Accueil ACTU Politique Pour Mélenchon, le débat sur les «Gaulois» «n’est pas nul»

Pour Mélenchon, le débat sur les «Gaulois» «n’est pas nul»

Le candidat du Parti de gauche estime que les «références à l’Histoire sont productives» et souhaite débattre des questions d’identité avec l’ancien président.

C’est un allié inattendu que vient de trouver Nicolas Sarkozy, cible des critiques d’une grande partie de la classe politique cette semaine après ses propos sur «nos ancêtres les Gaulois». Alors qu’Alain Juppé a déploré la «nullité» du débat lancé par son adversaire, Jean-Luc Mélenchon est, lui, beaucoup plus conciliant. «Ce n’est pas d’aujourd’hui que nous nous approprions l’Histoire, il faut le voir avec un peu de décontraction», a relativisé dimanche le candidat du Parti de gauche à la présidentielle dans Punchline, la nouvelle émission politique de C8. «On a assez de raisons d’être en désaccord avec M. Sarkozy, c’est pas la peine de s’en inventer», a-t-il ajouté.

«Ce débat nous oblige à réfléchir, à regarder, à lire, à se confronter», a jugé le candidat. «Je trouve que toutes les références à l’Histoire sont productives parce qu’elles nous obligent à réfléchir», a-t-il encore expliqué. Jean-Luc Mélenchon a bien admis que «vu de l’extérieur, on doit apparaître un peu bizarre» à mener ce type de débats, mais il a estimé que la référence aux «Gaulois» était «une façon de dire». «Moi, je ne dirais pas ‘Nos ancêtres les Gaulois’, je vous dirais que le moment fondateur c’est le moment où on devient citoyen, c’est plutôt la Révolution de 1789», a expliqué l’eurodéputé.

Mélenchon anticipe un débat avec Sarkozy

La sortie de Jean-Luc Mélenchon intervient alors que ses récentes prises de position sur les sujets d’identité et d’immigration ont crispé une partie de la gauche radicale. «L’orientation qu’il a progressivement choisie (…) est de caresser les nationalistes dans le sens du poil», expliquait récemment dans Libération Frédéric Boccara, membre de la direction du PCF. «Contrairement à d’autres, nous n’avons par contre pas peur d’affirmer notre attachement à la patrie et au drapeau», répliquait au Scan Raquel Garrido, cofondatrice du Parti de gauche.

Quoi qu’il en soit, Jean-Luc Mélenchon aimerait pouvoir débattre de ces sujets avec Nicolas Sarkozy. «On va avoir un peu de temps, il sera bientôt investi, on pourra avoir un bon débat», a-t-il assuré sur C8, anticipant de fait une victoire de l’ex-président à la primaire de la droite. Point d’animosité, donc, à l’égard de de l’ex-président. À son sujet, Mélenchon se fait presque élogieux: «Je préfère des gens qui savent ce qu’ils veulent, ils posent leurs idées sur la table». Comprendre: pas comme François Hollande.

Le Figaro

Attachments

Consulter aussi

Macron-Président ! Premiers pas, Controverses & Craintes du… sur place [1]

Le Roi est mort ! Vive le Roi a-t-on envie de dire. C’est peu de le …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close