Accueil ACTU Monde Trump (enfin) candidat officiel & (possible) faiseur de paix ?

Trump (enfin) candidat officiel & (possible) faiseur de paix ?

Les États-Unis auront eu Barack H. Drone Obama, ils pourraient voir lui succéder la faiseuse de guerre Hillary R. Clinton. À moins que l’iconoclaste Donald J. Trump ne l’emporte. Un homme, semble-t-il, plus ouvert & attiré par paix que par les lauriers de chef de guerre. Plutôt une bonne nouvelle, non ?

La Convention démocrate aura été d’une pauvreté intellectuelle rarement atteinte. À quoi avons-nous eu droit :

  1. au battage d’estrade convenu de Barack H. Obama ;
  2. au ralliement, contraint et forcé de Bernie Sanders, mais qui – depuis ou juste avant  – aurait quitté le Parti Démocrate.
  3. aux allégations et aux insultes de celles que beaucoup de ses concitoyens n’appellent plus que HiLIARy (Hillary-la-menteuse) ou, pire KILLiary (Hillary-la-tueuse).

Sur le fond, la géostratégie (la seule chose qui vaille) n’a quasiment pas varié depuis Clinton-en-pantalons : les deux administrations Obama n’étant que le passage de relais (contraint) à des seconds couteaux clintoniens, en attendant l’arrivée aux affaires (dans tous les sens du mot) de la Clinto-en-jupons et d’autres clintoniens. Le grand gourou dans l’ombre devant être William J. Clinton.

Il est donc clair que la géopolitique étasunienne, Hillary regnante, sera un succédané de la géopolitique d’Obama, elle-même dans les pas de celle de William J. Clinton. Toutes marquées par des échecs majeurs :

  • Accords d’Oslo ;
  • Scandale Whitewater ;
  • Scandale Travelgate ;
  • Scandale Filegate ;
  • Scandale sur le financement de sa campagne présidentielle
  • Scandale Bimbogat) ;
  • Affaire Gennifer Flowers ;
  • AffairePaula Jones ;
  • Affaire Kathleen Willey ;
  • Affaire Monica Lewinsky ;
  • Attentats contre les ambassades US au Kenya et en Tanzanie (1998) ;
  • Opération Renard du désert (Irak 1998).

Pour faire court le seul vrai-faux succès international à porter au crédit d’Obama est l’accord sur le nucléaires iranien. Mais il es tellement mal ficelé (comme les Accords d’Oslo, en fait) qu’il sera revu de fonds en combles que ce soit par Mme. Clinton ou Donald J. Trump.

Sinon, la Guerre des drones d’Obama a été d’une relative efficacité. Mais ses effets positifs ont été balayés par l’action au Levant du couple Barack H. Obama/John F. Kerry, refusant une vraie entrée en guerre contre DA’ECH (et ne parlons pas des nazislamistes takfirî repeints au ripolin médiatique de la modération) aux côtés de Damas et de Moscou.

Question subsidiaire & légitime à la fois : que pourrait donner Donald J. Trump à l’international ?

En raison de l’autisme géopolitique de nos spécialistes (sic), une nouvelle de première importance est quasiment passée inaperçue en cette année de Primaires US. Car, bien évidemment, elle n’a pas suscité de la part des chroniqueurs spécialisés (re-sic) tout l’intérêt qu’elle méritait.

D’abord, notons qu’aux lendemains de sa victoire écrasante[1] – et je pèse mes mots –  à la Convention de Clevelant, Donald J. Trump représentera bien les Républicains dans la course à la Maison-Blanche. Après deux jours de palabres et de flonflons, le Parti républicain en a fait, mardi 19 juillet 2016, son seul et unique candidat .

Je dis victoire écrasante, parce qu’en termes de voix de délégués, Trump a cartonné. Il lui fallait 1.237 délégués, il en a eu 1.725, déjouant ainsi l’onanisme médiatique qui a entouré cette convention historique. Le fait qu’une litanie d’aigris et de grognons aient tenté (et largement réussi) d’accaparer l’attention de media à 97% pro-Démocrate dans la grande République qui a tant passionné Tocqueville n’y aura rien changé. Ni le fait que le camp des fauteurs de guerre bushlériens ne le suive pas. Ce qui, en passant, lui ramènera nettement plus de voix que si l’inverse avait eu lieu et, en cas de victoire devrait permette au Jacskonien Trump de se draper davantage de la cape du faiseur de paix que de guerre

Ceci posé, revenons à ce que je vous disais sur cette nouvelle pas assez traitée par nos media mainstream.

