En Espagne la mémoire comme soumission

Le 11 octobre, je me suis rendu à Barcelone, invité par l’association culturelle Somatemps, pour participer à sa conférence annuelle sur la Catalanidad Hispánica. À peine un mois auparavant, le gouvernement avait approuvé l’avant-projet de la nouvelle loi de la mémoire démocratique, et on attendait de moi que j’explique les lignes générales du texte, forcément malheureux puisqu’il était né sous le patronage du funeste vice-président Carmen Calvo. Une fois la conférence terminée, le professeur Fernando López del Amo, docteur en histoire et chargé de cours dans plusieurs universités, est venu me saluer. Il a bien voulu me faire remarquer une erreur que j’avais commise en acceptant et en reconnaissant comme valable l’association des termes qui donnent nom au droit précurseur en la matière. En fait, il m’a fait comprendre qu’en réalité, la mémoire se fonde sur des souvenirs personnels du passé et sur les évaluations subjectives que chacun attribue au passé ; au contraire, l’histoire est une discipline des sciences sociales qui se construit au moyen de données extraites de sources fiables et vérifiables, en suivant les directives de la méthode scientifique. Ainsi, le professeur López del Amo m’a fait remarquer qu’il serait difficile d’attendre quelque chose de bon d’un texte qui commence par confondre l’objectif et le vérifiable avec le subjectif. D. Fernando a raison et je demande au lecteur de se souvenir de sa précision terminologique.

Étant donné qu’à ce stade, une analyse juridique du projet de loi dépasserait l’espace qui m’a été si généreusement accordé par la rédaction de Galerna – et risquerait d’épuiser la patience de mes lecteurs de longue date – je m’en tiendrai exclusivement à la finalité du règlement, à l’esprit qui a poussé le législateur à l’élaborer.

Commençons par évoquer quelques faits.

  1. Le gouvernement que préside aujourd’hui Pedro Sánchez est le premier gouvernement de coalition depuis 1938, lorsque l’aile gauche du Front populaire et deux partis séparatistes ont formé le 26e gouvernement républicain, présidé par le socialiste Juan Negrín.
  2. Formellement, selon la rhétorique du PSOE (parti socialiste) et de Unidas Podemos (gauchistes), comme dans le premier cas, il s’agit également d’un cabinet avec une orientation de gauche. La participation séparatiste se limite à un soutien parlementaire, généreusement récompensé par toutes sortes de concessions du gouvernement aux villageois centrifuges.
  3. Outre la supposée coïncidence idéologique, la coalition gouvernementale semble justifier une sorte de lien atemporel et émotionnel entre l’entente d’aujourd’hui et le conglomérat populiste-frontiste d’antan. Le fait que la présidence corresponde à un membre du PSOE et la participation de ministres communistes est un bon parallèle, car – bien que vieux, dépassé et sans intérêt en réalité – le PCE reste retranché dans un recoin obscur de la plate-forme politique violette.

Au-delà des apparences, l’orientation réelle du gouvernement pointe vers un progressisme indéfini. Cette avant-garde postmoderne déliquescente qui utilise le fatras de minorités hétérogènes pour entreprendre des politiques publiques soumises à la mondialisation imposée par les élites financières. Les anciens promoteurs du collectivisme sont aujourd’hui totalement réticents à tout lien communautaire : l’aliénation de l’individu, dépourvu de credo spirituel, coupé de sa famille et privé d’identités collectives, parvient à subjuguer les sujets sans défense devant la puissance du capitalisme mondial. Tout cela est masqué derrière le pansexualisme qui est institutionnellement promu comme la nouvelle moralité, et est déguisé avec la rhétorique du progrès indéfini. Le cadre idéologique du gouvernement est substantiellement différent de celui de ces organisations prolétariennes de la Seconde République, de signe marxiste indubitable et de tutelle soviétique manifeste. Quel est donc le but d’une loi sectaire, belligérante contre le franquisme comme si Franco présidait encore le Conseil des ministres au Palais du Pardo ?

Je suis d’avis, sans certitude absolue et réceptif à d’éventuelles répliques, que Sánchez prolonge avec enthousiasme le sophisme de Zapatero consistant à s’auto-identifier comme un enfant terrible de la gauche, faisant de ce terme un simple synonyme de progressisme. Si Sánchez s’arroge la possession de la quintessence de la gauche, il assigne nécessairement au Partido Popular / Vox, officiellement de droite, la condition d’antagoniste, indépendamment du fait qu’il constitue son complément nécessaire dans la logique du système et en faisant abstraction de la crise contemporaine de cette typologie gauche-droite, née pendant la révolution française et remplacée aujourd’hui par d’autres lignes de fracture politique. Le séduisant mais plus que douteux docteur en économie, captif de la spirale du non-sens, se rattache à l’expérience ratée du front populaire pour s’approprier cette aura romantique que l’historiographie d’après-guerre lui a attribuée et assume la “lutte antifranquiste” comme le leitmotiv mobilisateur de la jeunesse peut-être la plus désorientée de toute notre histoire.

Que personne ne pense que cet épais brouillard est un simple accident. Il sert à cacher une réalité décevante et à empêcher la confrontation des idées, du moins selon les règles de la logique. Il sert à établir l’hégémonie d’un discours pseudo-culturel manichéen, avec un bouc émissaire fictif – le franquisme-fascisme-extrême droite – et la complaisance des véritables dominateurs transnationaux. Que personne ne pense non plus que l’imposition de ce discours se fait uniquement par un bombardement médiatique. En tant que dérivé nécessaire du sophisme historico-idéologique, la loi de la mémoire démocratique nous fournira (au cas où elle serait promulguée dans quelques mois avec la formulation du projet actuel) d’abondantes restrictions à nos libertés et à nos droits. La loi imposera un canon historique unique dans le programme de l’enseignement secondaire et supérieur, ainsi que de lourdes sanctions pour les enseignants fautifs. Elle limitera les libertés d’expression et d’association, avec la menace de sanctions supplémentaires, voire de la dissolution des entités réfractaires à la pensée unique. Elle favorisera un nouveau réseau clientéliste, le mouvement dit mémorialiste, abondamment arrosé d’argent public pour garder les testaments et les votes captifs.

La loi de la mémoire démocratique actualise la vieille tactique du bâton et de la carotte pour dominer les ânes, mais il est essentiel de conserver la notion certaine que dans le discours progressiste de la modernité liquide, la position de quadrupède correspond aux citoyens ordinaires.

5 2 votes
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Le grand malentendu de toutes les droites

Pourquoi les “oppositions” parviennent-elles à être encore pires que ceux qui gèrent la phase de …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x