Accueil ACTU Monde Parkland & Trump Bashing : Qui est derrière ? & jusqu’où ? [2]

Parkland & Trump Bashing : Qui est derrière ? & jusqu’où ? [2]

Une nouvelle tuerie de masse (sic, mass shooting en V.O) a vu les media de par le monde se déchaîner contre Donald J. Trump. & lui seul, est-il important de préciser. Ce alors que le FBI a, encore une fois, donné la preuve de son himalayenne incompétence. Retour sur les comportement pour le moins controversés des uns & des autres. 2ème Partie.

| Q. Et le FBI à proprement parler, vous en dites quoi ?

Jacques Borde. Ah, ah, le FBI ! Le Bureau a admis, le 16 février 2018, avoir eu une grave défaillance en ayant ignoré, le 5 janvier 2018, l’appel d’un proche de Cruz qui décrivait ses intentions meurtrières. La police locale était elle aussi alertée sur la dangerosité du personnage Cruz, a reconnu CNN.

Par ailleurs, sa mère adoptive « avait plusieurs fois demandé à la police de venir chez elle pour l’aider à faire face à ses accès de violence, à ses menaces et à son comportement autodestructeur ».

En fait, tous ceux concernés par ce genre de dossier savaient. Mais, curieusement, ont choisi de laisser Cruz, équipé de la tête au pied, dans la nature. Pourquoi ?

| Q. Oui, pourquoi ?

Jacques Borde. Si l’on en croit l’ancien chef de la police de New-York1, Bernard Bailey Bernie Kerik, celui-ci accuse le FBI de ne pas avoir consacré « assez de ressources » au cas Cruz.

Et, selon lui, une seule raison à cela : le Bureau est obnubilé par la Russie.

Or, rappelle Kerik, le FBI, connaissait le tueur, Nikolas Kruz. Mais « [Ils ont] gaspillé leurs ressources à la poursuite de la collusion russe », a-t-il déploré sur Twitter, accusant, en outre, le FBI d’avoir harcelé l’éphémère National Security Adviser, Michael T. Mike Flynn2 contraint de démissionner en décembre 2017 dans le cadre de l’enquête sur la supposée ingérence russe.

Pire encore, selon le site Buzzfeed, le FBI avait été alerté, dès septembre 2017, par un abonné de YouTube, à propos d’un commentaire laissé par un utilisateur portant le nom Nikolas Cruz : « Ça sera mon métier d’aller tirer dans les écoles ».

Difficile d’être plus clair…

| Q. Kerik accable le FBI tout de même ?

Jacques Borde. Pas du tout. Il souligne simplement son manque chronique de sérieux et de professionnalisme. C’est tout.

Sur Twitter, Bernard Kerik a également rappelé que, selon lui, le FBI connaissait aussi les auteurs d’autres tragédies relevant du terrorisme. À commencer par ceux du double attentat du Marathon de Boston en 2013. Là encore laissés libre avant de passer à l’acte.

Une tragédie pas du tout liée au 2nd Amendment, est-il utile de le rappeler…

| Q. Qui est Kerik au juste ?

Jacques Borde. A contrario de Robert Swan Mueller III (qui n’est qu’un juriste), qui colle aux basques de Trump et des siens, Kerik est un ancien flic et un vrai pro des questions de sécurité et de terrorisme.

Kerik a été décoré à 30 reprises pour services rendus. Notamment la New York City Police Department Medal. Plus 1 Honorable Mention, 5 Commendations, 10 Meritorious Police Duty et 13 Excellent Police Duty medals.

Le grand public l’associe aux années où Rudolph Giuliani était le maire de New York, dans la deuxième moitié des années 1990. Il a également été nommé Interior minister de l’Iraqi Coalition Provisional Authority3 et Senior policy adviser du US Presidential envoy to Iraq, le controversé L. Paul Bremer III, par le président George W. Bush en 2003. Un an plus tard, il était nommé à la tête du US Department of Homeland Security (DHS)4 créé en réponse aux attentats du 11 Septembre. Poste auquel Kerik devra renoncer pour des malversations variées. Personne n’est parfait…

Il est, par ailleurs, mensonger d’affirmer que président américain, Donald J. Trump, est totalement fermé sur la question des armes.

| Q. Dans quel sens  ?

Jacques Borde. Trump n’est absolument pas opposé, notamment, à ce qu’on améliore la vérification des antécédents des acheteurs d’armes. La Maison-Blanche a, effet, fait savoir que le président américain, s’était entretenu avec le Républicain John Cornyn III pour évoquer le projet de loi que ce dernier a déposé avec son collègue démocrate Christopher Scott Chris Murphy, dans le but d’améliorer les procédures fédérales de vérification des antécédents judiciaires portant sur les demandes de détention d’armes.

Baptisé Fix NICS Act, le projet défendu par Cornyn et Murphy a été présenté en novembre dernier, peu après la tuerie qui a fait 26 morts dans une église baptiste à Sutherland Springs, au Texas.

Il sanctionnera les États et agences fédérales qui omettent de reporter les antécédents judiciaires d’un individu dans le National Instant Criminal Background Check System, qui est la base de données nationale fédérale en la matière.

Pas une mauvaise idée, au fond. Cela obligera, enfin, les boulets du FBI à se bouger et à faire leur travail.

