Accueil DÉBATS Invités Terrorisme : Cambadélis et Valls répondent aux critiques de Sarkozy

Terrorisme : Cambadélis et Valls répondent aux critiques de Sarkozy

Après l’interview du président des Républicains, qui fustige la «faiblesse» du gouvernement face à la menace terroriste, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis montent au créneau.

La réplique ne s’est pas fait attendre. Ce jeudi, le premier ministre, en visite à la gendarmerie de Montluçon (Allier) pour rencontrer de futurs réservistes, a trouvé le moyen d’adresser quelques éléments de réponse implicites aux attaques de Nicolas Sarkozy. Dans une interview publiée ce jeudi par le magazine Valeurs Actuelles, le président des Républicains évoque en effet, les différentes attaques terroristes subies par la France et avance des raisons à cela: «Les barbares nous attaquent (…) parce qu’ils croient que nous sommes faibles», affirme-t-il, critiquant ainsi le laxisme du gouvernement.

Des propos qui interpellent Manuel Valls. «Nous sommes attaqués d’abord parce que nous sommes la France, parce que nous sommes le pays des droits de l’Homme et du citoyen, parce que nos valeurs rayonnent depuis des décennies dans le monde», a-t-il déclaré. «Ce sont ces valeurs d’égalité, de liberté, de fraternité qui sont aujourd’hui attaquées par les terroristes. Parce que nous sommes aussi le pays qui revendique la laïcité», a-t-il poursuivi. «Notre pays rassemblé est fort!», a-t-il insisté en réponse aux accusations de faiblesse de l’ancien président.

Cambadélis hausse le ton

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a souhaité lui aussi répondre au président des Républicains. Dans une interview donnée ce même jeudi sur le site de Libération, il regrette que la droite «joue avec les valeurs de la République pour des raisons strictement électoralistes». Il juge les propos de Nicolas Sarkozy «pas à la hauteur» et estime que ce dernier se trouve dans «une volonté effrénée de rabaisser la France».

«Nicolas Sarkozy a défini sa tactique pour la présidentielle, il ira le plus loin possible dans le tutoiement du Front National» pour battre Alain Juppé», déclare-t-il en référence à la primaire de la droite de novembre prochain. Poursuivant, toujours plus offensif: «Nicolas Sarkozy légitime les pensées (…) souvent xénophobes du FN et créé les conditions d’un bloc réactionnaire dont il serait pionnier si, par malheur pour la France, il l’emportait».

Des propos que Guillaume Larrivé, le porte-parole des Républicains, juge «amusants de la part d’un ex-trotskiste devenu apparatchik cynique du Parti socialiste». Dans un communiqué de presse paru ce même jeudi, il se lance dans une longue diatribe en réponse au patron du PS. «Ce qui fait reculer la République française, c’est l’incapacité socialiste à protéger la France et les Français (…), ce sont les petits arrangements honteux de la gauche pseudo-morale avec des groupes de pression communautaristes (…), c’est l’islamo-gauchisme si justement dénoncé par Elisabeth Badinter», s’insurge le député de l’Yonne. Avant de conclure: «Nous les Républicains, (…) nous n’allons pas nous excuser de vouloir défendre la France et chacun des Français».

 

Le Figaro

Consulter aussi

Les Insoumis tacticiens voteront Le Pen

Disons tout de suite que dans l’état actuel des choses, il est absolument impossible que …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close