Accueil FOCUS Zoom L’Allemagne, 2017 et le retour de l’histoire

L’Allemagne, 2017 et le retour de l’histoire

Les tumultueux événements de 2016 ont rétrospectivement contribué à faire la lumière au sein de l’obscurité au sujet des ingérences géopolitiques globales, en particulier en ce qui concerne le rôle douteux des Etats-Unis. Dans mes livres, «Wiederkehr der Hasardeure» [Le retour des hasardeurs] et récemment «Die Akte Moskau» [Le dossier Moscou], j’ai résumé les développements et fourni des perspectives sur ce qui nous attend en 2017.

David Fromkin a rédigé une «Bible» du Proche-Orient. Son ouvrage mémorable sur la fin de la Première Guerre mondiale est inégalé. Il porte toujours le titre de: «The peace to end all peace». Au niveau international, les événements et les développements ayant mené à la Première Guerre mondiale et à sa conclusion, ne pouvaient manquer de ressurgir, immédiatement après la paix qui s’en est suivie, la guerre froide. Cette dernière fut quasiment solennellement portée en terre en novembre 1990 avec la célèbre «Charte de Paris».

Les frontières de l’OTAN ont été repoussées jusqu’au seuil de la Fédération de Russie

Après la fin de la guerre froide, le monde a changé. La division de l’Europe fut apparemment éliminée, pour renaître presque 25 ans plus tard avec le territoire de l’OTAN élargi jusqu’aux frontières et la Fédération de Russie, selon le mot de Lord Ismay sur le sens de l’union militaire occidentale à l’égard de la Russie. L’OTAN, dominée par les Anglo-saxons, a selon lui l’unique sens «de garder les Américains [en Europe], de tenir les Russes à l’écart [de l’Europe] et d’abaisser les Allemands».

Cependant, la période ayant suivi immédiatement la fin de la guerre froide a été déterminée par trois mouvements: selon la «Charte d’Helsinki», il s’agissait d’utiliser les possibilités des Etats libres existant à présent dans l’Europe entière. Le processus, portant le nom de la capitale finlandaise et doté de «trois paniers», pouvait déterminer le destin de l’Europe libre; ce dernier devait, à l’aide d’un «dividende de paix», mettre fin à la course aux armements de l’époque de la guerre froide, mettre en œuvre l’intégralité des droits de l’Homme et des droits civils, et faire avancer le développement économique en faveur des peuples et des Etats.

Cela se heurta de façon notoire à de grands obstacles, car les Etats-Unis empêchèrent toujours le développement, s’ils ne pouvaient en contrôler seuls et exclusivement le déroulement. L’Allemagne dut en faire l’expérience à l’occasion de la collaboration résolument engagée avec les Etats riverains de la mer Baltique, de même qu’avec les Etats membres de la Convention Rhin-Main-Danube. Les Etats-Unis sont intervenus partout où les Etats européens ont initié une collaboration régionale et s’y sont associés. Il n’y eut bientôt plus de pourparlers entre les Etats européens sans que Washington ne s’assoie à la table de discussion et n’en prenne la direction. Habituellement, on reconnaissait et rattachait de tels procédés aux Etats membres du «Pacte de Varsovie» – qui venait juste d’être dissout – où l’omniprésence de l’Union soviétique faisait en sorte que, lors des discussions, aucun dialogue direct entre les Etats membres ne soit plus possible.

Conséquences non résolues de la Première Guerre mondiale

La Hongrie a donné un autre signal. Tout comme les Polonais, les Magyars avaient brandi l’étendard de la liberté en Europe dans les jours les plus sombres de l’antagonisme européen et mondial, au prix de nombreuses victimes. Avec l’abandon des zones d’influence allemandes au-delà de l’Oder, l’Allemagne avait accompli un douloureux sacrifice résultant de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, avec la Hongrie et les autres Etats voisins, et avant tout avec le développement des Balkans, un fait se dégageait clairement et avait des répercussions sur l’entreprise qu’exigeait la fin toute récente de la guerre froide: Versailles et les «Traités secondaires de Paris» ont déterminé l’ordre du jour entre Budapest, Bucarest et Ankara parce qu’on pouvait enfin parler librement des conséquences du Traité de Versailles affectant l’«Europe centrale». Ce fut la Turquie qui leva le voile de l’ignorance européenne au sujet des traités secrets anglo-français de 1916 sur un foyer juif en Palestine et qui fit le lien entre le tournant crucial de la Première Guerre mondiale et les effets plus tardifs du Traité de Versailles sur une partie essentielle de l’Europe.

