Accueil FOCUS Analyses Palymyre ! Le début de l’après guerre des villes ?

Palymyre ! Le début de l’après guerre des villes ?

L’Art de la guerre est ainsi fait qu’il vous réserve toujours des surprises. Là, ce sont 4.0000 mercenaires takfirî qui ont surpris leur monde en fondant sur Palmyre. À se demander comment leurs colonnes de 4×4 (ad minimo 500 véhicules) ont fait pour passer entre les mailles des aviations russes & surtout coalisées, leurs drones & leurs satellites.

Comment expliquez-vous l’extrême résilience de DA’ECH et notamment ses dernières opérations couronnées de succès à Palmyre ?

Jacques Borde. Toujours les mêmes raisons, pardi !

1- Al-Dawla al Islāmiyya fi al-Irāq wa al-Chām (DA’ECH)1, n’est pas une organisation de branquignols. Fausse impression qui nous vient des exactions des racailles de cités de non droit venues d’Europe utilisées par DA’ECH pour ses opérations de basse police ! Si vous voulez, pour vider des poubelles, persécuter des civils, violer et imposer la charia (ce qui est, peu ou prou, la même chose) au quotidien, ce sous-prolétariat d’une qualité militaire avoisinant le zéro absolu permet de réserver les éléments aptes au combat des Kamiz brunes pour les vraies batailles.

Leur travail infâme n’est pas sans rappeler celui des Sonderkommando nazis qui traquaient les juifs au fur et à mesure de l’avancée des troupes de la Wehrmacht. Et, à ce titre, ces égorgeurs et violeurs à la petite semaine méritent largement de périr sous les bombes et le napalm autant que les combattants de première ligne.

2- comme l’a rappelé le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, face à la lourdeur du dispositif de la Vozdushno-Kosmicheskiye S’ily (VKS)2, par leur extrême mobilités les troupes de DA’ECH sont « capables de reculer puis d’avancer dès que la situation le leur permet et que l’aviation cesse ses bombardements ». Là, désolé, c’est bien l’efficacité somme toute relative des frappes et du dispositif russes qui pose problème.

3- les frappes massives des aviations syrienne et russe ne suffisent pas, et ne suffiront pas, à régler le problème. Si la seule puissance aérienne permettait de gagner, motu proprio, une guerre : ça se saurait !

Donc, les Russes ne mettent pas en œuvre assez de moyens ?

Jacques Borde. Si, ils mettent le paquet. Mais en l’air, pas au sol !

À ce que l’on en sait, à Palmyre la VKS a mis en œuvre des bombardiers stratégiques Tu-22M3 (et plus de 20 hélicoptères d’assaut, dont des Mi-24 Hind). Par ailleurs, les hauteurs de la chaîne de l’At-Tar ont été pilonnées au missile de croisière Kalibr. Mais même si Tu-22M3 Backfire et Su-34 Fullback réalisent des frappes conjointes, cela ne suffit pas. Et ne suffira pas.

Et, visiblement, ça ne rétablit pas l’équilibre ?

Jacques Borde. Non pas plus que la stratégie du tout aérien choisie par l’ex-Rosh Ha’Mateh Ha’Klali3, le Rav Alouf (lieutenant-général) Dan Haloutz, dans les premiers temps de la guerre de 2006 n’a permis de mettre à genoux le Hezbollah ! Quelque part, la guerre russe contre DA’ECH est aussi sujette à caution que celle de la coalition. Même si ça n’est pas pour les mêmes raisons. En tout, il y a bien eu faillite du Renseignement militaire russe qui s’est fait surprendre comme un débutant.

Même si je donne tout à fait raison l’ancien chef d’état major russe (2004-2008), le général Youri Baluevsky, lorsqu’il dit ne pas se souvenir « de corridors humanitaires lors de la Seconde guerre mondiale, lors de la guerre du Viêt-Nam, lors de la Guerre l’Algérie… de corridors par lesquels les gentils ennemis pouvaient sortir, être amnistiés, s’ils laissaient leurs armes. Voire, pouvaient sortir avec leurs armes »4, cela n’absout pas les militaires russes d’une certaine légèreté en cette affaire. Un excès de confiance, peut-être ?

Ensuite, autre facteur à ne pas négliger, se pose la question de la mobilité de DA’ECH.

Et…

Jacques Borde. Là, on revient au problème de savoir qui soutient le nazislamisme takfirî et comment ?

Une piste à ce sujet : lorsqu’on a accusé Toyota d’avoir livré par milliers et milliers ses 4×4 à DA’ECH, le constructeur japonais a rendu public la liste de ses clients dans la région. On a ainsi appris, comme l’a rapporté Eric Denécé, que « 22.500 véhicules auraient été vendus aux Séoudiens, 32.000 aux Qataris et 11.650 aux Émiratis. Puis (…) l’armée jordanienne aurait facilité le transfert de ces véhicules en Syrie et en Irak ».

En faisant le total, on arrive quand même à 66.150 engins qui, armés de bitubes de 23 mm ou de 14,5 mm, auront en fait constitué l’ossature du parc roulant de DA’ECH. C’est donc bien cette mise à disposition de 4×4 en aussi grandes quantités qui fonde l’extrême mobilité des colonnes montantes de DA’ECH. Donc nos pétromonarques – dont par ailleurs le US Secretary of Defense, Ashton Baldwin Ash Carter, a constaté l’effarant dilettantisme quant leur engagement contre DA’ECH – ont bien les mains jusqu’aux coude dans le cambouis insane de leur kollaboration avec le nazislamisme takfirî. Les faits sont têtus !

