Le premier revers stratégique de Poutine

Grand tsar de la Russie du vingt-et-unième siècle, Vladimir Poutine vient de connaître son premier revers stratégique. Il a perdu Erdogan, son ami de cinq ans.

Sur son flanc sud, Poutine avait réussi, depuis août 2016, à bâtir un partenariat anti-occidental avec son homologue en autoritarisme, le sultan néo-ottoman, consacré par la livraison à l’armée turque de missiles sol-air S-400, le nec plus ultra en matière de DCA. La Russie et la Turquie étaient deux démocratures bien décidées à ignorer ensemble les injonctions émises contre elles par l’Occident en matière de droits de l’homme. Elles s’étaient partagé la Libye en deux zones d’influence, la Tripolitaine pour la Turquie, la Cyrénaïque pour la Russie. Avec l’Iran, elles avaient bâti l’axe d’Astana, pour régler à trois la question syrienne. Compréhensif à l’égard du jeu nationaliste antikurde du président de Turquie, Poutine l’avait laissé installer son armée dans les cantons kurdes du nord de la Syrie. Lorsque la Basilique Sainte-Sophie était passée du statut de musée à celui de mosquée par décret d’Erdogan, le maître du Kremlin avait su rester coi, alors qu’il estime en son for intérieur que la Sainte Russie incarne historiquement la troisième Rome.

Mais voilà que Poutine a été brutalement lâché par son ami Erdogan. Le 10 avril 2021, le tout-puissant président turc a en effet reçu chaleureusement, à Istanbul, le pire ennemi actuel de Poutine, le président ukrainien Zelensky et a accepté de lui vendre de nouveaux drones Bayraktar TB-2 (qui ont fait merveille contre les Arméniens du Haut-Karabagh à l’automne 2020 et contre les mercenaires russes de la division Wagner au printemps 2020 en Libye). Les deux pays ont même décidé qu’ils allaient désormais construire des drones ensemble (souvenons-nous que les célèbres avions Antonov de l’époque soviétique étaient construits à Kiev).

A l’occasion de ce sommet turco-ukrainien, le sultan néo-ottoman a dénoncé l’« occupation » de la Crimée par la Russie depuis 2014. Erdogan se souvient qu’avant sa conquête par la Grande Catherine, la péninsule avait été une province de l’empire ottoman pendant plus de deux siècles, sous le nom de khanat de Crimée. Soucieux d’étendre son emprise sur la Mer Noire, il préfèrerait une Crimée gouvernée par la faible Ukraine que par la puissante Russie. Entre camarades en autoritarisme, on ne se fait pas de cadeaux…

Erdogan joue très bien, car il fait d’une pierre deux coups. Il montre au monde son indépendance et la force de son industrie d’armement ; il se réconcilie avec l’Otan et se rapproche des Etats-Unis. Le président turc sait que son économie, déjà très affaiblie, ne pourrait se permettre d’être sanctionnée par le Trésor américain.

Les sanctions américaines, Erdogan les laisse à son ex-ami Poutine. Le 15 avril 2021, Joe Biden a signé un décret interdisant aux institutions financières américaines d’acheter directement en Russie, à partir du 14 juin, des obligations d’Etat russes ou des actions du Fonds souverain russe. Cet executive order de la Maison Blanche a été pris pour punir la Russie de ses attaques cyber récentes, notamment le piratage de SolarWinds (société basée au Texas et cotée à Wall Street, grand éditeur de logiciels de gestion informatique et d’outils de surveillance à distance, dont certains sont utilisés par les grandes agences fédérales américaines). Les banques européennes sont tellement terrorisées par le Trésor américain qu’elles renonceront sans doute d’elles-mêmes à acheter du papier russe. Internationalement, cela laisse la finance russe dans un tête-à-tête inconfortable avec la finance chinoise.

En soutenant militairement l’Ukraine, chouchou des Occidentaux, Erdogan se donne soudainement un rôle de gentil aux yeux de la nouvelle administration américaine. Opportunément, il laisse la Russie poutinienne jouer le rôle du méchant, persécutrice de l’opposant Navalny, et frappée de nouvelles preuves l’incriminant dans l’explosion d’un dépôt de munitions tchèque en 2014 (perpétrée par les mêmes deux agents du GRU qui se rendront quatre ans plus tard à Salisbury pour empoisonner au Novitchok le « traître » Skripal). Les Russes soupçonnaient ce dépôt de livrer des munitions à l’armée ukrainienne.

Comment la Russie se vengera-t-elle de la « trahison » d’Erdogan ? Ne plus lui envoyer de touristes ne suffira pas à laver l’affront. Reprendra-t-elle son soutien aux Kurdes néo-communistes du PKK ? Parallèlement, rejoindra-t-elle l’axe Israël-Grèce-Chypre qui lutte contre l’expansionnisme maritime turc en Méditerranée orientale ? Le 18 avril 2021, Israël et la Grèce, tous les deux objets de la haine du sultan, ont signé un accord de coopération militaire sur 22 ans.

Enraciné dans l’histoire et la géographie, le vieux match stratégique russo-turc a repris. Il n’est pas prêt de se terminer.

Chronique internationale du Figaro mardi 20 avril 2021 par Renaud Girard, membre du Comité d’orientation stratégique.
2 1 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Les États-nation face à Big Tech

L’une des questions les plus débattues ces dernières années est la relation entre les États-nations …

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Et la reconnaissance du génocide arménien par Biden, va-t-elle jeter Erdogan dans les bras des USA?

2
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close