents gouvernements, de Chirac à Hollande en passant par Sarkozy. Cette stratégie est par ailleurs cohérente avec une baisse du salaire réel, et la concentration sur le milieu-bas de gamme pour l’industrie française. Cette stratégie a un espace de réussite, si elle cible les secteurs où la France à des avantages à court terme. Mais, cette réussite, avec une création nette d’emplois de l’ordre d’un million à un million et demi, nous placerait définitivement à la remorque d’un pays comme l’Allemagne. Elle signifierait que les gains de la rupture ne seraient pas exploités.

Une troisième stratégie utiliserait par contre les gains en compétitivité obtenues par la rupture pour mettre en place une ambitieuse politique d’investissement, tant dans le secteur productif que dans les services publics. Cette stratégie viserait à une montée en puissance de l’appareil productif, tant direct qu’indirect, à travers une main d’œuvre mieux éduquée et mieux formée, à travers la dissémination d’un sentiment de sécurité dans la population qui lui permettrait de se concentrer sur son travail, mais aussi à travers la mise à disposition d’un argent à bon marché pour les entreprises naissantes afin qu’elle puissent rapidement se développer. Elle exploiterait systématiquement les secteurs de production à rendements croissants, et mettrait en place un changement radical dans le cadre de vie avec la transition énergétique et l’inscription de l’urgence écologique dans chaque activité. Cette stratégie impliquerait une concentration des ressources financières au service de la politique de développement, avec un changement de statut de la Banque de France venant consolider sa mise sous contrôle, un changement profond du système bancaire et assuranciel, et une protection quant au flux de capitaux de court et très court terme. Cette stratégie viserait à souder un « bloc historique » entre les classes populaires et les classes moyennes contre les fameux « 1% ». Elle s’accompagnerait de réformes politiques visant à renforcer la démocratie, à dé-cartéliser la presse (qui est devenue aujourd’hui un obstacle à la démocratie), à redonner sens à l’action collective. Cette stratégie peut se fixer comme objectif raisonnable une création nette de 2,5 à 3,5 millions d’emplois dans les 5 premières années de son application, et de 1,5 à 3 millions d’emplois pour les 5 années suivantes. Elle mettrait cependant la France dans une situation internationale conflictuelle, car le néo-libéralisme s’incarne dans des politiques d’Etats, et la politique internationale de la France devrait, à travers les divers cercles d’alliances possibles, se donner comme objectif de garantir sa liberté d’action en interne.

Les deuxième et troisième stratégies se divisent elles-mêmes en plusieurs sous-stratégies, en fonction du degré de prise en compte de la dimension sociale au sein de ces stratégies. Il n’est pas impossible de penser que des gouvernements puissent hésiter entre les deux, car ces stratégies, sans être similaires, sont relativement proches sur plusieurs points. Ce pourrait être le cas du gouvernement de Teresa May qui a indiqué une volonté de s’engager plutôt vers la troisième stratégie, mais dont les hésitations actuelles peuvent le conduire de fait vers la deuxième stratégie. D’où l’on peut déduire l’importance de la pression de forces politiques, qu’elles soient alliées ou qu’elles soient dans l’opposition, sur un gouvernement au moment des choix critiques, lors des points d’inflexion qui peuvent faire basculer la trajectoire du pays soit vers la deuxième soit vers la troisième stratégie.

La tactique de la Rupture

Il reste cependant à aborder la question des conditions dans lesquelles pourrait se faire la nécessaire rupture. C’est une question de pure tactique.