Autre bonne idée, celle de permettre, enfin,  aux enseignants de pouvoir eux-mêmes engager l’arme au poing d’apprentis serial killers s’aventurant dans les Gun free zones que sont les périmètres scolaires. Quant au Bureau : Que d’incompétence. Mais pas une franche nouveauté !

| Q. Là encore : que voulez-vous dire ?

Jacques Borde. Que ça n’est pas la première fois que les fonctionnaires que sont (et rien de plus) les agents du FBI se font épingler pour leur peu de professionnalisme.

Oubliez Eliott Ness, qui d’ailleurs était un fonctionnaire du Trésor détaché et pas un G-man à proprement parler. Le FBI est une lourde entité somme toute assez peu efficace. Plus une usine à gaz, comme tant d’autres machines de cette taille.

Ensuite, si l’on se penche sur ces nombreux plantages, il y aurait de quoi écrire un encyclopédie. Listons-en quelques-uns :

Affaire de Waco5. Le FBI, pourtant initialement assez bien avancé dans ses négociations avec David Koresh6, le gourou des Davidiens7, se laissera vite dépasser par les événements et la volonté d’en découdre de ses petits camarades du Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms & Explosives (ATF)8. Avec, comme résultat, le bain de sang que l’on connaît. À savoir : l’action la plus meurtrière d’un gouvernement américain, (celui, en l’espèce, du Démocrate William J. Clinton) contre ses propres citoyens depuis la Guerre de Sécession. Les controverses soulevées par la gestion de l’affaire persistent à ce jour.

Première Affaire du World Trade Center. Le FBI aurait pu éviter le déroulement des faits. L’enquête a, ensuite, été menée en dépit du bon sens et, de ce fait, une partie des suspects n’ont pu être poursuivis.

Suite à ces affaires, la levée de bouclier d’associations de praticiens de Forensique9 ont dénoncé les méthodes inhérentes au FBI. Avec des accusations allant jusqu’à la forgerie, la fabrication de preuves et des brutalités contraire au droit lors d’interrogatoire.

Répondant mollement à ces accusations, un responsable local, si ma mémoire ne me trahit pas trop, avait simplement rétorqué que c’était là des méthodes courantes (sic) pour le Bureau.

Pour être complet, l’ATF a, à de nombreuses reprises, été dénoncé pour son trop systématique recours à la force par le lobby des armes, la National Rifle Association (NRA). Ce dont ne parlent jamais les media, dominés qu’ils sont par les Démocrates.

À propos de Waco, Stuart A. Wright, auteur de Armageddon in Waco: Critical Perspectives on the Branch Davidian Conflict, dira que « Les événements au Mont Carmel étaient aussi prévisibles qu’ils auraient pu être évités. Mais d’autres Waco pourraient se reproduire si nous échouons à comprendre les forces à l’œuvre dans la violente confrontation entre la secte et l’État ».

Apparemment, le FBI n’a guère appris de ses erreurs.

Alors, ne serait-il pas plus que temps de tendre l’oreille aux récriminations, par ailleurs plutôt modérées, du président américain, Donald J. Trump ?

Notes

1 New York City Police Commissioner de 2000 à 2001.
2 Ancien directeur, de 2012 à 2014, de la Defense Intelligence Agency (DIA, Agence du Renseignement militaire), répond aux besoins du président des États-Unis, du US Secretary of Defense, du Joint Chiefs of Staff (JCS, Comité des chefs d’état-major interarmées). Michael T. Flynn est l’auteur avec Michael Ledeen de The Field of Fight: How We Can Win the Global War Against Radical Islam & Its Allies. St. Martin’s Press. ISBN 1250106222.
3 De facto, ministre de l’Intérieur de l’Irak.
4 Créé officiellement le 27 novembre 2002 par le Homeland Security Act (Loi sur la sécurité intérieure) à l’initiative du président George W. Bush, en réponse aux attentats du 11 septembre 2001. Son objectif est d’organiser et d’assurer la sécurité intérieure du pays. Il regroupe 22 agences fédérales liées à la sécurité du pays, notamment la US Coast Guard, le Secret Service, la Federal Emergency Management Agency (FEMA, Agence fédérale des situations d’urgence), la Transportation Security Administration (TSA, Administration de sécurité du transport, le US Customs & Border Protection (CBP, à la fois les douanes & les gardes-frontières)…
5 Affaire (dite) de « suicide collectif », bien que la cause des décès reste controversée. David Koresh, en particulier, a été retrouvé avec une ou deux balles dans la tête selon les sources.
6 De son vrai nom Vernon Wayne Howell (17 août 1959– 9 avril 1993), leader et gourou du groupe religieux dit des Davidiens, dont 82 membres périrent, avec lui, lors du siège de leur résidence par l’ATF et le FBI, dans la ville de Elk, près de Waco (Texas), le 19 avril 1993.
7 Ou Branch Davidians, issus de l’Église adventiste du septième jour.
8 Ou Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu & explosifs, service fédéral chargé de la mise en application de la loi sur les armes, les explosifs, le tabac et l’alcool et de la lutte contre leur trafic. L’ATF dispose pour cela de plusieurs SWAT Teams portant le nom de Special Response Teams (SRT).
9 À la fois police scientifique et médecine légale.

Consulter aussi

Boulette ou coup de maître ? Trump met le JCPoA en mort clinique… [1]

N’en déplaise à ses détracteurs, Donald Teflon Trump, prenant tout son petit monde de vitesse …

Laisser un commentaire

Specify Facebook App ID and Secret in Super Socializer > Social Login section in admin panel for Facebook Login to work