Accueil SAVOIRS Idées Entretien inédit avec Julius Evola: Moi, Tzara et Marinetti

Entretien inédit avec Julius Evola: Moi, Tzara et Marinetti

Nous publions ici quelques extraits d’un entretien télévisé inédit d’Evola, transmis sur les ondes en 1971 par la TFI, la télévision suisse de langue française. Cet entretien rappelait aux téléspectateurs la période où Evola fut un peintre dadaïste…

En mars 1971, je fréquentais à Paris l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, pour obtenir un doctorat en philosophie politique. Mais le cinéma et la télévision m’intéressaient déjà. Un soir, j’ai discuté avec Jean-José Marchand qui réalisait alors pour l’ORTF «Les Archives du XXième siècle» et cette discussion nous a conduit à une collaboration fructueuse. Nous étions tous deux animés du désir de rencontrer Julius Evola. Nous voulions l’introduire dans une série d’entretiens portant sur trois points importants du dadaïsme. J’ai organisé cet entretien et il a duré longtemps… Au départ, Evola n’y était pas entièrement hostile, mais il demeurait sceptique. Puis, dans un français impeccable, il m’a parlé très longtemps de l’expérience dada et des doctrines ésotériques. De ce long dialogue, la télévision n’a retenu que trois minutes…

Pour la postérité je dois signaler qu’Evola a refusé de répondre à deux questions. La première: «Dans le Livre du Gotha qui appartenait à mon ancien camarade de collège à Genève, Vittorio Emanuele de Savoie, et à son père Umberto, il n’y a pas de Baron Evola qui soit mentionné. Etes-vous vraiment baron?». La seconde: «Pourquoi, dans l’édition Hoepli de 1941 de votre livre de synthèse des doctrines de la race avez-vous mis en illustration un portrait de Rudolf Steiner, sans mentionner son nom, mais en signalant qu’il était un exemple de race nordico-dinarique, de type ascétique, doté d’un pouvoir de pénétration spirituelle?». Ce jour-là, j’ai compris que Steiner avait cessé de l’intéresser, voire de lui plaire. Evola me fit une grande et belle impression. Voici quelques petits extraits de notre long entretien…

Q.: Parlons du dadaïsme. Quelles ont été ses manifestations en Italie et quelle a été votre contribution personnelle au dadaïsme?

Il faut d’abord souligner qu’il n’y a pas eu de mouvement dadaïste au sens propre en Italie. Il y avait un petit groupe réuni autour de Cantarelli et Fiozzi qui avait publié une petite revue appelée Blu, à laquelle ont collaboré des dadaïstes, mais c’est Tzara qui m’en a appris l’existence. Plus tard, j’y ai moi-même apporté ma collaboration, mais cette revue n’a connu que trois numéros. Pour le reste, j’ai organisé une exposition de mes œuvres en Italie et une autre en Allemagne, dans la galerie Der Sturm de Monsieur von Walden. Il y avait soixante tableaux. En 1923, j’ai participé à une exposition collective, avec Fiozzi et Cantarelli en Italie, à la galerie d’Art Moderne de Bragaglia; ensuite, j’ai publié un opuscule intitulé Arte Astratta pour la Collection Dada. Donc: de la peinture, de la poésie et mon interprétation théorique de l’art abstrait. Et puis, j’ai prononcé des conférences, notamment sur Dada à l’Université de Rome. Ensuite, j’ai écrit un poème: La Parola Oscura del Paesaggio Interiore, un poème à quatre voix en langue française, qui a été publié pour la Collection Dada en 1920 à 99 exemplaires. Ce poème a été réédité récemment par l’éditeur Scheiwiller de Milan.

A Rome, il y avait une salle de concert très connue dans un certain milieu et qui s’appelait L’Augusteo. Au-dessus de cette salle, un peintre futuriste italien, Arturo Ciacelli, avait créé un cabaret à la française: Le Grotte dell’Augusteo. Dans ce cabaret, il y avait deux salles que j’ai décorées moi-même. C’était un petit théâtre, dans lequel il y a eu une manifestation dada, où l’on a récité mon poème à quatre voix, avec quatre personnages évidemment, trois hommes et une fille qui, pendant cette récitation, buvaient du champagne et fumaient, et la musique de fond était de Helbert, de Satie et d’autres musiciens de cette veine; cette soirée avait été réservée uniquement à des invités, chacun recevant un petit talisman dada. Nous avions l’intention de nous focaliser uniquement sur le dadaïsme, en l’introduisant en même temps que le manifeste dada; malheureusement, la personne qui avait promis une aide financière n’a pas…

Q.: …n’a pas tenu sa promesse.

