L’ère Biden : Les Etats-Unis et leurs Fractures Internes

Il y a des situations qui sont hautement symboliques. La cérémonie d’investiture de Joe Biden en tant que 46ème président des États-Unis a été entourée de mesures de sécurité sans précédent. Pour la première fois dans l’histoire, près de 30.000 agents ont été déployés pour assurer la sécurité. Le symptôme est clair et évident : le pays est divisé en deux moitiés de plus en plus éloignées l’une de l’autre et avec des secteurs internes de plus en plus radicalisés.

Ne disons pas que ce déploiement de sécurité n’était dû qu’à l’attaque du Congrès par les partisans de Trump, la raison est quelque chose de beaucoup plus profond. Les États-Unis sont plongés dans une violence permanente, physique et dialectique, depuis des mois. Rappelez-vous les épisodes de violence des BLM et d’Antifa, qui ont causé plusieurs morts, et rappelez-vous aussi des phrases comme celle d’Hilary Clinton qui a qualifié les électeurs de Trump de “white trash”, ou qui a déclaré que “les États-Unis ont condamné Trump”, méprisant de façon non représentative les 75 millions d’Américains qui ont voté pour lui, soit plus de 47% de la population, ou ce qui est la même chose, la moitié du pays, ou des phrases comme celle du journaliste John Carlin qui dans La Vanguardia a dit : “La défaite de Trump est un soulagement pour l’ensemble du monde de la pensée”, insultant et qualifiant la moitié de la population des États-Unis de “non-penseurs” ou d’”analphabètes”. Tout cela, ainsi que les indices (non pas des certitudes mais des indications) de fraude électorale, plus le meurtre incroyable et injustifiable de la patriote Ashli Babbit par la police, ont créé un climat de tension politique maximale, qui, je le crains, va s’accroître pendant le mandat de M. Biden.

Pour continuer avec le symbolisme, il faut rappeler que la personne choisie pour chanter l’hymne américain lors de la cérémonie d’inauguration était la chanteuse connue sous le nom de Lady Gaga, un exemple de vulgarité, de mauvais goût et de décadence, un autre signe de ce qui nous attend pendant le mandat de Biden.

Les premiers mots de Biden le jour de son investiture ont été “nous devons mettre fin à cette guerre incivile”, ce qui signifie la reconnaissance de cette fracture interne des États-Unis de sa part, chose que nous ne pensons pas qu’il puisse résoudre et encore moins dans un nouveau contexte politique pour ces quatre années où il n’y aura pas de contrepoids politique ou institutionnel ; Pour la première fois depuis 70 ans, le parti démocrate obtient ce qu’on appelle le “trio gagnant” c’est-à-dire la présidence du gouvernement, la majorité au Congrès (Chambre des représentants) et la majorité au Sénat, ce qui va faire que le tandem Biden-Kamala va imposer son programme politique sous forme de montagnes russes, et on a déjà vu ce qu’il pense de la moitié du pays qu’ils vont gouverner, c’est un danger qui va faire augmenter les fractures internes. Une situation institutionnelle qui aura des conséquences négatives.

UN PAYS DIVISÉ

La fracture politique

Les résultats des élections présidentielles aux États-Unis ont donné 51 % des voix au vainqueur, Joe Biden, et 47,2 % à Donald Trump, le candidat “battu” a obtenu plus de 72 millions de voix, soit plus de soutien que presque tous les précédents présidents élus. La différence de voix signale une scission en plein milieu d’un pays, précisément entre un parti démocrate qui n’a jamais été aussi loin à gauche et un parti républicain qui n’a jamais été aussi loin à droite. Loin de la prétention d’Hillary Clinton, les Américains sont loin d’avoir “enterré” le trumpisme,

Fracture interne du Parti démocrate

Le président Biden et la vice-présidente Harris représentent chacun les deux sensibilités internes qui cohabitent au sein du Parti démocrate. Le premier, un homme de l’équipe d’Obama, plus modéré et centriste, une sorte de social-démocrate en termes européens ; Harris représente l’aile gauche du parti qui avait soutenu le sénateur Sanders comme candidat à l’investiture et qui a maintenant été rejointe par le soi-disant SQUAD, les femmes parlementaires de l’aile gauche du parti, dirigé par la députée portoricaine Alexandra Ocasio-Cortez et dont Ilhan Omar, la première députée musulmane aux États-Unis, est membre. Rappelons que Harris, qui serait présidente si Biden meurt pendant ces quatre années, a un père jamaïcain et une mère originaire d’Inde. Kamala se formera dans l’environnement politique auquel sa mère appartenait, celui des groupes noirs radicaux des années 60-70 : les Black Panthers et le Black Power, les organisations politiques violentes des suprémacistes noirs.

