Accueil SAVOIRS Idées Sur Guy Debord

Sur Guy Debord

Hommage à Guy Debord

Le fondateur de l’Internationale Situationiste qui se donnait pour but rien de moins que de “renverser le monde” s’est donné la mort à l’automne dernier. Nous, qui partageons avec lui cette même haine du système, devons accorder notre attention à Guy Debord qui a su bâtir une œuvre délibérément en dehors des sentiers battus. Fait paradoxal, alors qu’il a passé son temps à dénoncer le système, on n’a jamais autant parlé de lui que maintenant: réédition de ses livres, articles de presse, émissions de télévision et de radio… Il n’aurait sans doute jamais imaginé un pareil posthume tapage médiatique autour de sa personne. Bref Guy Debord intrigue. Justement au moment même ou le système médiatique semble donner quelques signes d’essoufflement (baisse de l’audience de la télévision) et ou celui-ci semble s’entrouvrir bien malgré lui aux idées politiquement incorrectes (voir l’affaire Garaudy et ses rebondissements avec l’Abbé Pierre), les éditions Folio ont eu l’idée opportune de rééditer son œuvre la plus connue qui a précédé les évènements de mai 1968: La société du spectacle. Ce livre d’une densité extrême a eu le mérite de faire figure d’anticipateur.

Dans un premier temps, il s’ouvre sur une critique du système médiatique dont, pour nous, il est primordial de dénoncer la perversité puisqu’il est: “la justification totale du systême existant” que nous combattons, “devenu en soit conception du monde”. L’émergence de ce type de société a été permise par la première phase de l’économisme qui a favorisé la dégradation de l’être en avoir, la deuxième phase étant l’aboutissement de celle-ci par le glissement généralisé de l’avoir en paraître. Cet ordre s’est établi et perdure grâce à “une reconstruction matérielle de l’illusion religieuse” ou le peuple se complet dans un désir de dormir, “le spectacle étant le gardien de ce sommeil”, “monologue élogieux de l’ordre présent”, univers doux et aseptisé du grand hospice occidental où l’histoire se retire comme d’une marée dont on a peur. D’ailleurs, les développements sur les rapports entre religion et conception de l’histoire rejoignent les analyses d’un Cioran, celui d’Histoire et utopie, laissant entrevoir un capitalisme unifié mondialement, régulé par les média, le village global de MacLuhan en quelque sorte.

Cette fin de l’histoire annoncé par Fukuyama permettrait à ces foules solitaires de se contenter de suivre éternellement sur leurs écrans: “les fausses luttes des formes spectaculaires du pouvoir”, l’alternance programmée entre la gauche et la droite pour ne citer qu’un seul exemple ainsi que d’avoir “le faux choix de l’abondance par la juxtaposition de spectacles concurrentiels et solidaires”: Arthur, Dechavanne et Delarue pour aller au plus simple.

Les autres formes d’évolution sociales n’ont été selon Debord permises que par l’émergence de cette société du spectacle. Celles-ci encouragent au sein de nos sociétés la primauté de l’économique sur le politique, la supériorité du quantitatif sur le qualitatif, le fétichisme de la marchandise, l’atomisation de la société, notamment grâce à une technologie omniprésente isolant le sujet sur sa machine (thème repris par la suite par des gens comme Baudrillard ou Faye), l’existence, à côté d’un capitalisme sauvage, d’un socialisme bureaucratique et policier qui aboutit à une prolétarisation du monde. De la sorte, nous aboutissons à une nouvelle forme d’organisation sociale, la nôtre, individualiste et égalitariste, où le boom du tertiaire et de la communication mène à “la logique du travail en usine qui s’applique à une grande partie des services et des professions intellectuelles”. Cet univers concentrationnaire de la tertiarisation, version moderne de la mine (mais une mine propre) permet un renforcement de la société capitaliste. Et ceci en acceptant qu’une part croissante de la population soit sous-employée et en tolérant ce que Guy Debord nomme “une nouvelle forme de lutte spontanée: la criminalité”. Tous ces processus depuis 30 ans se sont largement amplifiés.

Aussi, cette critique de notre société qui se veut de gauche, par bien des aspects, fait penser aux conclusions d’un Guénon ou d’un Evola. Notons cependant parfois une phraséologie marxiste qui semble céder à la mode de son époque (nous sommes dans les années 60) et qui paraît désuète aujourd’hui. Sachons également qu’il existe dans ce texte un oubli de taille: la dénonciation de la destruction de l’environnement qui elle, interviendra un peu plus tard dans Commentaires de la société du spectacle. Insistons également sur un fait où l’auteur se trompe (et c’est sans doute ce qui rend un caractère si pessimiste à son œuvre), c’est sa vision fausse de la paysannerie, qui est pour lui l’“inébranlable base du despotisme oriental”. Ce n’est sans doute pas une quelconque révolution prolétarienne (à laquelle Debord ne croit d’ailleurs justement pas) mais au contraire un réenracinement dans les valeurs immémoriales et universelles du sang et du sol que les hommes trouveront leur salut et leur épanouissement. Sans doute le fils nanti d’industriels cannois n’a-t-il pas eu l’occasion de découvrir les milieux simples des gens enracinés. Nous comprenons son mépris pour son milieu d’origine et pour la vaste poubelle parisienne où il a passé le plus clair de son existence. Sa critique du système est très lucide mais nous, nous proposons une vraie alternative aux échappatoires alcooliques des bistrots parisiens où il s’est abîmé. C’est celle du réenracinement du Maître des abeilles de Henri Vincenot, de L’Eveil de la glèbe de Knut Hamsun ou du monde artisanal de La gerbe d’or d’Henri Béraud.

Mais cela n’enlève rien à la pertinence de Debord dans les 221 paragraphes biens distincts de son texte: dans sa préface, datant de juin 1992, il parle ainsi des déçus de mai 1968: «Les pires dupes de cette époque ont pu apprendre depuis, par les déconvenues de toute leur existence ce que signifiait la “négation de la vie qui est devenue visible”, “la perte de la qualité” liée à la forme-marchandise et la prolétarisation du monde». Sûr de lui jusqu’au bout, il écrit: «Une telle théorie n’a pas à être changée, aussi longtemps que n’auront pas été délimitées les conditions générales de la longue période de l’histoire que cette théorie a été la première à definir avec exactitude». Il n’y a rien à ajouter.

Guy DEBORD, La société du spectacle, Folio n° 2788, mars 1996., 27 FF.

Euro-Synergies

Consulter aussi

Note sur la suppression générale des partis politiques

Le mot parti est pris ici dans la signification qu’il a sur le continent européen. …