France : l’horizon bouché de 2022

Le quinquennat d’Emmanuel Macron aura été celui de tous les paradoxes. Alors que l’élu inattendu de 2017, le Président surprise, entendait réformer la France en profondeur en corrigeant les énormes défauts de son économie administrée et anémique, et de son système social plombé par une masse d’assistés et en panne de moyens, il a été, à la fois, pris de vitesse par les dysfonctionnements en tous genres consécutifs à la politique et à la gestion de ses prédécesseurs (en particulier les deux double-septennats désinvoltes de Mitterrand et de Chirac qui ont mis la France en situation de « mort douce »), et victime des hasards de l’Histoire (en l’occurrence, le retour impromptu, mais non pas imprévisible, d’une grande pandémie).

En outre, comme l’idéologie libertaire et universaliste du Président l’empêche obstinément d’apprécier à sa juste valeur la gravité de la crise identitaire française engendrée par l’immigration massive, la situation de la nation a empiré sur tous les plans. Elle est tellement dégradée que l’on peut se demander comment lui-même, en cas de réélection, ou comment celui ou celle qui lui succédera, en 2022, pourra faire face aux échéances de tous ordres qui se profilent à l’horizon. Entre, d’une part, l’incivisme et l’ensauvagement de la société, et d’autre part, l’endettement et les déficits, le manque d’efficacité de l’économie, et donc le risque d’exclusion de la zone euro (avec, et c’est tout le problème, celui de n’être plus protégé par le « parapluie monétaire allemand ») en cas de gestion trop irresponsable, les ingrédients du chaos ne manquent pas.

Les deux réalités primordiales : anomie sociale et endettement.

Il n’est pas nécessaire d’accumuler les chiffres et de multiplier les exemples pour voir que la « brésilianisation » de la population française est en marche, et que la crise de la dette menace lourdement.

Le terme brésilianisation, utilisé par Michael Lind pour caractériser l’évolution de la population des Etats-Unis au cours de ces dernières années est destiné à souligner un double phénomène conjoint, celui de l’hétérogénéisation des groupes humains et celui de l’anomie sociale avec l’insécurité grandissante qu’elle apporte (puisqu’il n’y a plus de normes ou qu’elles sont allègrement bafouées). Or, le phénomène va en s’amplifiant. A partir des publications de l’Insee, France Stratégie fait remarquer que : « dans les unités urbaines de plus de 100 000 habitants, la part des immigrés d’origine non européenne est […] passée, chez les 25-54 ans, de 9 % à 15 % entre 1990 et 2015 » ; et que dans ces mêmes unités urbaines, « la proportion de jeunes immigrés ou d’enfants vivant avec au moins un parent immigré d’origine extra-européenne est passée de 17 % à 38 % entre 1990 et 2015 ». Avec des situations records comme à Strasbourg, où la catégorie étudiée est passée de 0-10 % en 1975 à 30-40 % en 2015, Rouen (de 0-7 % en 1975 à 35-42 % en 2015), ou encore Limoges (de 0-10 % en 1982 à 30-40 % en 2015). Malgré toutes les dénégations, la France a pris le chemin de la « polyarchie ethnique » selon l’expression dont Robert Dahl use pour désigner les rapports de force sociaux-démographiques qui font la société américaine d’aujourd’hui. Et qui sont, comme on le sait, marqués par beaucoup de tensions, de brutalité. Mais qui se traduisent aussi de plus en plus en termes politiques et électoraux, comme on s’en est rendu lors des dernières présidentielles aux Etats-Unis.

Si le pacte républicain est mal en point, l’économie française ne va pas mieux. Dans son Blog, qui mérite attention, l’économiste avisé Marc Rousset écrit : « En France, on saoule les braves Français en leur disant que l’endettement public représente 120 % du PIB : personne ne réagit, 95 % des Français n’ayant aucune idée de ce que représentent ces chiffres. Mais si l’on ajoute les 4.119 milliards d’euros de la dette hors bilan non provisionnée à fin 2020, selon le rapport du Sénat, aux 2.733 milliards d’euros de la dette publique officielle, cela représente une dette réelle effective de 7.000 milliards d’euros, soit 100.000 euros par Français! Là, tout le monde comprend la catastrophe à venir! Le seul paiement non provisionné des retraites des fonctionnaires et militaires s’élève à 2.287 milliards d’euros, soit presque autant que la seule dette officielle de 2.733 milliards d’euros dont on nous parle matin, midi et soir ! Cette dette française irremboursable de 7.000 milliards d’euros est porteuse d’inflation ou d’hyperinflation à elle seule ! ».

A la différence de l’Allemagne, la France n’a que très peu de marge de manœuvre pour faire face à sa dette, et au risque d’une remontée des taux d’intérêts, voir d’une récession. Depuis 2008, contrairement à sa partenaire, la France n’a pas redressé ses comptes et le poids des dépenses publiques rapportées au PIB y est le plus élevé des pays européens. L’inflation en France est donc inéluctable et l’alternative sera, selon Marc Rousset et beaucoup d’autres, en avril-mai 2022, après la fin du plan de sauvetage européen, la suivante : «  soit l’Allemagne acceptera par exemple une inflation modérée de 5 % par an au plus, sans augmentation des taux d’intérêt, pour la zone euro, soit l’Allemagne refusera, ce qui est fort possible, auquel cas la zone euro explosera et, après le retour au franc, celui-ci sera dévalué immédiatement, par exemple de 20 %, tandis que la saga de l’hyperinflation commencera pour la France en faillite, incapable de rembourser ses dettes autrement qu’en monnaie de singe ».

L’absence de toute perspective électorale.

L’insécurité sociétale endémique, depuis l’agression crapuleuse ou à motivation politique jusqu’à l’attentat terroriste, et le mauvais état des finances publiques qui empêchera toute réponse budgétaire à la crise sociale vont conditionner le quotidien des Français dans l’avenir.

Les deux dilemmes vont se trouver inéluctablement au centre de la prochaine campagne présidentielle, mais aucun des candidats pressentis ou officiels n’a, à ce jour, de réponse sérieuse à offrir, surtout s’il s’agit de les traiter tous les deux à la fois. Les discours entendus sont ceux tantôt de la fuite idéologique en avant, quand ils relèvent de la majorité présidentielle ou du pouvoir médiatique, tantôt de l’irresponsabilité et de l’incompétence, quand ils sont prononcés par les tribuns populistes de droite et de gauche, tantôt encore de la pure nostalgie, quand ils procèdent de ceux qui se gargarisent de la France d’antan. Il y a donc à parier que quel que soit l’élu de 2022, rien de probant ne sera tenté et que la société et l’économie françaises vont continuer à se désagréger.

Il faut dire qu’il est difficile de tenir un langage de raison, de lutte et de courage à des citoyens habitués à l’opulence, à la facilité et au confort moral. Il ne reste plus à espérer qu’au milieu des dégâts post-électoraux prévisibles et du désarroi politique se lèvent des forces charismatiques.

3.5 4 votes
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Le grand malentendu de toutes les droites

Pourquoi les “oppositions” parviennent-elles à être encore pires que ceux qui gèrent la phase de …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x