Herzégovine pendant la guerre des Balkans

Les Bosniaques, les Serbes et les Croates sont un seul et même peuple de la famille slave qui est arrivé dans les Balkans vers le 7ème siècle de notre ère. Ils parlent la même langue, le serbo-croate, bien que chaque pays l’appelle différemment: serbe, bosniaque ou croate – langue que les Croates et les Bosniaques écrivent avec l’alphabet latin, tandis que les Serbes utilisent le cyrillique. Mais il existe un élément qui les différencie au point de les opposer et de les rendre hostiles les uns aux autres tout au long de l’histoire: la religion. Slaves christianisés, les Serbes ont été convertis entre 867 et 869 par l’empereur byzantin Basile Ier, après qu’ils aient reconnu son autorité, et sont donc devenus des chrétiens orthodoxes, tandis qu’en 879 le pape Jean VIII a reconnu le souverain croate, le duc Branimir, ce qui indique que leur christianisation s’est déroulée dans un contexte catholique-romain.

La situation est restée telle jusqu’à l’impact de la conquête des Balkans par l’Empire turc en 1463, lorsque la Bosnie, qui faisait jusqu’alors partie de la Croatie – la ‘’Croatie rouge’’ – est passée aux mains des Ottomans et que le gros de sa population s’est convertie à l’Islam, ce qui n’est pas arrivé aux Serbes qui ont conservé leur religion même sous la domination ottomane. La Croatie a toujours été défendue contre les assauts turcs, d’abord par la Sérénissime République de Venise, puis par l’Empire austro-hongrois. C’est l’origine de l’inimitié atavique entre Croates, Serbes et Bosniaques (nom donné aux Slaves du Sud de religion musulmane).

Géographiquement, le pays est divisé en deux zones: la Bosnie, au nord du pays, et l’Herzégovine, qui doit son nom à Stefan Vukcic, qui, dans une lettre adressée à l’empereur Frédéric II peu avant l’invasion turque, signait en tant que Grand-Duc de Bosnie. Le terme ‘’duc’’ en allemand se dit ‘’Herzog’’, ce qui explique que la région soit connue sous le nom d’Herzégovine (le duché) dans les documents de l’époque, avant d’être officialisée au milieu du 19ème siècle, lorsque, étant toujours une province turque, elle a été officiellement appelée Bosnie-Herzégovine.

La Bosnie est restée sous domination turque jusqu’en 1878 (bien qu’elle ait été libérée par les Autrichiens entre 1718 et 1739), date à laquelle les Bosniaques se sont révoltés contre le sultan Abdulhamid II, influencés qu’ils étaient à l’époque par la révolution nationaliste de leurs voisins et frères serbes sur le plan ethnique (mais pas sur le plan religieux). Ces révoltes provoquent l’intervention des Austro-Hongrois et des Russes, qui finissent par expulser les Ottomans de la Bosnie, qui se retrouve administrée par l’Empire austro-hongrois, comme la Croatie et, partiellement, la Serbie. Après son démembrement à la suite de la Première Guerre mondiale, la Bosnie a fait partie d’un nouvel État, la Yougoslavie, qui a été divisée pendant la Seconde Guerre mondiale – lorsque la Bosnie a fait partie de l’État indépendant de Croatie – puis, suite à l’effondrement de l’Axe, a été reconstituée après 1945.

Pendant plusieurs siècles, les catholiques (Croates) et les orthodoxes (Serbes) qui vivaient en Bosnie-Herzégovine se définissaient comme des chrétiens, tandis que les musulmans étaient appelés ‘’Turcs’’, un terme qui n’est pas équivalent à ‘’Osmanli’’ ou ‘’Turkuse’’, désignant les Turcs eux-mêmes (1). Si les catholiques bosniaques s’indentifiaient pleinement à la Croatie, et les Serbes bosniaques à la Serbie, ils mettaient les musulmans bosniaques dans la position de prendre l’Islam comme principal élément d’identification. C’est ainsi que la question fondamentale se pose. Pour fonder l’existence d’un État bosniaque-herzégovin, il y avait deux possibilités: inclure les catholiques, les orthodoxes et les musulmans dans une seule République unitaire (nationalisme bosniaque), ou prendre l’Islam comme un élément sur lequel construire leur identité nationale (2) laissant (selon un nationalisme islamique) en suspens le cas des “minorités” catholiques et orthodoxes (3) et leur rôle dans un État compris comme musulman.