En effet, exceptée la sagace curiosité de quelques confrères (comme ceux de Sputnik) qui ont pris le temps de nous citer ce papier du site DPRK Today[2] affichant un intérêt, inattendu pour le plus grand nombre, pour Donald J. Trump, l’a qualifié de « sage » et « clairvoyant » et allant même jusqu’à espérer que l’élection du milliardaire américain pourrait « unifier la Péninsule coréenne ».

Rappelons qu’en mai 2016, Trump a fait part de son intention de retirer les troupes US de Corée du Sud jusqu’à ce que Séoul paie davantage pour ce service de protection.

D’ordinaire, si l’auteur de cette proposition géostratégique originale n’avait pas été le vilain grand Trump, une ribambelle de chercheurs eut glosé sur l’intérêt à faire baisser la tension dans la Péninsule coréenne. Mais, les ans passant l’intelligentsia germanopratine étant désormais plus otanienne qu’indépendante, la perspective de voir la thalassocratie étasunienne se montrer moins hégémonique que par la passé a semblé insupportable à toute cette coterie.

Exceptés quelques postes émérites octroyés dans des cénacles et universités nord-américaines, comprenez pourquoi…

Côté nord-coréen, les réactions des media officiels méritent qu’on s’y attarde. Or que nous a dit de beau DPRK Today ?

Qu’« Il s’avère que Trump n’est pas ce candidat au parler brutal, cinglé et ignorant qu’on dit qu’il est, mais qu’il est un politicien sage et un candidat présidentiel visionnaire ». Car, « Donald Trump a dit qu’il ne participerait pas à une guerre entre la Corée du Nord et du Sud – n’est-ce pas une chance d’un point de vue nord-coréen ? », s’est interrogé le journal d’État nord-coréen.

Même son de cloche au plus officiel Rodong Sinmun, pour qui « ...le gouvernement sud-coréen est incapable de masquer son angoisse lorsqu’il scrute la position du candidat présidentiel américain Donald Trump sur la politique coréenne. Il s’avère que Trump n’est pas le candidat au parler brutal, cinglé et ignorant qu’on dit qu’il est, mais qu’il est en fait un sage politicien et un candidat présidentiel visionnaire ».

Au passage, Hillary R. Clinton, elle, se fait habiller pour plusieurs saisons froides, étant décrite comme une femme « terne », « obtuse » et « ennuyeuse », qui préférait « utiliser le modèle iranien pour résoudre les problèmes nucléaires sur la Péninsule coréenne », ce, souligne DPRK Today, qui n’est évidemment pas un « scénario avantageux » pour Pyongyang.

Bonne question en effet : En quoi, Trump serait-il plus « sage » et « clairvoyant » ? Et son arrivée à la Maison-Blanche plus porteuse de perspectives encourageantes que celle de sa rivale ?

Primo, avec le pragmatisme qui est un peu sa marque de fabrique, Donald J. Trump a d’ores et déjà affirmé qu’il était disposé à rencontrer directement le dirigeant de la Chosŏn Minjujuŭi Inmin Konghwaguk, ou République populaire démocratique de Corée (RPDC), le camarade Kim Jong-eun[3].

À noter, alors que la plupart des chancelleries du monde (qui, il faut le dire, accompagnent, de chaque lever à chaque coucher de soleil, la RPDC et son chef de noms d’oiseaux divers) s’interrogent depuis des lustres sur la manière de s’entremettre avec le primus inter pares de la Corée du Nord[4], sorte d’ogre mangeant les petits enfants, viennent de voir comment, d’une phrase et d’une seule, Donald J. Trump a trouvé la solution à ce casse-tête diplomatique vieux de 63 ans : se dire prêt à un tête-à tête avec Kim Jong-eun, qui, en tant que Premier secrétaire du Chosŏn Rodongdang (Parti du travail de Corée) est à la tête du pays.

Simple comme bonjour, encore fallait-il le oser !

La chose ayant été énoncé sans invective, qualificatif désagréable, ni le moindre petit préalable, Kim Jong-eun s’est, aussitôt dit, tout aussi aimablement, prêt à rencontrer Trump, dès que cela serait possible. Et, là aussi, sans aucun anathème ni aucun mot plus haut que l’autre !

Tiens donc : le dialogue direct entre Pyongyang et Washington ne serait donc pas cet alpha & oméga inaccessible, ce champ de mines impraticable que nous dépeignent force cénacles otano-otasiens et autres, mais quelque-chose à portée de la main ? Si ça, ça n’est pas une percée diplomatique et un pas de géant dans la bonne direction, je veux bien être changé en courgette avariée !

Grande trouvaille pour les dirigeants de ce monde : la Corée populaire est parfaitement disposée au dialogue pourvu qu’on cesse de l’insulter, de la menacer quotidiennement. Et, surtout, de camper à ses portes avec 300.000 hommes[5].

