Accueil SAVOIRS Idées L’École de Francfort et le conditionnement social (la matrice du multiculturalisme – CIA)

L’École de Francfort et le conditionnement social (la matrice du multiculturalisme – CIA)

L’École de Francfort (en allemand Frankfurter Schule) est le nom donné, à partir des années 1950, à un groupe d’intellectuels allemands réunis autour de l’Institut de Recherche sociale fondé à Francfort en 1923, et par extension à un courant de pensée issu de celui-ci, souvent considéré comme fondateur ou paradigmatique de la philosophie sociale ou de la théorie critique. Il retient en effet du marxisme et de l’idéal d’émancipation des Lumières l’idée principale que la philosophie doit être utilisée comme critique sociale du capitalisme et non comme justification et légitimation de l’ordre existant, critique qui doit servir au transformisme.

Parmi ses premiers membres, on compte Max Horkheimer (1895-1973), qui fut le directeur de l’Institut à partir de 1930, son collègue Theodor W. Adorno (1903-1969) avec qui il écrira après-guerre La Dialectique de la raison, sorte de critique de la société de consommation, Erich Fromm (1900-1980), considéré comme l’un des fondateurs du freudo-marxisme et qui mêla psychanalyse et sociologie quantitative, Walter Benjamin (1892-1940), écartelé entre ses influences messianiques hébraïques et un marxisme inspiré de Lukács (1895-1971), ou encore le juriste, davantage social-démocrate, Franz Neumann (1900-1954). Dans son projet général des années 1930, qui voit la montée en force des fascismes, l’Institut de Recherche Sociale vise à favoriser la collaboration interdisciplinaire et à mêler philosophie et sciences sociales, dans une optique critique qui se veut détachée tant du « marxisme orthodoxe » incarné par le léninisme, l’URSS et la Troisième Internationale que du « marxisme révisionniste », c’est-à-dire social-démocrate, de Bernstein (1850-1932).

L’arrivée d’Hitler au pouvoir contraint l’Institut à fermer ses portes et ses membres, dispersés, à l’exil. Une partie d’entre eux, notamment Horkheimer, Adorno et Marcuse (1898-1979) iront aux États-Unis, où ils rouvriront l’Institut à New York. En 1950, l’Institut rouvre ses portes à Francfort. C’est cette période qui verra les premiers écrits célèbres sur la société de consommation, tels que La Dialectique de la Raison (1944/47), d’Adorno et Horkheimer, ou Éros et civilisation (1955) de Marcuse. En 1958, après une série d’allers-retours entre l’Europe et les États-Unis, Adorno prend la succession d’Horkheimer à la tête de l’Institut.

Les années 1950-1960 voient s’ouvrir une nouvelle phase de l’École de Francfort, tant en raison du nouveau contexte international (guerre froide puis Détente et « coexistence pacifique ») que de la venue d’une nouvelle génération de penseurs, tels Habermas (né en 1929), qui après s’être éloigné de l’Institut à l’époque de L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (1962), y reviendra donner des cours au milieu des années 1960, qui formeront l’ossature de Connaissance et intérêt (1968). L’un de ses élèves, Axel Honneth (né en 1949), célèbre pour sa théorie de la reconnaissance, est aujourd’hui l’actuel directeur de l’Institut.

Source initiale : Les non-alignés

Attachments

  • 1 (ERROR)

Consulter aussi

Note sur la suppression générale des partis politiques

Le mot parti est pris ici dans la signification qu’il a sur le continent européen. …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close