Skanderbeg, le patriote de l’Albanie qui a défendu les valeurs de l’Europe

Ces dernières années, en raison des événements actuels en Italie et en Europe occidentale en général, il est souvent fait référence à des périodes passées au cours desquelles les valeurs européennes traditionnelles étaient les plus menacées. On mentionne généralement la bataille de Poitiers (732), au cours de laquelle les Francs, avec Charles Martel, ont vaincu l’armée arabo-berbère d’al-Andalus, ainsi que la bataille de Lépante (1571), qui a opposé la Sainte Ligue dirigée par Don Juan d’Autriche à la flotte ottomane dirigée par Mehmet Alì Pacha. Plus rarement, on se souvient de la bataille de Koulikovo (1380) au cours de laquelle les Russes, menés par Dmitri Ivanovitch de Russie, grand duc de Vladimir, ont vaincu les forces tataro-mongoles de la Horde d’or, dirigée par Mamaj, une Horde qui sera à nouveau vaincue un siècle plus tard lors de la bataille sur la rivière Yougra (1480) par les forces russes dirigées par Ivan III de Moscou; ou la bataille de Vienne (1683), au cours de laquelle l’armée polonaise, autrichienne et allemande, réunie dans une nouvelle Sainte Ligue sous la direction du roi polonais Jan II Sobieski, a mis fin au siège ottoman et a constitué un moment décisif des guerres austro-turques.

Il y eut cependant d’autres moments de l’histoire européenne qui ne furent pas moins importants et cruciaux pour arrêter l’avancée ottomane vers l’Europe occidentale, comme le siège de Belgrade (1717) avec la victoire des troupes du prince Eugène de Savoie, la guerre d’indépendance grecque (1821-1832), et enfin la guerre russo-turque (1877-1878) ordonnée par le tsar Alexandre II. Mais il y avait aussi des poches de résistance dans les Balkans, comme la première bataille du Kosovo (1389), où s’affrontèrent les forces chrétiennes dirigées par le prince Lazar Hrebeljanović et les forces ottomanes dirigées par le sultan Murad Ier, et la deuxième bataille du Kosovo (1448), où s’affrontèrent les troupes dirigées par le Hunyadi hongrois et les troupes ottomanes dirigées par Murad II. C’est au cours de ces années qu’émerge, toujours dans les Balkans et en tant que figure anti-ottomane, l’homme qui deviendra plus tard le héros de l’histoire albanaise : Gjergj Kastrioti, connu sous le nom de Skanderbeg, du nom d’Iskander (Alexandre) que lui ont donné les Turcs ottomans, comparant probablement ses prouesses militaires à celles du Macédonien Alexandre le Grand.

En Albanie, l’avancée ottomane dans les Balkans de ces années-là a dû être stoppée dès 1432, grâce à l’ingéniosité de courageux indépendantistes comme Andrea Thopia et plus tard Gjergj Arianiti, dont la fille Donika deviendra plus tard l’épouse de Skanderbeg. C’est dans ce contexte qu’émerge la figure de Kastrioti, que le pape Calixte III décrira plus tard comme un athlète du Christ et un défenseur de la foi.

L’une des activités de Kastrioti dont il faut se souvenir est son organisation de la Ligue de Lezha (1444), une ville qui était encore vénitienne à l’époque, une alliance défensive de princes albanais formée pour s’opposer à l’avancée de l’Empire ottoman dans les Balkans. C’est lors de la bataille de Torvioll (1444), remportée contre les Ottomans du général Ali Pasha; et ce, après que Kastrioti ait servi l’Empire ottoman pendant vingt ans (1423-1443), que le surnommé Skanderbeg s’est rebellé contre la domination turque, faisant ressortir ses talents de leader; c’est une bataille qui a anticipé d’autres succès de la résistance albanaise contre l’avancée turque.

Ces succès ont toutefois créé, à terme, des frictions avec Venise qui, bien qu’elle ait d’abord soutenu la Ligue de Lezha elle-même (Lezha était un territoire vénitien), a ensuite vu dans les succès locaux de Kastrioti un danger pour le territoire de la République vénitienne elle-même, ce qui a conduit à l’affrontement de la guerre albano-vénitienne (1447-1448) qui s’est terminée par un traité de paix en 1448. Ce n’est toutefois qu’après la chute de Constantinople (1453) que les forces albanaises ont reçu un soutien financier de la part d’autres forces chrétiennes, notamment Naples, Venise et la papauté.

Kastrioti est probablement né en 1405 dans un lieu non précisé de la Principauté de la noble famille Kastrioti, une Principauté fondée en 1389 par le père de notre leader, Gjon Kastrioti, et qui a perduré jusqu’à la mort de Skanderbeg en 1468. Ce territoire s’étendait sur une zone située entre l’Albanie et la République de Macédoine actuelles.

Pendant plus de vingt ans, de 1443 à 1468, ses troupes, composées d’environ 15.000 Albanais de souche mais aussi d’autres Slaves, Grecs et Valaques, ont remporté de nombreuses victoires pour défendre la souveraineté du territoire local contre les troupes ottomanes. En 1451, elle reconnaît, à titre de protection, la souveraineté du royaume de Naples, par le traité de Gaète avec le roi Alphonse V d’Aragon, tout en conservant une certaine indépendance; elle vient toutefois en aide au roi Ferdinand d’Aragon, fils d’Alphonse V, lorsque celui-ci lui demande son soutien en raison de la rébellion du prince de Tarente, Giovanni Antonio Orsini (1460-1462). Il soutient également Venise dans la guerre vénitienne-ottomane (1463-79) jusqu’à sa mort en 1468, et devient en 1463 commandant des forces de croisade du pape Pie II (tableau, ci-dessous) jusqu’à la mort de ce dernier l’année suivante.

Ferdinand était si reconnaissant envers Skanderbeg qu’il a donné à ses descendants le château de Trani, ainsi que les propriétés de Monte Sant’Angelo et de San Giovanni Rotondo. Ses descendants sont encore présents en Italie aujourd’hui, sous le nom de Castriota Scanderbeg (1). De nombreux dirigeants albanais de l’époque se sont également réfugiés dans le Royaume de Naples après la mort de Skanderbeg, tout comme de nombreuses personnes ordinaires fuyant l’envahisseur ottoman, donnant naissance aux communautés albanaises Arbëreshë du sud de l’Italie, qui sont toujours présentes en Italie aujourd’hui.

La figure de Skanderbeg est considérée par les Albanais comme une image qui représente non seulement la défense des valeurs européennes traditionnelles, mais aussi la coexistence de la tolérance religieuse, ayant grandi dans un environnement islamique, converti au catholicisme en 1443, mais avec une mère orthodoxe et un père d’abord catholique, puis orthodoxe et enfin musulman. Il s’agissait d’une résistance à la souveraineté locale, et certainement pas d’une question purement religieuse, et dans l’Albanie multiculturelle d’aujourd’hui, il est respecté aussi bien par les musulmans, la première religion d’Albanie, que par les orthodoxes, les catholiques et les non-croyants.

Notes
Castriota Scanderbeg

Sources: Euro-Synergies

0 0 voter
Évaluer l'article
PARTAGER

Consulter aussi

Les américains voudront-ils un nouveau Président pour la France ?

Macron er le choix de l’armée européenne qui gache le sommeil de quelques faucons atlantistes …

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
N'oubliez pas de commenter!x
()
x