Le jour même de l’assaut contre le Capitole, le parti démocrate a engrangé une victoire clé en remportant les deux sénateurs pour l’État de Géorgie, alors que tous les sondages précédents prédisaient que l’un irait à eux et l’autre aux républicains, ces deux candidats démocrates élus représentent également chacune de ces deux factions internes. La tête de liste, l’Afro-Américain Raphael Warnock, représente l’aile gauche, l’ agenda millénien et est ouvertement pro-palestinien, le numéro 2, le médecin judéo-américain Jon Ossoff, est le représentant du secteur centriste. Ajoutons que le puissant lobby juif, y compris pour l’instant George Soros, du parti démocrate soutient ce e centre-gauche dirigé par Biden, et est représenté de façon frappante dans la composition de la nouvelle administration américaine.

Biden va essayer par tous les moyens de combiner ces deux sensibilités internes en forgeant des équilibres, peut-être y réussira-t-il, le centre-gauche a toujours été plus “discipliné” dans ces questions internes, bien que, pour cela, il doive prendre des rendez-vous comme celui récent avec Anita Dunn, qui a été démise de ses fonctions de conseillère en communication de la Maison Blanche par Obama lui-même, lorsque ses déclarations sur le dictateur communiste criminel, Mao Tse toung, que Dunn avait décrit comme “l’un de ses philosophes préférés”, ont été rendues publiques : elle revient maintenant faire partie de la nouvelle administration dirigée par Joe Biden. Et un troisième facteur semi-intérieur auquel Biden devra faire face est celui du BLM et d’Antifa, créés pour servir la cause démocrate mais qui commencent maintenant à qualifier Biden de “modéré” et à réclamer une “vengeance” contre les républicains. Le lendemain de son investiture, des militants de ces groupes ont attaqué le siège du parti démocrate à Seattle, ce qui pourrait être un avertissement.

Fracture au sein du parti républicain

Au sein du Parti républicain, la fracture n’est pas des moindres. Trump a été dès le début un outsider mal reçu par la structure traditionnelle du parti, qui n’a pas soutenu sa nomination interne, et une fois qu’il a été nommé, il n’a pas été soutenu pendant la campagne électorale, l’absence des précédents présidents républicains dans leurs manifestations (Bush père et fils) a été notoire, a également été flagrante à la fin de son mandat, où non seulement de nombreux dirigeants républicains se sont dissociés et se sont opposés à la stratégie de Trump, mais même plusieurs membres républicains du Congrès ont voté pour sa “destitution”. Trump, d’une certaine manière, est un autre reflet d’un courant sociologique qui s’était déjà manifesté avec Sarah Pallin, le Tea Party, et qui fait dériver son idéologie des principes du Mayflower et des “pères fondateurs des Etats-Unis”, auquel on pourrait ajouter Pat Buchanan – notons qu’il est catholique et donc pas WASP mais spécifiquement White Conservative – et David Duke lui-même, qui – rappelons-le – était membre du Congrès pour la Louisiane et candidat au poste de gouverneur de cet État pour le parti républicain, obtenant 40% des voix, soit près de 60% des voix de la population blanche.

Depuis les années 1970, le parti démocrate a abandonné l’électeur du Midwest : blanc, travailleur qualifié, fermier ou petit propriétaire terrien, religieux et amoureux de son pays, de plus en plus radicalisé et prêt à soutenir des options patriotiques puisque beaucoup d’entre eux sont devenus une classe sociale dangereusement précarisée en raison de la crise économique et de la négligence de l’administration centrale, qui subventionne les minorités et oublie les pauvres et les déclassés de la majorité blanche.

