Le nucléaire et l’Europe: un partenariat indispensable

par Salvatore Recupero (traduit par Robert Steuckers)

Ex: https://www.centrostudipolaris.eu/2021/10/26/nucleare-ed-europa-un-connubio-indispensabile/

    Alors que la fusion nucléaire ouvre de nouvelles frontières, les folies des Verts risquent de condamner nos entreprises à mort.

    Ce n’est qu’avec l’atome que l’Europe pourra atteindre une véritable autonomie énergétique.

“[…] nous passerons de l’ère des sources d’énergie limitées à celle des sources d’énergie renouvelables. Il y aura un moment, plus ou moins long, entre les deux époques, où l’ancien aura disparu et où le nouveau devra encore naître. À ce moment-là, les centrales à fission nucléaire devront combler le déficit énergétique. C’est en 1982 que Giuseppe Spezzaferro (1) prophétise déjà la situation actuelle. L’article était intitulé “Le nucléaire oui, mais la fusion”. Aujourd’hui, nous sommes en pleine transition et les thèses de Spezzaferro sont plus pertinentes que jamais. 

La France est le leader nucléaire

Commençons par dire que l’Europe est divisée sur l’énergie nucléaire. Le 11 octobre, dix États membres de l’UE ont publié un document en faveur de l’énergie nucléaire, soulignant le rôle qu’elle joue, selon eux, dans la lutte contre le réchauffement climatique. Le texte, signé par la France, la Roumanie, la République tchèque, la Finlande, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la Hongrie, souligne également que l’énergie nucléaire, en contribuant à l’indépendance énergétique, protégerait “les consommateurs européens de la volatilité des prix”. En revanche, des pays comme l’Allemagne et l’Espagne sont plus enclins à soutenir d’autres sources, à commencer par le gaz. L’Italie penche pour la seconde solution, même si de nombreuses personnes, à commencer par le ministre de la transition écologique, ne sont pas opposées à l’énergie nucléaire. Les appels ne manquent pas, mais seront-ils suffisants pour reconstruire même la dernière génération de centrales électriques ? Le vote négatif est évident. 

Centrales électriques françaises

En France, cependant, les choses sont différentes. Nos cousins français possèdent plus de 50 réacteurs. Les trois quarts de leurs besoins énergétiques sont couverts par l’énergie nucléaire. Selon Bruno Le Maire, ministre français de l’économie, cela “contribue de manière décisive à l’indépendance de nos sources de production d’énergie et d’électricité”. Il n’est donc pas étonnant que les factures soient moins élevées en France. 

L’Elysée promet également un investissement maximal d’un milliard d’euros dans l’énergie nucléaire d’ici la fin de la décennie. “L’objectif numéro un est d’avoir des petits réacteurs nucléaires innovants en France d’ici 2030, ainsi qu’une meilleure gestion des déchets”, a déclaré M. Macron en annonçant le plan d’investissement “France 2030”. Paris est en train de donner le feu vert à la construction de six petits réacteurs modulaires (SMR), qui permettront de produire de l’énergie de manière flexible et rentable (tout en étant plus sûrs qu’une centrale électrique classique) et pourront être combinés à d’autres méthodes de production, notamment les énergies renouvelables. Il est loin le temps où Macron promettait de réduire les centrales nucléaires à la suite de la catastrophe de Fukushima en 2011. Aujourd’hui, les avantages de l’atome sont de plus en plus évidents.

L’Elysée convaincra-t-il la Commission ?

Le match le plus important, cependant, se jouera à Bruxelles. Il faut beaucoup d’argent pour la dernière génération d’énergie nucléaire. La Commission doit encore décider si l’énergie nucléaire mérite ou non un soutien financier, et une décision est attendue d’ici décembre. Jusqu’à présent, Bruxelles a exclu l’énergie nucléaire de l’allocation des fonds levés par le placement d’obligations vertes. Le vent semble changer. Ursula von der Leyen, en marge du Conseil de l’UE, a expliqué que l’Europe a besoin à la fois des énergies renouvelables et d’une source stable comme le nucléaire et le gaz. Le problème est que le gaz doit être importé, alors que l’énergie nucléaire ouvre de nouvelles perspectives d’autonomie énergétique. La ligne française semble s’imposer et dans ce cas, c’est une bonne chose pour l’ensemble de l’Europe. 