Sous le titisme, la Bosnie-Herzégovine était la république yougoslave où la plupart des citoyens inscrivaient dans l’espace réservé à la “nationalité” le terme yougoslave (sans autre référence), dans le registre civil. C’est au cours des années 1960, et plus encore au sein de l’émigration bosniaque vers l’Allemagne, que le sentiment identitaire musulman a commencé à se répandre parmi les Bosniaques, sentiment auquel Tito lui-même a fait des clins d’œil, reconnaissant les musulmans comme une “nationalité yougoslave” en 1961, lorsqu’ils sont devenus – en raison de leur taux de natalité élevé – le groupe le plus nombreux en Bosnie-Herzégovine au détriment des Serbes orthodoxes. Ces clins d’œil de Tito peuvent être compris dans le contexte d’une Yougoslavie qui s’était engagée à rejoindre les pays dits “non alignés”, qui comprenaient plusieurs États musulmans.

Le début du processus de désintégration de la Yougoslavie avec l’indépendance de la Slovénie et de la Croatie a ouvert les portes au conflit interne en Bosnie et à la possibilité de créer un État bosniaque indépendant. Pour certains illuminés, c’était le moment de construire leur État musulman dans les Balkans, parmi les plus dangereux de ces illuminés se trouvait un certain Alija Izetbegovic qui allait devenir président de la République de Bosnie-Herzégovine. De toute évidence, cette définition confessionnelle-nationale était la déclaration d’exclusion pour les Serbes et les Croates de Bosnie d’un projet national commun, d’où leur volonté et leur besoin de se “réunifier” avec les Etats nationaux où ils étaient reconnus comme tels. Croatie et l’ancienne Yougoslavie, respectivement.

L’Islam et les USA du côté bosniaque

Alija Izetbegovic aurait fait partie de l’organisation des ‘’Jeunes musulmans’’, créée sous l’influence des Frères musulmans égyptiens. En 1970, il publie un texte intitulé Déclaration islamique, réédité à Sarajevo en 1990, dans lequel il explique ses intentions politico-religieuses: « Notre objectif: l’islamisation… tout ce qui, dans l’histoire des peuples musulmans, constitue une mémoire de grandeur et de valeur a été créé sous les auspices de l’Islam. La Turquie, en tant que pays islamique qui a régné sur le monde, en tant que copie européenne, représente un pays du ‘’troisième ordre’’ comme tant d’autres dans le monde. Le mouvement islamique doit et peut prendre le pouvoir dès qu’il aura la force numérique et morale de le faire (…) La conclusion est importante: il ne peut y avoir de coexistence entre les croyances islamiques et les institutions politiques et sociales non-islamiques… ». Au cours de la décennie 70-80, à l’influence importante de l’islamisme égyptien en Bosnie, il faut en ajouter une nouvelle, plus importante encore: l’islamisme iranien. L’islamisme iranien étant plus attractif pour les Bosniaques, l’Iran a profité de cette circonstance pour gagner le soutien des futurs dirigeants du SDA (‘’Parti de l’action démocratique’’, présidé par Izetbegovic), dont certains ont été arrêtés en 1983 alors qu’ils revenaient d’un congrès à Téhéran pour l’unité des chiites et des sunnites, que le régime iranien, alors en guerre contre l’Irak de Saddam Hussein, avait organisé.

Lorsque le conflit bosniaque a éclaté, l’essentiel de l’aide musulmane aux Bosniaques provenait de l’Iran dont les réseaux de soutien – sanitaires et logistiques – se sont avérés très efficaces, si bien que 86% des musulmans bosniaques ont déclaré avoir une opinion “favorable ou très favorable” de l’Iran. En 1992, les Frères musulmans ont appelé au djihad contre les Serbes ; bien que leur aide ait été moindre que celle de l’Iran, elle a jeté les bases d’une relation dangereuse entre la Bosnie et les aspects les plus radicaux du fondamentalisme islamique.

Les États-Unis font leur apparition dans le conflit de l’ex-Yougoslavie en soutenant le camp musulman et en pariant sur l’unité d’une Bosnie-Herzégovine regroupant Serbes et Croates sous le commandement des musulmans et la présidence d’Alija Izetbegovic, annulant toute possibilité que la minorité croate rejoigne la Croatie (alliée traditionnelle de l’Allemagne) et que les Serbes le fassent avec la Serbie (amie de la Russie). Pour couper l’avantage acquis par l’Allemagne-UE avec l’indépendance de la Croatie et de la Slovénie, et pour empêcher une puissante Grande Serbie alliée à la Russie, Washington prend le drapeau musulman (comme il le fera plus tard au Kosovo pour des raisons identiques), formalisant une fois de plus une entente islamo-américaine contre tout rapprochement possible entre les deux grandes puissances continentales: l’Allemagne et la Russie.