Dans ce contexte politique interne, il existe plusieurs options :

  • Que l’appareil de parti traditionnel prenne à nouveau le contrôle du parti, alors la question est la suivante : Trump et ses semblables accepteront-ils d’être relégués au second plan, et une autre question encore plus importante, les électeurs qui ont soutenu Trump, le feront-ils à un parti républicain centriste et modéré ?
  • Si les deux réponses aux questions ci-dessus sont négatives – ce qui est le plus logique – alors Trump fonderait un troisième parti et la question immédiate serait de savoir si les électeurs blancs de plus en plus “radicalisés” du Midwest et du Sud reconnaîtraient Trump comme leur chef ? Parce qu’il y a déjà de nombreuses milices patriotiques qui l’accusent d’être “faible et traître”. Et le Trumpisme lui-même a des contradictions internes, rappelons par exemple que sa fille Ivanka, mariée, veut être l’héritière politique de son père et, si c’est le cas, nous doutons fort qu’elle soit acceptée comme référence par ceux qui ont jusqu’à présent soutenu son père.
  • Nous pourrions alors nous pencher sur le cas d’un tiers, qui pourrait même ne pas être dominé par Trump ou le trumpisme, et qui serait une réalité politiquement intéressante, et à laquelle nous prêterions une attention particulière sur ce blog, si elle devait se produire. Certains analystes soulignent que ce parti chercherait un leader plus dur que Trump, et qu’en raison de la démographie des États-Unis et de la distance croissante entre l’administration centrale et les États du centre et du sud, il n’aspirerait plus à être le moteur d’un renouveau national de “Make America Great Again”, pour défendre progressivement l’idée d’une possible scission dans les États où ils sont majoritaires sur le plan démographique et politique.

La fracture ethno-géographique

Il suffit de regarder la carte des résultats des élections présidentielles pour voir à quel point le pays est divisé en deux. Trump gagne dans tous les États centraux, tandis que Biden gagne dans les États littoraux du Pacifique et de l’Atlantique. Et si nous analysons les résultats de certains États dans ces deux régions, nous constatons que là où Trump gagne, il le fait avec une énorme différence (par exemple, l’Oklahoma et le Wyoming), tandis que là où Biden gagne, il le fait aussi avec un énorme avantage (par exemple, la Californie et New York). Les États dont les résultats ont été remis en question (Nevada, Michigan, Pennsylvanie, Géorgie) se trouvent précisément dans la zone de transition entre les deux zones.

La géopolitique souligne qu’il existe deux réalités en contradiction permanente : une réalité maritime, de mentalité commerciale, de pouvoir thalassocratique et d’idéologie politique libérale-mercantiliste, et une autre réalité intérieure de mentalité traditionnelle, de travail avant le commerce, de mentalité protectionniste, continentaliste et conservatrice. Bien que la géopolitique ne soit pas une science exacte et encore moins lorsqu’elle prétend être déterministe, c’est une science auxiliaire qui aide à analyser la réalité et, dans ce cas, elle le fait effectivement.

Mais la fracture n’est pas seulement géopolitique mais aussi ethno-politique : les côtes sont avant tout des sociétés multiraciales et multiculturelles, où l’élite WASP est principalement d’origine anglaise et néerlandaise, avec une présence importante de blancs irlandais et italiens, et – comme nous le disons – dans un contexte fortement multiracial, alors que les États de l’intérieur sont majoritairement blancs (sauf pour certains dans le sud), et que cette population blanche est principalement d’origine allemande, ensuite nord-irlandaise (les soi-disant ‘’Écossais-Irlandais’’) et enfin (dans le nord), elle est descendante de colons scandinaves.

À la tendance à la séparation de la Californie, qui, si Trump avait gagné, se serait accentuée, et à la séparation naissante du Texas, s’ajoutera cette situation de rupture progressive de l’intérieur blanc. Beaucoup ont déjà fait remarquer que les États-Unis allaient se pencher sur cette situation interne, il y a plusieurs décennies, ce qui ne serait rien d’autre que la vérification que le creuset ne fonctionne pas même dans le pays qui l’a adopté comme moyen de se construire.