Il est aujourd’hui clair que se constitue un front des partisans du statu-quo, des gens qui – achetés ou convaincus – se font les défenseurs du néo-libéralisme. Ce front, dans la réalité des combats politiques, se marquera par un attachement forcené à l’Euro, aux institutions de l’UE telles qu’elles existent et à l’indépendance des Banques centrales. Ce front a dépassé les frontières politiques traditionnelles. Il réunit un François Hollande comme un Alain Juppé, un Nicolas Sarkozy comme un Emmanuel Macron. Ce front va donc du P « S » (ou d’une large partie de ce dernier) aux « Républicains » (ou à un partie de ces derniers). On voit les points d’accords. La politique sociale (la Loi Travail est une loi profondément de droite) ou la politique éducative de Mme Najat Valaud-Belkacem ne fait que continuer (en pire) celle Luc Chatel, vous savez, cet ancien de Loreal qui se faisait des cheveux avec les programmes d’histoire…Les uns comme les autres sont prêts à « sauver l’Euro » jusqu’au dernier travailleur français.

Il est désormais clair que la rupture ne pourra avoir lieu que si les forces de l’alternative souverainiste concentrent leurs coups sur ce front du néo-libéralisme. L’enjeu est ici historique. On comprend que cela puisse déstabiliser certains. Mais, comme je l’avais écrit à propos du Brexit, quand une porte doit être ouverte, peu importe qui pousse cette porte. Cela ne signifie pas que les divergences politiques au sein du camp « souverainiste » aient à s’effacer dans ce combat. D’autant plus que ces divergences prendront une autre tournure quand il s’agira de choisir les stratégies pour l’après-rupture. Mais, il faut ici faire la différence entre le politique et la politique. Dans le premier cas, quand il s’agit du politique, on parle d’un affrontement amis/ennemis. Il s’agit ici d’un affrontement binaire. C’est très clairement ce dont il est question dans la lutte pour une rupture décisive avec le néo-libéralisme. Dans le second cas, quand il s’agit de la politique, il s’agit d’une lutte entre des options différentes, des stratégies différentes, des visions différentes de l’avenir des français, mais qui toutes se situent au sein d’un cadre commun, celui d’une rupture avec le néo-libéralisme.

Il convient donc d’être cohérent, et dans le choix d’une tactique, et dans le choix d’une stratégie. Parmi les partisans de la rupture on trouve la gauche républicaine, mais aussi – comme on pouvait s’y attendre – le gaullisme social et le populisme qui se nourrit des trahisons de la « gauche » ralliée au néo-libéralisme et de la droite qui a définitivement choisi le camp de l’argent. Ces courants ne sont pas nécessairement porteurs de la même stratégie, mais ils partagent un constat sur la nécessité de la rupture. Ils ne doivent donc pas oublier où se trouve leur véritable ennemi.

Notes

[1] Piketty, Thomas, et Emmanuel Saez. 2003. « Income Inequality in the United States, 1913–1998. » Quarterly Journal of Economics, 118(1) : 1–39. Piketty, Thomas, et Emmanuel Saez. 2006. « The Evolution of Top Incomes : A Historical and International Perspective. » American Economic Review, 96(2) : 200–205.

[2] Saez, Emmanuel. 2006. « Income and Wealth Concentration in a Historical and International Perspective. » In Public Policy and the Income Distribution, ed. Alan J. Auerbach, David Card, et John M. Quigley, 221–58. New York : Russell Sage Foundation.

[3] Ramaux C., L’Etat Social, Paris, Milles et Une Nuit, 2012.

[4] Voir Ehrenreich B., Fear of Falling, New York, Harper and Collins, 1990.

[5] Sapir J., La Démondialisation, Paris, Le Seuil, 2011.

[6] Sapir J., « From Financial Crisis to Turning Point. How the US ‘Subprime Crisis’ turned into a worldwide One and Will Change the World Economy » in Internationale Politik und Gesellschaft, n°1/2009, pp. 27-44. Voir aussi Sapir J., « Global finance in Crisis : a provisional account of the ‘subprime’ crisis and how we got into it », Real-world economics review, issue n° 46, 18 May 2008, URL http://www.paecon.net/PAEReview/issue46/Sapir46.pdf

[7] Voir Sapir J. La Mandchourie Oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la Guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris-Monaco, mai 1996

Russeurope

Attachments

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close