Accueil ACTU Économie CETA : le Canada demande à l’Europe de “finir le job”

CETA : le Canada demande à l’Europe de “finir le job”

La ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland, a appelé samedi l’Union européenne (UE) “à finir son job” concernant le Ceta, le traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, actuellement bloqué, rappelant qu’Ottawa était prêt à signer cet accord.

“Le Canada a fait son travail, la balle est dans le camp de l’Europe”, a affirmé la ministre canadienne du Commerce, Chrystia Freeland à l’issue d’une rencontre tôt samedi matin à Bruxelles avec le président du Parlement européen Martin Schulz, selon une vidéo publiée sur Twitter par le porte-parole du Parlement, Jaume Duch.

“Nous sommes prêts à signer le Ceta et nous continuons à espérer que ce sera possible de signer le Ceta le 27 octobre”, a expliqué la ministre canadienne, confirmant qu’elle quittait la Belgique samedi pour le Canada au lendemain de l’échec des négociations avec la région francophone de Wallonie (sud de la Belgique).

“J’espère vraiment que les Européens vont parvenir à aboutir et que je pourrai revenir ici dans quelques jours avec mon Premier ministre [Justin Trudeau] pour signer l’accord”, a-t-elle ajouté, s’exprimant en anglais et en français.

M. Schulz a pour sa part indiqué que le sommet prévu jeudi avec le Canada restait pour l’instant à l’agenda. La signature du traité, théoriquement prévue pour le 27 octobre, reste suspendue au feu vert de la région belge de Wallonie, qui refuse de donner les pleins pouvoirs à Bruxelles pour parapher l’accord, en raison notamment d’un manque de “temps” et de “démocratie”.

La Wallonie, région de 3,6 millions d’habitants, voit dans le Ceta qui concerne plus de 500 millions d’Européens les prémices du traité TTIP (ou Tafta), très impopulaire, que l’UE négocie très laborieusement avec les Etats-Unis, et réclame plus de garanties, notamment en matière de protection de ses agriculteurs et face aux puissantes multinationales.

Vendredi soir, dans une interview avec l’AFP, le chef du gouvernement de Wallonie, Paul Magnette avait pour sa part regretté “l’interruption” des négociations, estimant qu’un accord était toujours possible et que la Commission européenne devait reprendre l’initiative sur ce dossier. “J’ai expliqué que la démocratie, ça prend du temps”, a-t-il plaidé.

Le Parlement européen n’a pas de mandat pour négocier les traités commerciaux de l’UE, car c’est du ressort de la Commission européenne, l’exécutif européen. Il doit toutefois donner son feu vert à la fin  du processus.

Si l’accord est signé comme prévu le 27 octobre à Bruxelles entre les 28 et le Canada, les députés européens devront donc se prononcer sur le texte, ce qui devrait avoir lieu soit à la fin de l’année, soit au début de l’année prochaine.

Vendredi soir, Chrystia Freeland avait reproché à l’Union européenne son “incapacité” à avoir “maintenant un accord international, même avec un pays qui a des valeurs aussi européennes que le Canada”. Elle était venue cette semaine négocier à Namur, la capitale de la Wallonie, pour tenter d’aplanir les derniers différends sur ce traité.

Ce blocage soulève en tout cas d’énormes interrogations sur la capacité de l’UE -ébranlée par des crises à répétition et fragilisée par le Brexit- à négocier désormais des traités commerciaux avec des pays comme les Etats-Unis ou le Japon.

La Tribune

Attachments

Consulter aussi

Pour la première fois, le G20 ne compte pas condamner le protectionnisme

Peu de gens le savent mais avant même que les sommets au sommet ne se …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close