De son côté, le gouvernement musulman de Sarajevo (la capitale de la Bosnie), conseillé et armé par le Pentagone, a provoqué une situation irréversible pour les Croates et les Serbes de Bosnie, espérant que ses provocations constantes déclencheraient une vague de violence qui permettrait à la Bosnie musulmane de compter sur la sympathie de l’Europe occidentale, et sur une intervention armée conséquente en sa faveur. Comme l’a reconnu le chef du secrétariat d’État américain aux affaires étrangères en Bosnie: « Ce qui était à l’origine un gouvernement bosniaque multiethnique et légalement élu est devenu une entité musulmane extrémiste et antidémocratique ». Le gouvernement de Sarajevo et son Armija (le nom de son armée) n’ont pas eu trop de scrupules à faire en sorte que les Serbes soient présentés comme des barbares en Occident, permettant ainsi aux Américains de prolonger le conflit dans le but de déstabiliser et d’affaiblir au maximum cette zone vitale pour l’équilibre européen. Ainsi, le 27 mai 1992, une explosion devant une boulangerie a causé la mort de seize Bosniaques. Les images choquantes et horribles sont apparues à la télévision dans le monde entier et ont été reprises ad nauseam par CNN, blâmant sans le moindre doute les paramilitaires serbes pour un crime aussi horrible. Par la suite, les services secrets britanniques et français ont admis qu’il s’agissait d’un auto-assassinat commis par les musulmans dans le seul but de l’attribuer aux Serbes devant l’opinion publique mondiale: ce dernier “détail” n’a pas été rapporté dans les nouvelles mondiales. Le 27 août de la même année, un autre massacre a dévasté un marché de Sarajevo. L’OTAN a répondu au massacre par une action d’envergure: 60 bombardiers ont attaqué les positions serbes. Un mois plus tard, des experts britanniques ont également conclu que le missile lancé contre le marché rempli de civils provenait des rangs musulmans: là encore, le voile du silence médiatique a été étendu.

Le radicalisme islamique, une menace pour la Bosnie-Herzégovine

« La Bosnie était un modèle de tolérance interreligieuse. L’islamisme présent dans cette région était plus laïc qu’on ne pouvait l’imaginer. Les musulmans de Sarajevo étaient à une distance sidérale de ceux du Moyen-Orient. Aujourd’hui, au contraire, après dix ans de turbulences, les musulmans bosniaques sont également entrés dans le jeu international du fondamentalisme » (4).

Entre 1992 et 1995, la Bosnie-Herzégovine est devenue un enjeu majeur pour l’islamisme international. Après 2001, les enquêtes sur les réseaux terroristes islamistes sont toujours passées par le sol bosniaque. Des islamistes d’Afrique et d’Asie ont obtenu la citoyenneté bosniaque avec une étonnante facilité, avec une attitude clairement complice de la part des autorités locales, il semblerait que l’arrivée de ces Africains et Asiatiques réponde à une certaine volonté du gouvernement musulman de Sarajevo. Cette campagne de “nationalisations expresses” répondait à deux motivations: d’une part, reconnaître les mérites guerriers des moudjahidines qui ont pris les armes pour l’Armija; et d’autre part, permettre l’arrivée sur le sol bosniaque d’intégristes reconnus avec lesquels on pouvait “réislamiser” la population locale. Ce deuxième objectif a provoqué et provoque encore aujourd’hui une certaine confrontation entre l'”Islam bosniaque traditionnel d’empreinte modérée” et l'”Islam fondamentaliste importé” par ces néo-missionnaires wahhabites, qui considèrent la Bosnie comme un territoire à “ré-islamiser”.