Merci Donald J. Trump. Qui sait : avez-vous trouvé le moyen de clore un dossier empoisonnant la communauté internationale depuis le 27 juillet 1953 ? À préciser toutefois que si les combats entre les parties sont officiellement terminés et que, par la force des choses, la guerre l’est également de facto depuis cette même date entre le Nord et le Sud, seul un armistice[6] a été signé[7] et les deux parties sont ainsi toujours techniquement de jure en guerre, aucun traité de paix n’ayant été ratifié ou même signé.

À noter que, contrairement au propaganda staffel de certains, la RPDC ne peut pas être considérée comme le perdant de cette guerre : ladite guerre étant de jure non finie et, la RPDC n’ayant pas capitulé.

Mais, il y a mieux. L’un des plus vieux dossiers géostratégiques du monde, irrésolu jusqu’à ce jour, est celui la réunification de la Péninsule coréenne. Et lorsque DPRK Today, écrit que l’élection de Donald J. Trump pourrait « unifier la Péninsule coréenne », nous touchons là à l’un des plus vieux rêves hantant les Coréens.

Dans leur immense majorité ceux de Corée du Nord, dans des proportions assez élevées la diaspora coréenne (et tout particulièrement celle du Japon), moins en Corée du Sud et, fort peu dans les cercles dirigeants sud-coréens.

À préciser que ça n’est pas tant le principe même de la réunification qui refroidit plus d’un du côté de Séoul mais la crainte de son coût économique et ses perspectives politiques. Mais, passées ces craintes, il n’est pas un homme politique et un décideur du Sud qui n’ait au plus profond de son cœur la nostalgie d’une Corée unie.

Et, bien sûr, la réunification de la Péninsule coréenne est un des agendas majeurs, si ce n’est le premier, de la RPDC[8] et se ses dirigeants.

Dernière initiative sur ce sujet, Pyongyang a proposé à Séoul d’organiser une conférence intercoréenne consacrée à la question de la réunification. L’initiative a été annoncée dans un discours adressé à tous les Coréens et prononcé à l’occasion du 71ème  anniversaire de la libération de la Corée du Nord de l’occupation japonaise.

En fait, rien qui ne soit déjà contenu dans la Déclaration, du 15 juin 2000 signée par Kim Jong-il et Kim Dae-jung, qui stipulait que « Le Nord et le Sud, reconnaissant que la fédération minimale proposée par le Nord et le système de commonwealth proposé par le Sud pour la réunification du pays sont similaires, se sont accordés à œuvrer ensemble pour la réunification dans cette direction à l’avenir ».

Du point de vue du Nord, la nouvelle proposition « est inspirée par une forte volonté d’améliorer les relations intercoréennes et d’accomplir la tâche de réunification nationale à l’aide des efforts conjoints de tous les Coréens », rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap.

Alors, Donald J. Trump visionnaire ? Nul ne peut le dire. Mais, Trump en quelques mots – et comment ne pas penser au Vive le Québec Libre ! du général – a montré qu’il était d’une autre trempe qu’Hillary R. Clinton empêtrée dans une weltsicht[9] à la fois ancienne, dépassée et inquiétante.

Quant à Donald J. Trump et Kim Jong-eun, seront-ils les De Gaulle et Adenauer de l’Asie-Pacifique ? Et si on leur disait : chiche ? À eux deux et à cette idée folle d’une Péninsule coréenne pacifiée ? Le monde s’en porterait tellement mieux.

Notes

  1. Journal nord-coréen.
  2. Orthographe qui correspond à sa prononciation et que nous privilégions à celle de Kim Jong-un.

    Ou Puk Chosŏn.

  3. Les effectifs US stationnés en Corée du Sud.
  4. Convention mettant fin à des hostilités entre armées en temps de guerre. Mais l’armistice ne met pas fin officiellement à la guerre. C’est le jour qui marque la fin d’un conflit et des opérations militaires entre les partie. En fait une suspension des hostilités après un accord entre les belligérants. Il est différent du cessez-le-feu, qui peut être temporaire, du traité de paix qui est un traité proclamant la fin d’une guerre et contenant souvent des contreparties réciproques pour les anciens belligérants, et de la capitulation qui est généralement inconditionnelle pour l’État vaincu. Source Wikipédia.
  5. Armistice de Panmunjeom signé entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, le 27 juillet 1953, mettant fin aux hostilités.

    Assez semblable à ce qui fut notre nostalgie pour l’Alsace-Lorraine.

  6. Vue sur le monde ou Vue du monde.

Consulter aussi

Pourquoi les USA n’auraient jamais dû exister

Un article d’Adam Gopnik dans The New Yorker a mis en rage les énergumènes de …

Ce site utilise des cookies. En acceptant ou en poursuivant votre visite, vous consentez à leur utilisation .

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close