Propagande verte

La transition énergétique n’est en fait qu’une question politique. La protection de l’environnement n’a pas grand-chose à voir avec cela (2). Réfléchissons-y un instant. En 2019 (les données sont de Davide Tabarelli président de Nomisma Energia) (3), la production d’énergie nucléaire dans l’UE était de 822 milliards de kilowattheures, soit sept fois celle du photovoltaïque et deux fois celle de l’éolien. Il s’agit d’une production sans CO2, qui, si elle avait été produite avec du gaz, aurait entraîné des émissions plus importantes de 250 millions de tonnes, soit 7% de plus que les 3,3 milliards de tonnes émises. Et le CO2 ? En clair, l’atome pollue moins, données en main. Ensuite, il y a le problème des déchets, mais nous y reviendrons plus tard.

L’énergie nucléaire peut donc nous donner l’autonomie dont nous avons besoin. Les externalités négatives (qui peuvent être réduites par la recherche en se concentrant sur les centrales à fusion) sont compensées par les économies et une plus grande efficacité. 

L’énergie du futur 

Pour en revenir à l’article de Giuseppe Spezzaferro, il appelle à la construction de centrales à fusion nucléaire. Les centrales à fusion nucléaire, explique le journaliste de Salerne, ne produiront pas de déchets radioactifs et le problème de l’élimination des déchets dangereux sera donc résolu. Il sera même possible d’utiliser l’eau de mer pour la fusion nucléaire. Ce que Spezzaferro espérait est maintenant possible. CFS (Commonwealth Fusion Systems), une société dans laquelle ENI détient une participation majoritaire, a réalisé avec succès aux États-Unis le premier test mondial d’un aimant doté de la technologie HTS (High Temperature Superconductors), qui doit contenir et gérer la fusion magnétique (4). C’est la “fusion par confinement magnétique”. Il reproduit les principes par lesquels le Soleil génère son énergie. Le résultat est phénoménal: nous pouvons disposer d’une source d’énergie sûre, durable et inépuisable, en quantités énormes et avec des émissions pratiquement nulles. 

Comment la fusion magnétique fonctionnera-t-elle?

Pour l’instant, pour ceux qui ne sont pas familiers avec le sujet, il est difficile de comprendre. Mais le professeur Enzo Maria Dantini, un géant sur lequel il faudrait ouvrir un vaste chapitre, a parlé de ce mécanisme dans les années 1960. Revenons à l’ENI: selon les chercheurs de l’Agence nationale des hydrocarbures, “la fusion magnétique est un processus opposé à la fission nucléaire, la forme d’énergie atomique actuellement utilisée dans des centaines de centrales électriques dans le monde. Dans la fission, les atomes du combustible (uranium et plutonium) sont brisés, ce qui génère de la chaleur qui chauffe l’eau et actionne des turbines à vapeur qui produisent de l’énergie par le biais d’alternateurs. Inconvénients: déchets radioactifs et risques d’accidents. Dans la fusion, en revanche, les isotopes d’hydrogène tels que le tritium et le deutérium sont chauffés à 100 millions de degrés et atteignent un état de plasma dans lequel ils peuvent fusionner en un noyau d’hélium, libérant une énorme quantité d’énergie, plus que dans la fission”. Les problèmes critiques ne manquent pas non plus dans ce processus. Mais l’énergie produite par le processus de fusion est sûre, pratiquement infinie et ne produit aucune émission de CO2. Un gramme de combustible de fusion contient l’équivalent énergétique de plus de 60 barils de pétrole, sans émettre de gaz à effet de serre. 

Bien sûr, il faudra attendre encore cinq ans avant que la première centrale expérimentale soit créée. Mais c’est là que l’investissement public devrait se concentrer. Donc, pour le bien de l’Europe, laissons de côté les panneaux solaires et les éoliennes.

Notes:

    1. Le nucléaire oui, mais la fusion. Par Giuseppe Spezzaferro, L’Italia del popolo, 12 mai 1982; https://internettuale.net/300/nucleare-si-ma-a-fusione

    2. “Green Deal européen : opportunités et paradoxes de la durabilité”. Par Salvatore Recupero Site web de Polaris 21 juillet 2021; https://www.centrostudipolaris.eu/2021/07/21/green-deal-europeo-opportunita-e-paradossi-della-sostenibilita/

    3. Sans énergie nucléaire, les comptes de l’hydrogène ne tiennent pas la route. Tabarelli explique pourquoi. Par Davide Tabarelli, Formiche.net, 07 septembre 2021; https://formiche.net/2021/09/nucleare-idrogeno-emissioni-transizione/

    4. ENI et le CFS : une étape clé dans la recherche sur la fusion par confinement magnétique franchie, Eni.com,  08 septembre 2021; https://www.eni.com/it-IT/media/comunicati-stampa/2021/09/cs-eni-cfs-raggiunto-fusione-confinamento-magnetico.html

 

0 0 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Le Belge Daniel Cologne

Militant actif au mitan des années 1970 en Suisse au nom du Cercle Culture et …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x