La Brexit ou le racisme anti-blanc

Où on vire les blancs. Et ce n’est pas l’Afrique du Sud

Là où on vire les blancs parce qu’ils sont blancs

Au Royaume-Uni, la lutte contre ce que la gauche multiculturaliste appelle le « racisme systémique » et pour la promotion de la « diversité » vient de dévoiler son vrai visage.

On l’a vu il y a une semaine lorsque l’English Touring Opera a décidé de se séparer de 14 musiciens travaillant pour lui depuis des années, quelquefois depuis 20 ans, sous le simple prétexte qu’ils avaient le malheur d’être blancs.

Dans une lettre qu’il leur a fait parvenir, l’orchestre est explicite : pour faire de la place aux « racisés », les Blancs doivent dégager.

Racisme

On les congédie donc à cause de la couleur de leur peau. Dans un monde qui n’aurait pas perdu la tête, on parlerait de licenciements explicitement racistes.

Mais notre monde a perdu la tête. On justifie donc ces licenciements au nom de l’antiracisme.

Car c’est au nom de l’antiracisme qu’on enferme aujourd’hui les gens dans leur couleur de peau et qu’on décide s’ils ont ou non droit à un emploi.

Ne soyons pas surpris

Car ces licenciements sur une base raciale vont dans la logique de l’idéologie multiculturaliste.

Ne l’oublions pas, depuis plusieurs années, dans plusieurs organismes publics, et même privés, on explique, au nom de la discrimination positive, que les Blancs doivent être défavorisés dans l’embauche, parce qu’ils y seraient déjà trop présents.

[…]

LIRE LA SUITE

0 0 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Le Canada dans la tempête climatique

Transition climatique : le secteur financier canadien exposé à d’éventuels chocs LIRE 0 0 voter …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x