En effet, elle n’a pas tenu sa promesse… Quant à l’exposition dadaïste, elle ne se contentait pas seulement d’exposer des tableaux; nous avions l’intention déclarée de choquer le plus possible les bourgeois et il y avait dans la salle toute une série d’autres manifestations. A l’entrée, chaque invité était traité comme un vilain curieux, ensuite, à travers toute la salle, étaient inscrites des paroles de Tristan Tzara: «J’aimerais aller au lit avec le Pape!». «Vous ne me comprenez pas? Nous non plus, comme c’est triste!». «Enfin, avant nous, la blennorragie, après nous, le déluge». Enfin, sur chaque cadre, il y avait écrit en petit, des phrases telles: «Achetez ce cadre, s’il vous plait, il coûte 2,50 francs». Sur une autre scène à regarder, on dansait le shimmy, ou, selon les goûts, s’étalaient les antipathies de Dada: «Dada n’aime pas la Sainte Vierge». «Le vrai Dada est contre Dada», et ainsi de suite. Par conséquent, vu cette inclinaison à laquelle nous tenions beaucoup, parce que, pour nous, une certaine mystification, un certain euphémisme, une certaine ironie étaient des composantes essentielles du dadaïsme, vous pouvez donc bien imaginer quel fut en général l’accueil que recevait le public lors de ces soirées, de ces manifestations dadaïstes; elles n’étaient pas organisées pour que l’on s’intéresse à l’art, mais pour nous permettre de faire du chahut: on recevait les visiteurs en leur jettant à la tête des légumes ou des œufs pourris! A part le public en général, les critiques ne nous prenaient même pas au sérieux… Ils n’avaient pas l’impression que nous faisions là quelque chose de sérieux, ou du moins, dirais-je, de très sérieux, au-delà de ce masque d’euphémisme et de mystification. C’est pourquoi je puis dire qu’en Italie le dadaïsme n’a pas eu de suite. Quand je m’en suis allé, après avoir publié trois ou quatre numéros, le Groupe de Mantoue s’est retiré dans le silence, et il n’a pas eu de successeur…

Q.: Retrospectivement, que pensez-vous aujourd’hui de l’expérience dadaïste et du dadaïsme?

Comme je vous l’ai dit, pour nous, le dadaïsme était quelque chose de très sérieux, mais sa signification n’était pas artistique au premier chef. Pour nous, ce n’était pas d’abord une tentative de créer un art nouveau, en cela nous étions à l’opposé du futurisme qui s’emballait pour l’avenir, pour la civilisation moderne, la vitesse, la machine. Tout cela n’existait pas pour nous. C’est la raison pour laquelle il faut considérer le dadaïsme, et aussi partiellement l’art abstrait, comme un phénomène de reflet, comme la manifestation d’une crise existentielle très profonde. On en était arrivé au point zéro des valeurs, donc il n’y avait pas une grande variété de choix pour ceux qui ont fait sérieusement cette expérience du dadaïsme: se tuer ou changer de voie. Beaucoup l’ont fait. Par exemple Aragon, Breton, Soupault. Tzara lui-même a reçu en Italie, peu de temps avant sa mort, un prix de poésie quasi académique. En Italie, nous avons connu des phénomènes analogues: Papini, conjointement au groupe auquel il était lié quand il jouait les anarchistes et les individualistes, est devenu ultérieurement catholique. Ardengo Soffici, qui était un peintre bien connu quand il s’occupait d’expressionnisme, de cubisme et de futurisme, est devenu traditionaliste au sens le plus strict du terme. Voilà donc l’une de ces possibilités, si l’on ne reste pas seul sur ses propres positions. Une troisième possibilité, c’est de se jeter dans l’aventure, c’est le type Rimbaud… On pourrait même dire que la méthode dadaïste n’est pas sans un certain rapport avec la formule “Dada Toujours”, telle que je l’ai interprétée, et qui est aussi la formule d’Arthur Rimbaud, celle de maîtriser tous les sens pour devenir voyant. Comme je l’ai dit, l’autre solution est de se lancer dans une aventure, comme le firent d’une certaine façon Blaise Cendrars et d’autres personnes. Pour finir, il y a bien sûr d’autres possibilités positives, si bien que la nature inconsciente mais réelle de ce mouvement est une volonté de libération, de transcendance.

Poser une limite à cette expérience et chercher à s’ouvrir un chemin, ou choisir d’autres champs où cette volonté pourrait être satisfaite: c’est ce que je faisais en ce temps, après le très grave moment de crise auquel j’ai survécu par miracle. Je suis… parce que l’arrière-plan existentiel qui avait justifié mon expérience dadaïste n’existe plus. Je n’avais plus aucune raison de m’occuper de cette chose, et je suis passé à mes activités pour lesquelles je suis… essentiellement connu.

Q.: Que pensez-vous du regain d’intérêt aujourd’hui pour le mouvement dadaïste, regain qui provient de milieux variés?

A ce propos, je suis très sceptique, parce que, selon mon interprétation, le dadaïsme constitue une limite: il n’y a pas quelque chose au-delà du dadaïsme, et je viens de vous indiquer quelles sont les possibilités tragiques qui se présentent à ceux qui ont vécu profondément cette expérience. Par conséquent, je dis que l’on peut s’intéresser au dadaïsme d’un point de vue historique, mais je dis aussi que la nouvelle génération ne peut pas en tirer quelque chose de positif: c’est absolument exclu.

(Interview paru dans L’Italia Settimanale, n°25/1994; trad. franç. : Robert Steuckers).
Documents retrouvés par Marco Dolcetta

Euro-Synergies

Attachments

Consulter aussi

Note sur la suppression générale des partis politiques

Le mot parti est pris ici dans la signification qu’il a sur le continent européen. …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close