Pendant que, dans les années 1990, le foyer d’incendie des Balkans se transforma de plus en plus en braises belliqueuses, tout débat sérieux au sujet des problématiques qu’on voulait en principe surmonter après la fin de la guerre froide, tomba à l’eau. Dans ces années-là, les Etats-Unis avaient défini, en cavalier seul, leurs priorités politiques. Les signaux ne se manifestaient plus en direction de «Helsinki» – et donc de la collaboration –, mais uniquement en direction de «Lord Ismay». L’actuelle période de faiblesse de la Russie devait être utilisée pour élargir vers l’Est le territoire d’influence américaine de la partie européenne du continent. Pour cette raison, une coopération sérieuse des Etats européens avec la Russie devait être sabotée dans tous les domaines et les relations traditionnellement bonnes de la Russie avec les Etats côtiers de la mer Adriatique éliminées. Le déroulement des évènements de la guerre des Balkans sur décision du Congrès américain à partir de 1990 l’a confirmé – le «vestige» le plus impressionnant en est le «Camp Bondsteel» au Kosovo, la deuxième et très importante base militaire américaine en Europe. Il n’est pas à exclure que les pouvoirs anglo-saxons aient voulu à tout prix empêcher les travaux sur «Versailles» car cela aurait mis en évidence leurs responsabilités essentielles dans un siècle effroyable.

Deux guerres mondiales: conséquences d’une controverse sur la Russie?

A l’examen objectif des développements s’étendant sur des décennies, s’impose l’impression que tous les problèmes que nous devons affronter en Europe sont à mettre en rapport directement avec les questions fondamentales: Versailles et les traités secondaires déjà mentionnés est de nouveau au centre de l’attention générale. En est témoin la spectaculaire commémoration de l’éclatement de la Première Guerre mondiale en Europe, il y a cent ans, les souvenirs de l’Europe de 1914. Cela n’avait rien de l’histoire des vainqueurs, comme cela s’est manifesté par la suite en Allemagne chez ceux-là mêmes dont le passé nazi était sans équivoque, tel l’historien Fritz Fischer. Ces derniers en avaient rejeté l’entière responsabilité sur leur pays pour tout et n’importe quoi. Jusqu’à présent, les historiens britanniques ont gardé le contrôle sur l’interprétation de notre histoire en Allemagne. Certainement pas pour provoquer une remise en cause critique de la responsabilité anglaise.

Il y a deux ans, il fallut le stratège américain George Friedman, lui-même ancien dirigeant d’un important poste de commandement du complexe militaro-industriel américain, pour attirer l’attention sur l’alignement stratégique de la politique américaine – depuis la fondation de l’empire allemand en 1871 – contre l’Allemagne et la Russie. Puis Christopher Clark [historien australien, auteur de «Les somnambules. Eté 1914: comment l’Europe a marché vers la guerre», ndt.] a bien expliqué dans «Les somnambules» la responsabilité européenne générale dans le déclenchement de la Première Guerre mondiale, attirant cependant la curiosité concernait le rôle de la Grande-Bretagne, par son silence sur la responsabilité centrale britannique dans le développement européen de la guerre. Quels étaient donc les mécanismes ayant amené à développer – bien avant la Première Guerre mondiale – des projets de blocus maritime contre l’Empire allemand?

Les processus historiques ont-ils des répercussions sur l’avenir?

Le signal actuel vient, et comment pourrait-il en être autrement, de l’Est et cela de deux façons. Dans son dernier «Discours sur l’état de la nation» du 12 décembre 2016, le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine, a indiqué les dates historiques des années à venir pour nous en Europe. En 2017, seront commémorés les deux processus révolutionnaires de 1917, celui de février et celui d’octobre, parce que le développement actuel dans la Fédération de Russie trouve une raison essentielle dans ces deux événements. C’est certainement vrai, et ces jours derniers nous avons pris connaissance du complément approprié, lorsque d’éminents représentants ukrainiens de nationalité polonaise ont demandé une autonomie économique pour l’Ouest de l’Ukraine avec la capitale de Lemberg, car ils espèrent de meilleures perspectives de développement économique uniquement au travers d’une alliance avec la Pologne. Ceci remet à nouveau sur la table les Accords secrets Sykes/Picot et la question juive au Proche-Orient ainsi que leurs conséquences sur la Première Guerre mondiale – connus des Européens comme les «14 points du président américain Wilson» jusqu’au Traité de Versailles et aux traités secondaires de Paris avec leurs répercussions sur l’histoire actuelle.

