Accueil ACTU Économie La dette de l’Etat approche les 99% du PIB

La dette de l’Etat approche les 99% du PIB

Selon l’Insee, la dette publique s’est élevé à 98,4% du PIB à la fin du deuxième trimestre, loin des 96,1% visés par Bercy en fin d’année. Le ministère de l’Economie et des Finances est-il trop optimiste ?

Michel Sapin a le dos rond. Vieux briscard de la politique, l’actuel ministre de l’Economie et des Finances n’a pas sourcillé après les commentaires acerbes de l’opposition  qui ont accompagné la présentation du dernier projet de loi de finances du quinquennat. Les prévisions de croissance seraient trop élevées, les prévisions de réduction de déficit public seraient trop optimistes. Quant à l’objectif de réduction de la dette publique, il serait irréaliste. Tels sont, en résumé, les critiques émises contre un budget 2017 globalement jugé insincère.

Sur ce point, la publication ce vendredi par l’Insee des statistiques datées du deuxième trimestre apportent un peu plus d’eau au moulin aux détracteurs du locataire de Bercy.

Déjà en 2015

Selon l’Institut, la dette publique de l’Etat, des administrations de sécurité sociale et des administrations publiques locales a augmenté au deuxième trimestre pour s’élever à 98,4% du PIB, soit 0,9 point de PIB de plus qu’au premier trimestre. ” À la fin du deuxième trimestre 2016, la dette publique de Maastricht s’établit à 2 170,6 milliards d’euros, en hausse de 31,7 milliards d’euros par rapport au trimestre précédent “, précise l’Insee. Pour mémoire, la France n’a pas affiché d’excédent budgétaire depuis 1974.

Des chiffres révisables

Bercy est donc trop optimiste ? A l’Insee, cette augmentation de la dette ne surprend pas vraiment. ” Depuis plusieurs années, il existe une sorte de saisonnalité de la dette. Au premier semestre, l’Etat émet traditionnellement plus de besoins de trésorerie au premier qu’au deuxième semestre. ainsi, en 2015, la dette publique s’élevait à 97,6% du PIB au 30 juin, avant de reculer à 96,2% du PIB au 31 décembre “, explique-t-on à l’Insee où l’on rappelle également que la dette trimestrielle est fondée sur des sources comptables moins complètes que les comptes annuels. A ce titre, elle reste donc révisable pendant plusieurs trimestres.

Un effort à produire

Quel effort de désendettement l’Etat devra-t-il produire au deuxième semestre ? Sachant qu’à la fin du deuxième trimestre, l’Etat avait accumulé 28 milliards d’euros de trésorerie et que son objectif annuel est de réduire sa dette de 8 milliards d’euros, il devra alléger sa trésorerie de 36 milliards d’euros pour être dans les clous. L’année dernière, c’est un effort de 19 milliards d’euros que l’Etat avait dû produire au second semestre.

La Tribune

Consulter aussi

Pour la première fois, le G20 ne compte pas condamner le protectionnisme

Peu de gens le savent mais avant même que les sommets au sommet ne se …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close