Accueil ACTU Société Le pape dénonce un manuel français de collège qui promeut la théorie du genre

Le pape dénonce un manuel français de collège qui promeut la théorie du genre

Au retour de son voyage en Géorgie et en Azerbaïdjan, le pape François s’est attaqué, devant la presse, à la «colonisation idéologique» de la «théorie du genre» quand elle devient «une doctrine». Mais il a aussi parlé des «transsexuels» et des «homosexuels».

Au retour d’Azerbaïdjan, le pape François a précisé devant les journalistes qui l’accompagnait ce qu’il avait voulu dire, samedi, en parlant de «guerre mondiale contre le mariage» à propos de la diffusion de la «théorie du genre». Une occasion pour lui de raconter une histoire où il a cité le témoignage d’un père de famille «français» qui a constaté que son enfant de dix ans voulait devenir une «fille»: «Ce que j’ai critiqué [samedi, ndlr] a dit François, est la mal qu’il y a dans le fait d’ériger la théorie du genre en doctrine. Un papa français m’a raconté qu’un soir, en famille (…). Il demande à son fils de 10 ans: ‘que veux-tu faire quand tu seras grand?». «Etre une fille!» lui répond l’enfant. Le papa s’était alors rendu compte que dans les livres du collège, on enseignait la théorie du genre. Ceci est contre les choses naturelles! Pour une personne, une chose est d’avoir cette tendance, cette option, et même de changer de sexe, autre chose est de faire l’enseignement dans les écoles sur cette ligne, pour changer la mentalité. C’est cela que j’appelle la colonisation idéologique.»

François avait commencé sa réponse par ce rappel: «L’image de Dieu n’est pas l’homme, mais l’homme et la femme, ensemble. Ils sont une seule chair quand ils s’unissent. Voilà la vérité! Quand on détruit cela, on salit l’image de Dieu.» Il avait conclu par cette remarque: «Il y a une guerre mondiale contre le mariage et nous devons être attentifs à ne pas laisser ces idées entrer en nous.»

«Jésus ne se retire pas et ne dit pas ‘vas-t-en’ parce que tu es homosexuel»

A propos des transsexuels, le pape a raconté cette expérience: «J’ai reçu l’année dernière une lettre d’un espagnol qui racontait son enfance. C’était une fille mais il se sentait garçon. Quand il a eu une vingtaine d’années il a confié à sa maman qu’il désirerait faire une opération chirurgicale pour changer de sexe. Sa mère lui a demandé de ne pas le faire tant qu’elle serait vivante. Elle est morte ensuite. Sa fille a fait l’intervention (…). L’évêque l’a accompagné. C’était un bon évêque qui ‘perdait’ du temps pour accompagner cet homme. «Il» a changé son identité civile. «Il» s’est marié. Et m’a demandé – «lui» qui était «elle» – de pouvoir venir me voir avec son épouse. Je les ai reçus. Ils étaient contents. Dans le quartier où ils habitaient, vivait un vieux prêtre de plus de 80 ans mais quand le nouveau prêtre voyait ce couple, il leur criait, «vous irez en enfer». Quand ils rencontraient le vieux prêtre, lui leurs disait ‘pourquoi tu ne confesses pas? Viens et tu pourras communier».

Et François de conclure «Vous comprenez? La vie est la vie. Et les choses doivent se prendre comme elles viennent. Le péché est le péché. Les tendances ou les déséquilibres hormonaux créent tant de problèmes et nous devons être attentifs. Il ne s’agit pas de dire, ‘faisons de même’, ‘non, non!’ Mais il faut accompagner chaque cas, discerner et intégrer. C’est ce que ferait Jésus aujourd’hui. Mais, s’il vous plait, n’écrivez pas ‘le pape va sanctifier les trans’! S’il vous plait, non! C’est un problème de morale, c’est un problème humain et il faut le résoudre comme l’on peut, toujours avec la miséricorde de Dieu, avec la vérité et avec toujours le cœur ouvert.»

A propos des homosexuels cette fois, le pape a précisé: «J’ai accompagné dans ma vie de prêtre, d’évêque, mais aussi de pape, des personnes avec des tendances homosexuelles et aussi avec des pratiques homosexuelles. On s’est approché du Seigneur mais certains ne le pouvaient pas. Je ne les ai jamais abandonnés. Les personnes doivent être accompagnées comme Jésus les accompagnait. Quand une personne est dans cette condition et qu’elle arrive devant Jésus, Jésus ne se retire pas et ne dit pas ‘vas-t-en’ parce que tu es homosexuel.»

Il expliqué, pour finir, pourquoi il avait autorisé que le début du procès de béatification du Père Hamel n’attende pas le délai de cinq années requis par le droit canon: «L’intention est de faire les recherches nécessaires et de voir si les raisons de le faire (la béatification, ndlr.) sont réunies. Nous devons chercher les témoignages pour ouvrir le procès. Il ne faut pas les perdre. C’est très important parce que les témoignages sont tout frais, c’est ce que les gens ont vécus. Avec le temps, l’un meurt, l’autre ne se souvient plus».

Le Figaro

Attachments

Consulter aussi

Macron Vs Shoah : Le Coup de gueule de Finkielkraut

Alain Finkielkraut, n’a pas du tout apprécié la visite de Macron au Mémorial de la …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close