Autre question, alors, la mobilité apportée par une flotte de véhicules légers a-t-elle de quoi surprendre les militaires occidentaux ? :

Jacques Borde. Évidemment que non ! La encore, il n’y a pas vraiment de surprise :

1- ce sont les Britanniques qui avec le Long Range Desert Group (LRDG), spécialisé dans la reconnaissance derrière les lignes ennemies et les opérations commandos et les Special Air Service (SAS)5 ont développé ce concept lors de la 2ème Guerre mondiale ;

2- c’est la tactique qu’ont choisi les forces spéciales US pour fondre sur l’Afghanistan et s’en emparer en quelques semaines ;

3- c’est un axiome que connaissent parfaitement les militaires américains. En Europe, la forte mobilité qu’ont apporté les Jeeps ont autant servi à essorer les troupes de l’Axe hitlérien que les chars Shermann. Certes, il y a eu aussi les tapis de bombes déversés par les B-17 Fliying Fortress. Mais tout est lié. D’ailleurs, cette propension qu’a l’ensemble des forces de la coalition à laisser les colonnes de 4×4 nazislamistes à se déplacer en toute impunité de Mossoul à Raqqa, de Raqqa à Palmyre,etc. n’en est que plus suspecte…

Pourquoi cela ?

Jacques Borde. Parce que dans le camp occidental, les règles de base de la guerre aérienne sont posées depuis longtemps :

1- les Cinq cercles6 de John Warden III, qui, notamment pose que tout ce qui est répertorié sous le nom ds structures de commandement au simple point de contrôle doté d’un bitube de 14,5mm doit rayé de la surface ;

2- Choc & Effroi7 de Harlan K. Ullman & James P. Wade, qui n’est pas moins radicale. Or, désolé de le dire, depuis l’apparition de DA’ECH aucune, et je dis bien aucune, de ces stratégies ne lui a été appliquée.

À se demander pourquoi…

Palmyre : un vrai revers tout de même ?

Jacques Borde. Oui et non. De fait, l’Al-Jayš al-’Arabī as-Sūrī (AAS)8 a très bien réagi et réussi à limiter les dégâts, évacuant « 80% de la population, les réserves d’armes et les moyens militaires stockés en vue de l’attaque de Deir Ez-Zor et Raqqa »9, note Karine Bechet-Golovk sur son blog.

Tenir une position en pure perte, n’est pas de bonne guerre. Et ce qui a été perdu sera repris. Surtout s’il n’y pas de civils à épargner.

D’où viennent ces 5.000 Takfirî au juste ?

Jacques Borde. La encore pas de vraie surprise, « Ils viennent de différents points géographiques, qui ont pour point commun d’être soi-disant dans les zones de combat de la coalition américaine », nous précise Karine Bechet-Golovk .

Et plus précisément « de Deir ez-Zor et Rakka, où la coalition américaine a décidé depuis une semaine environ de lever le pied, avec l’effet attendu. Ils viennent également d’Irak, où l’on a vu environ 5.000 combattants envoyé vers la Syrie. Rappelons que l’aviation américaine a, évidemment par erreur, bombardé l’armée irakienne qui combat justement à Mossoul, faisant 90 morts et une centaine de blessés. Les terroristes ont pu être très efficacement exfiltrés. Le Plan B, réalisé en urgence suite à la libération d’Alep, a fonctionné à merveille »10.

Vivement Trump et Michael T. Mike Flynn11, aux commandes…

Notes

1 Ou ÉIIL pour Émirat islamique en Irak & au Levant.
2 Ou Forces aérospatiales russes. Créées le 1er août 2015 suite à la fusion de la Voïenno-vozdouchnye sily Rossiï (VVS, armée de l’Air) avec les Voïenno Kosmicheskie Sily ou (UK-VKS, Troupes de défense aérospatiale.
3 Ra’Mat’Kal, chef d’état-major israélien.
4 RussiePolitics.
5 Forces spéciales britanniques, mise au point en 1941 en Égypte par le lieutenant David Stirling.
6 Stratégie mise en place durant la 1ère Guerre du Golfe, mais développée depuis la fin des années 1980. Elle est basée sur la considération que « l’ennemi est un système » constitué de cinq cercles (ou cinq anneaux) concentriques. Premier cercle : les structures de commandement ; 2ème cercle : les éléments organiques essentiels (production d’énergie, fourniture de carburant, approvisionnement en nourriture & finances), 3ème cercle : les infrastructures, principalement les structures de communication physiques (routes, ports et aéroports), 4ème cercle : la population (qui, selon Warden, assurant la protection et le soutien des dirigeants est une cible légitime), 5ème cercle : les forces armées (régulières, principalement) ennemies.
7 Shock & Awe: Achieving Rapid Dominance. Doctrine, rédigée par Harlan K. Ullman & James P. Wade en 1996, basée sur l’écrasement de l’adversaire par l’emploi d’une très grande puissance de feu, la domination du champ de bataille, et des démonstrations de force spectaculaires destinées à paralyser la perception du champ de bataille par l’adversaire et annihiler sa volonté de combattre.
8 Armée arabe syrienne.
9 RussiePolitics.
10 RussiePolitics..
11 Ancien directeur, de 2012 à 2014, de la Defense Intelligence Agency (DIA, Agence du Renseignement militaire), répond aux besoins du président des États-Unis, du US Secretary of Defense, du Joint Chiefs of Staff (JCS, Comité des chefs d’état-major interarmées). Michael T.Flynn est l’auteur avec Michael Ledeen de The Field of Fight: How We Can Win the Global War Against Radical Islam & Its Allies. St. Martin’s Press. ISBN 1250106222.

Attachments

Consulter aussi

De notre abrutissement par les chaînes info

La cuisinière de Flaubert et la politique C’est dans le journal de Flaubert : « …