Cette Bosnie présidée par Alija Izetbegovic ne pouvait contenir le désir d’autodétermination des communautés croate et serbe. Le conflit de guerre qui a provoqué cette tension a occupé la première page de tous les journaux internationaux au début des années 90. La paix est venue avec les accords de Dayton de 1995, selon lesquels la Bosnie-Herzégovine a été divisée en deux entités mais toujours au sein du même État. Ces entités sont la Fédération de Bosnie-Herzégovine – qui comprend les musulmans et les Croates – et la Republika Srpska pour les Serbes, cette dernière jouissant d’une grande autonomie et seule la pression internationale l’empêche de rejoindre la Serbie. Avec cette division, l’organe directeur de la République de Bosnie-Herzégovine est collégial : deux représentants de la Fédération (un catholique et un musulman) et un troisième, Serbe de la Republika Srpska, celui qui obtient le plus de voix sur ces trois étant le président nominal de la République. Depuis cette division, la zone serbe n’a plus qu’une relation superficielle et administrative avec le reste du pays. Le problème est que dans la Fédération, nous assistons à un double phénomène: la réislamisation dans un esprit wahhabite des musulmans bosniaques et la marginalisation et le harcèlement des catholiques croates.

Depuis le départ du pouvoir d’Alija en 2000 – il est mort en 2003 – les présidents de la Fédération (parmi lesquels Barik Izetbegovic, fils d’Alija) ont intensifié le processus d’islamisation, particulièrement visible dans la capitale Sarajevo, autrefois connue pour la bonne coexistence entre Serbes, catholiques et musulmans et aujourd’hui avec un paysage plus proche d’Ankara que de la ville européenne qu’elle a toujours été. Selon les mots du Cardinal Franc Rodé : « Sarajevo est devenue pratiquement une ville musulmane ». Après son voyage dans la région en juin 2009, ce Cardinal a déclaré sur Radio Vatican : « Les catholiques ont été les principales victimes de la guerre et beaucoup ont fui le pays, vers la Croatie et aussi vers des pays plus lointains comme l’Australie, le Canada et la Nouvelle-Zélande (…) A Sarajevo, une ville de 600.000 habitants, il ne reste aujourd’hui que 17.000 catholiques », soulignant également que dans de nombreux villages où il n’y avait jamais eu de mosquées, de nouvelles ont été construites, ce qui indique qu'”il existe une volonté claire d’islamiser la région de Sarajevo”. Cette même année, le cardinal de Sarajevo, Vinko Puljic, a dénoncé la croissance du fondamentalisme en Bosnie, sans que les autorités ne fassent rien pour l’arrêter. Comme dans de nombreux autres pays européens, la construction de mosquées et de madrasas (écoles coraniques) est financée par les pétrodollars saoudiens.

Les Serbes et les Croates ont été victimes de cette “purification religieuse” faite à coups de kalashnikovs et de demi-lunes, mais nous voulons terminer cet article en soulignant que les principaux perdants sont les Bosniaques eux-mêmes de religion musulmane, un peuple slave européen, islamisé par l’envahisseur turc à l’âge moderne, et maintenant ré-islamisé à coups de pétrodollars et par le fanatisme saoudien. Pour eux, il serait nécessaire de repenser l’idée de la base sur laquelle construire l’Etat bosniaque. Ce sont eux qui devraient combattre cet islamisme fondamentaliste qui menace l’identité de leur peuple et qui fait de la Bosnie une base logistique des islamistes dans leur attaque contre notre Europe.

NOTES :

(1) Thierry Mudry “Bosnie-Erzégovine. La nascita di una nazione” dans Orion, nº5, mai 1996. Milan

(2) Ce que E.J. Hobsbawn a déjà souligné dans son livre Naciones y nacionalismos desde 1870. Ed. Crítica, Barcelone 1991, p. 79: “sans doute les musulmans bosniaques et les musulmans chinois finiront-ils par se considérer comme une nationalité, puisque leurs gouvernements les traiteront comme s’ils l’étaient”.

(3) Relativement “minoritaires”. Les Serbes représentent 38 % de la population de la Bosnie, et les Croates 22 %. La somme des deux “minorités” donne 60% de la population contre 40% pour les Bosniaques musulmans.

(4) Aldo dei Lello, L´utopia con la toga. L´ideologia del triunale internazionale e il proceso Milosevic. Ed. Sovera Multimedia. Roma 2002.

Traduit par Robert Steuckers et paru dans euro-synergies

5 1 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Le devenir européen de Napoléon

Contrairement à son lointain (et tout aussi lamentable) prédécesseur Jacques Chirac qui avait refusé de …

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Une nouvelle guerre dans les Balkans n est pas à exclure avec Biden, qui veut expulser les Serbes et les Croates de Bosnie, et faire entrer le territoire bosniaque dans l Otan, avec l appui d Herr Dogan

1
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x