Quant aux autres questions qui caractériseront l’ère Biden, elles seront nombreuses et toucheront tous les aspects politiques, médiatiques, sociaux et économiques du pays, mais dans cet article nous voudrions en souligner trois.

  • Imposition de l’idéologie mondialiste sous tous ses aspects : la récente nomination de Rachel Levine, une transsexuelle, au poste de ministre de la santé montre l’implication de l’administration Biden dans ce que l’on a appelé “l’idéologie du genre” et qui n’est rien d’autre que la destruction de toute normalité dans les domaines de la sexualité et de la famille. La récente proposition du parti démocrate à la Chambre des représentants d’interdire l’utilisation de noms spécifiques au genre tels que : père/mère, fils/fille frère/sœur, oncle/tante est un autre signe malheureux de ce qui est à venir.
  • Portes ouvertes à l’immigration : M. Biden a promis un changement de la politique d’immigration, ce qui, nous le savons, signifie faciliter l’entrée de millions de nouveaux immigrants. Ces jours-ci, nous avons vu d’interminables colonnes de Centraméricains se diriger vers les États-Unis. Nous savons tous ce que signifie cette nouvelle immigration et l’impact social et économique qu’elle aura sur les États-Unis, où une fois de plus les grands perdants seront la classe ouvrière blanche, ce qu’Hilary appelle les “white trash”, qui ne reçoivent jamais les avantages et les subventions que les “minorités raciales” reçoivent parce qu’elles sont blanches.
    Pour sa part, Kamala Harris a déjà annoncé un plan visant à légaliser 11 millions d’immigrants illégaux d’ici 2028. D’ici 2028, en effet, le facteur déterminant sera constitué par ces immigrés clandestins régularisés par les démocrates qui, évidemment, voteront tous démocrate, également dans une situation où, dans 8 ans, les chiffres de la démographie euro-américaine auront régressé quantitativement. La conséquence de tout cela est la volonté claire des démocrates de gagner en 2024 – par la diabolisation de l’opposition – et de créer d’ici 2028 une situation démographique et politiquement irréversible pour les blancs, et en général pour toute option patriotique, grâce à l’augmentation numérique des immigrés légalisés et disposant ipso facto du droit de vote. C’est la démographie appliquée à la politique.
  • Economie : Trump a réactivé l’économie américaine et a fait baisser le chômage, ce que même ses plus grands ennemis ne contestent pas. La gestion de Trump était basée sur une politique tarifaire qui empêchait l’entrée des produits chinois à bas prix et les délocalisations d’entreprises, notamment vers le Mexique. Biden mettra fin à ces politiques, étant un ennemi des tarifs qu’il considère comme du “nationalisme”, de sorte que le chômage et la désindustrialisation reviendront aux États-Unis. En outre, nous avons le fait que Biden a annoncé un stimulus fiscal de 1,9 trillion de dollars américains. La bourse a réagi avec un certain scepticisme au plan de Biden, car il pourrait entraîner une inflation rapide du pays. Comme l’a dit le prix Nobel Krugman, l’endettement est toujours possible, mais tant que l’argent est investi dans des projets économiquement rentables, tels que les infrastructures ou les énergies renouvelables, le problème, le soupçon est que Biden dépensera une partie importante de cet argent pour couvrir la dette des Etats sous contrôle démocrate en dettes et subventions aux minorités raciales et aux institutions de propagande du politiquement correct, ce qui plongerait les Etats-Unis dans un grave chaos.
    Comme l’affirme le célèbre économiste Richard Wolff, Biden veut revenir à la “normalité” d’avant la crise, c’est-à-dire revenir à la normalité du capitalisme mondial.

Ce sont les questions clés auxquelles la nouvelle administration américaine est confrontée, et nous prévoyons quelques années difficiles, intenses et, pour reprendre le terme de Spengler, décisives. Dans un prochain article, nous analyserons la réalité internationale et son impact sur la politique mondiale qu’aura l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche.

Traduction Euro-Synergies

0 0 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Israël et la fin de l’empire américain

Quand le Jerusalem Post exécute notre vieil empire américain La presse israélienne est souvent surprenante …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x