La guerre du lithium remplacera le pétrole ?

Electromobilité : un changement radical de vie s’opère dans la relation entre l’homme et la voiture. Le lithium sera-t-il le “carburant” du futur et remplacera-t-il le pétrole ?
En attendant, la course géopolitique pour les précieux éléments naturels a déjà commencé…

Nombreux sont ceux qui pensent que les voitures électriques garantiront une mobilité durable dans un avenir proche. Même si les choses ne se passent pas exactement comme ça, il est désormais clair que les politiciens et les grands constructeurs automobiles ont choisi de se concentrer sur les voitures électriques. Voyons pourquoi.

La voiture électrique et le carburant durable

Le numéro 23 de la revue Polaris (1) a analysé cette question en mettant en évidence le “projet d’un changement radical de vie dans la relation entre l’homme et la voiture”. Un projet radical imposé par l’augmentation des utilisateurs, par la limitation des sources de pétrole”.
Le changement ne sera pas si simple. Actuellement, les problèmes sont nombreux, mais nous nous limiterons à en citer au moins deux. Le premier concerne les méthodes de recharge des batteries électriques : “Il est nécessaire de construire une infrastructure de colonnes de recharge qui réduise les temps de charge en les rendant similaires à ceux du plein d’essence”. Le deuxième point est lié au lithium. Cet élément est essentiel à la production des batteries électriques qui alimenteront la mobilité du futur. Tous les véhicules écologiquement durables (scooters, vélos et voitures électriques) dépendront du précieux métal alcalin.

Comment les constructeurs automobiles évoluent

Les constructeurs automobiles s’activent pour se mettre au diapason. Par exemple, dès 2018, Matthias Müller (PDG de Volkswagen) a expliqué aux actionnaires que : “Un nouveau jeu a commencé, avec de nouvelles tendances, de nouvelles technologies, de nouvelles alliances.” M. Müller faisait référence à un “processus de transition énergétique” qui modifiera la géographie des matières premières. Toujours en Allemagne, Bmw (2) est passé de la parole aux actes. La société munichoise a signé (le 31 mars dernier) un accord de plus de 300 millions de dollars avec la société américaine Livent, engagée dans l’extraction de lithium dans le système lacustre andin de la province argentine de Catamarca. “Le lithium – explique Andreas Wendt, membre du conseil d’administration de Bmw – est l’une des matières premières essentielles de l’électromobilité. En obtenant cet élément auprès d’un second fournisseur, nous répondons aux exigences de la production de notre cinquième génération actuelle de cellules de batterie”.
Malgré les mesures prises par Volkswagen et Bmw, l’Europe (pour l’instant) est faible dans ce secteur par rapport à d’autres concurrents. Par exemple Tesla : l’entreprise américaine, dirigée par l’excentrique Elon Musk, est spécialisée dans la production de voitures électriques, de panneaux photovoltaïques et de systèmes de stockage d’énergie.
L’Extrême-Orient se déplace donc comme un train. Le japonais Toyota, par exemple, entend “se transformer d’une entreprise de fabrication de voitures en une entreprise de mobilité, car il devra fournir toutes sortes de services de transport, de la production de voitures à la connectivité, au partage de voitures et à la production de batteries”. Et puis il y a la Chine, qui ne craint pas la concurrence dans ce secteur (comme dans d’autres).

La Chine et la “bataille des batteries”

En parlant de Pékin, il est utile de rappeler que la State Grid Corporation of China est le deuxième groupe mondial par son chiffre d’affaires (350 milliards de dollars). Aujourd’hui, elle est en mesure de construire la quasi-totalité des composants pour les réseaux UHV – pour la transmission d’énergie à très haute tension – en courant alternatif et continu, ainsi que tous les composants (transformateurs, interrupteurs, etc.) du marché mondial. Son réseau s’est déjà implanté en Europe et prévoit de construire 21 centrales électriques dans le corridor sino-pakistanais. En Afrique, elle prévoit d’agir sans contestation.
La Chine, d’ailleurs, (comme on peut le lire sur Start Mag) est “entrée dans la bataille des batteries de voitures avec l’ambition de dominer le monde” (3). La véritable pomme de discorde est le contrôle et la fourniture du lithium (ainsi que d’autres éléments rares).

La géopolitique du lithium et des terres rares

L’article ci-dessus de Start Mag mentionne également comment, “Selon l’U.S. Geological Survey, la Chine domine ce marché des matériaux et métaux rares, les principaux composants pour la fabrication de batteries rechargeables, un marché lucratif. Elle contrôle la quasi-totalité de ce marché. Sur les 170 000 tonnes produites l’année dernière, 71% (120 000 tonnes) l’ont été par ces derniers. Les autres producteurs : l’Australie (20.000 tonnes) et les Etats-Unis (15.000 tonnes) sont loin derrière”.
Les États-Unis pour contrer ce ” monopole “, sous la présidence Trump, avaient délégué la question au Pentagone, via le Defense Production Act. Le plan de la Maison Blanche était simple : aider les pays alliés (Australie et Brésil) à maximiser leur capacité d’extraction afin de dépendre le moins possible de Pékin. Nous allons maintenant voir ce qui va se passer avec
Une inconnue demeure : que fait (et fera) l’UE ? Pour l’instant, hormis les initiatives de quelques grandes entreprises allemandes, il n’y a que des projets pour un avenir pas trop lointain. Le 12 mars dernier, en effet, des membres de la Commission européenne faisant autorité (4) l’ont promis : “D’ici 2025, les entreprises européennes auront la capacité de fournir toutes les batteries lithium-ion nécessaires aux constructeurs automobiles du continent, assurant ainsi l’autosuffisance dans un secteur clé pour l’avenir de la mobilité et au-delà.” Elle devrait créer dans les prochaines années “l’Airbus des batteries impliquant des dizaines d’entreprises dont des constructeurs automobiles et des groupes énergétiques”.
Maros Sefcovic (vice-président de la Commission européenne) a également annoncé qu’il “travaillera avec la Banque européenne d’investissement pour mobiliser des fonds privés supplémentaires et obtenir 50 milliards d’euros de plus pour atteindre les objectifs ambitieux de 2025”. “En avril”, a déclaré M. Sefcovic, “la Commission et les entreprises privées signeront un accord pour financer la recherche de pointe à hauteur d’environ 900 millions d’euros.
La route empruntée pourrait être la bonne. Au-delà de ce que l’on peut penser des voitures électriques, c’est un match que l’on ne peut pas se contenter de regarder depuis les tribunes.

  1. Mettez le Greta dans le moteur – Les écotaxes ne réduiront pas la pollution mais elles financeront les restructurations Magazine Polaris Numéro 23 automne hiver 2019 (LIEN)
  2. Voitures : Argentine, Bmw passe un accord avec Livent pour des batteries au lithium Ansa Motori 31 mars 2021 (LIEN)
  3. La guerre entre la Chine, les États-Unis et l’UE pour les batteries des voitures électriques Démarrer Mag par Giuseppe Gagliano 04 avril 2021 (LIEN)
  4. D’ici 2025, l’Europe sera autosuffisante dans la production de batteries pour les voitures électriques Agi 12 mars 2021 (LIEN)

Traduit de l’italien – L’Original : LIEN

Centre d’Études Polaris, Italie

0 0 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Israël et la fin de l’empire américain

Quand le Jerusalem Post exécute notre vieil empire américain La presse israélienne est souvent surprenante …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x