Une idée longuement mûrie: diviser la Russie en vingt Etats séparés

Ce qui est par contre moins connu du public intéressé, c’est d’une part la manière ciblée par laquelle certains cercles britanniques des plus influents ont – longtemps avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale – contourné leur gouvernement et le Parlement pour mettre sous pression l’Etat et la société à succès de l’Allemagne concurrente. D’autre part, il s’agit des plans qu’avait le Colonel [Edward Mandell] House – diplomate et très influent conseiller en politique extérieure du Président américain Woodrow Wilson – lors de sa visite en 1916 chez l’empereur allemand Wilhelm II, jusque là victorieux sur le plan militaire. Il fallait en finir avec la guerre contre les puissances occidentales qu’étaient la France et l’Angleterre, et ce, pour des considérations exclusivement politiques, comme le mentionna le Colonel House lors de son entretien avec l’empereur.

Le plan était d’aller, en lieu et place, écraser la Russie tsariste. Car il était prévu de diviser la Russie en vingt Etats distincts, en rapport avec les possibles résultats de la Première Guerre mondiale. Pas étonnant donc que les personnalités compétentes soient fondamentalement convaincues – indépendamment si nous Allemands sommes prêts à l’accepter ou pas: l’actuelle vue historique occidentale au sujet des deux derniers siècles est «une œuvre d’art globale britannique». Ainsi, on remonte aux guerres de Napoléon et à la proposition britannique faite aux alliés autrichiens et aux royalistes français. Il fallait saisir l’occasion et vaincre l’allié russe par une énorme conjonction de forces armées, comprenant l’Autriche impériale, la France royaliste et l’Angleterre, afin de le détruire sur ses propres terres. Notez bien: cela se passait peu après la vaine et audacieuse entreprise de Napoléon, ayant déjà tenté sa chance à Moscou.

Ce n’est qu’en Allemagne que l’histoire a commencé en 1945

Il se peut bien qu’ici, nous rattachons la République fédérale d’Allemagne dans son existence nationale à l’empire allemand. Ce n’est cependant en aucune façon valable pour une compréhension raisonnablement historique et donc, politique, et les générations futures en paieront un prix élevé. Tous les autres peuples et leurs gouvernements vivent dans l’intégralité de l’histoire de leur peuple et de leur nation, et non dans un fragment limité. Alors, les erreurs sont commises chez soi, même si les facteurs en sont imputables aux autres.

Il devient cependant de plus en plus évident que nos partenaires occidentaux nous ont à l’évidence attribué toujours le même rôle dans l’histoire, quand les choses deviennent sérieuses: soit voir notre position dans la destruction de la Russie ou disparaître. 1914 nous a rattrapé en 2014, et il en sera ainsi avec 1917, 1918 et 1919 à 1922. Peu de temps plus tard, l’attaché militaire américain à Berlin s’est occupé à Munich de la situation financière d’un certain politicien émergent du nom Adolf Hitler. Pour les Allemands, de telles situations étaient assez courantes, puisqu’ils avaient auparavant fait la même chose pour un certain monsieur Lénine. N’oublions pas ceux qui à New York, à peu près en même temps, avaient financièrement mis le pied à l’étrier d’un certain Trotski.

Déploiement de forces contre la Russie

La question se pose, maintenant et à l’avenir: voulons-nous nous laisser saigner à blanc? D’une part, dans la confrontation avec la Russie, mise en œuvre presque en cachette. On en parle un peu, mais ce qui se prépare réellement, brille par l’absence d’images parlantes dans nos émissions d’information. Ces jours-ci, ce ne serait pas bien compliqué à démontrer, il suffit de se rendre au port militaire de l’OTAN à Kiel où environ 2000 véhicules de combat d’une brigade américaine se déplacent vers le front de l’Est, avec le consentement du gouvernement fédéral. Naturellement, sous le prétexte de la défense.

D’autre part, avec la situation selon laquelle les Etats-Unis mènent autour de nous des guerres successives, en protégeant leurs propres frontières et en n’acceptant aucun réfugié de guerre. Les personnes derrières certaines prétendues «organisations non-gouvernementales» et autres torpillent la protection efficace de nos frontières à travers leur réseau organisé. Des flux migratoires sont utilisés pour éliminer notre ordre juridique national, et nos jeunes sont sacrifiés dans les guerres des autres. Où sont les gouvernements qui protègent nos intérêts? Où est la politique allemande prenant en compte les intérêts nationaux et se consacrant aux relations de bon voisinage en Europe? Qu’en est-il de ce qui figure dans notre Loi fondamentale, selon lequel l’Allemagne doit contribuer à la paix dans le monde? •

(Traduction Horizons et débats)

Source

Attachments

Consulter aussi

Macron : la divine surprise

Article disponible dans le numéro 79 de la revue REBELLION, inspiré d’une conférence donnée par …